Dilemme . ..

Chargement du lecteur...
Rejouer
Fermer
Vous aimerez peut-être aussi :
La base d'un bon mariage ... La base d'un bon mariage ...
Sugar rush Sugar rush
4 739 vues

... