parachutistes du Wisconsin

Chargement du lecteur...
1 501 vues

Traduction automatique d’un article

L'instructeur de parachutisme Mike Robinson était à 12 000 pieds, à quelques secondes de son quatrième et dernier saut de la journée, lorsqu'un deuxième avion transportant d'autres parachutistes a heurté l'avion dans lequel il se trouvait, les envoyant tous tomber vers le sol.

Aucun des neuf parachutistes ou deux pilotes n'a subi de blessures graves lorsque les deux avions sont entrés en collision en vol samedi soir dans l'extrême nord-ouest du Wisconsin, près du lac Supérieur. Des responsables de la Federal Aviation Administration étaient dans la région dimanche pour parler aux personnes impliquées, et la cause de l'incident faisait toujours l'objet d'une enquête, a déclaré Roland Herwig, porte-parole de la FAA.

Robinson, instructeur et conseiller en sécurité pour Skydive Superior, a déclaré que les parachutistes étaient montés pour leur dernier saut de la journée - appelé "charge de coucher de soleil" - et que les deux avions volaient en formation. C'était censé être un saut de routine et amusant pour Robinson, qui saute généralement en tant qu'entraîneur.

Tous les parachutistes étaient des instructeurs ou des entraîneurs et avaient des centaines, voire des milliers, de sauts à leur actif. C'était le 937e saut de Robinson.

"Nous le faisons tout le temps", a déclaré Robinson. "Nous ne savons tout simplement pas ce qui s'est passé avec certitude qui a causé cela."

Lui et trois autres parachutistes étaient dans l'avion de tête, et tous les quatre étaient montés sur la marche sur le côté du Cessna 182 et étaient prêts à sauter. L'avion derrière le leur avait cinq parachutistes à bord, trois en position de sauter et deux autres à l'intérieur de l'avion, prêts.

"Nous n'étions qu'à quelques secondes d'avoir un parachutisme normal lorsque l'avion de sentier est arrivé au-dessus de l'avion de tête et est descendu au-dessus", a-t-il déclaré. "Il s'est transformé en grosse boule de feu éclair, et l'aile s'est séparée."

"Nous savions tous que nous avions un accident. ... L'aile au-dessus de notre tête avait disparu, alors nous sommes juste partis", a-t-il ajouté.

Les trois parachutistes qui se trouvaient sur la marche du deuxième avion ont été renversés à l'impact, a déclaré Robinson, et les deux à l'intérieur ont pu sauter. Le pilote de l'avion Robinson s'est éjecté, et le pilote du deuxième avion a atterri en toute sécurité à l'aéroport Richard I Bong, d'où il a décollé. L'avion a été endommagé.

Robinson, 64 ans, qui vit au nord de Duluth, Minnesota, a regardé l'avion dans lequel il avait été descendre en spirale et s'effondrer.

"En regardant autour de nous, nous voyons l'aile qui s'est éteinte. Nous voyons qu'il est en feu, et il n'y a que des parties de l'avion qui flottent dans les airs avec nous", a-t-il déclaré. "Nous tombions plus vite que ces parties... La préoccupation était donc que nous nous éloignions de la zone d'accident."

Robinson a déclaré que les parachutistes avaient des parachutes qui leur permettaient de s'éloigner des débris qui tombaient et se dirigeaient vers le lieu d'atterrissage prévu. Ils ont ouvert leurs parachutes entre 3 000 et 5 000 pieds et ont atterri en toute sécurité.

Le pilote de l'avion de tête, celui qui s'est brisé, avait un parachute d'urgence qui ne pouvait pas être dirigé, a déclaré Robinson. Il a atterri ailleurs et a subi des blessures mineures nécessitant des soins médicaux.

Robinson a dit que son groupe avait de la chance.

"Cela aurait pu être bien pire", a-t-il déclaré. "Tout le monde, à une personne, a répondu comme il le devrait, y compris les pilotes."

Il a déclaré qu'en s'éloignant de l'avion, il s'inquiétait lorsqu'il n'a vu qu'un seul parachute d'urgence - ce qui signifie qu'un seul pilote s'était éjecté. Il a été soulagé d'apprendre que le pilote du deuxième avion était capable de rester avec l'avion et de l'atterrir.

Robinson a déclaré qu'il n'avait subi aucune blessure, mais que quelques sauteurs avaient des bosses, des ecchymoses et des douleurs musculaires. Et malgré la peur, il a dit qu'il n'hésiterait pas à sauter à nouveau.

"Chaque fois que les nuages et les vents nous permettront d'être debout, nous sauterons", a-t-il déclaré, bien que maintenant l'entreprise soit sans avion.

Récemment, un accident de parachutisme en Belgique a coûté la vie à 11 personnes. Une partie de l'aile de l'avion s'est rompue quelques minutes après le décollage de l'avion d'un aérodrome le 19 octobre, l'a amené dans un nez en spirale. Les parachutistes, presque tous âgés de 20 à 40 ans, célébraient un anniversaire et n'ont pas pu sauter. La cause de cet accident fait l'objet d'une enquête.

Le National Transportation Safety Board n'a pas renvoyé de message de l'Associated Press sollicitant des commentaires.

... alors que vous nous rejoignez aujourd'hui depuis la France, nous avons une petite faveur à demander. Des dizaines de millions de personnes ont fait confiance au journalisme à fort impact du Guardian depuis que nous avons commencé à publier il y a 200 ans, nous tournant vers nous dans les moments de crise, d'incertitude, de solidarité et d'espoir. Plus de 1,5 million de lecteurs, originaires de 180 pays, ont récemment pris la mesure de nous soutenir financièrement - nous gardant ouverts à tous et farouchement indépendants.

Sans actionnaires ni propriétaire milliardaire, nous pouvons établir notre propre programme et fournir un journalisme de confiance, exempt d'influence commerciale et politique, offrant un contrepoids à la propagation de la désinformation. Quand cela n'a jamais eu plus d'importance, nous pouvons enquêter et contester sans crainte ni faveur.

Contrairement à beaucoup d'autres, le journalisme Guardian est disponible pour que tout le monde puisse le lire, peu importe ce qu'il peut se permettre de payer. Nous le faisons parce que nous croyons en l'égalité de l'information. Un plus grand nombre de personnes peuvent suivre les événements mondiaux, comprendre leur impact sur les personnes et les communautés et s'inspirer pour prendre des mesures significatives.

Nous visons à offrir aux lecteurs une perspective internationale globale sur les événements critiques qui façonnent notre monde - du mouvement Black Lives Matter à la nouvelle administration américaine, au Brexit et à la lente émergence du monde d'une pandémie mondiale. Nous nous engageons à maintenir notre réputation de rapports urgents et puissants sur l'urgence climatique, et avons pris la décision de rejeter la publicité des entreprises de combustibles fossiles, de nous désinvestir des industries pétrolière et gazière et de fixer la voie pour atteindre zéro émission nette d'ici 2030.

S'il y a eu un moment pour nous rejoindre, c'est maintenant. Chaque contribution, qu'elle soit grande ou petite, alimente notre journalisme et soutient notre avenir.

Source : https://www.theguardian.com/world/2013/nov/04/wisconsin-skydivers-two-planes-collide

Envoyé par Flaneur le 22 septembre 2021 à 16h55

+ 4 -

Oncledams Vermisseau

2013, les nouvelles sont fraîches ????
+ 8 -

BonPublic En réponse à Oncledams Vermisseau

Le fond de l'air aussi.
+ 2 -

Mini-Cube En réponse à BonPublic Vermisseau

L'eau des wc aussi
+ 8 -

yosegaman Jeune lombric

le ciel n'est pas assez grand faut croire...
+ 2 -

Cloudh Vermisseau

"Aucun des neuf parachutistes [...]" Vachement tordue ta phrase, j'avais déjà en tête: "n'a survécu à cet accident."
+ 1 -

Flaneur En réponse à Cloudh Ver TikToké

Oui c’est la traduction automatique d’un article désolé
+ 8 -

AAAAAAAAAAAAAA Vermisseau

Une description plus succincte serait la bienvenue ^^ surtout les 6 paragraphes de fin d'autosucage du guardian
+ 1 -

Flaneur En réponse à AAAAAAAAAAAAAA Ver TikToké

Oui J’ai raté le copié collé
+ 2 -

Ski-walker Lombric

Et les crash ??
+ 1 -

GruikMan Vermisseau

C’était un beau couché de soleil...
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
101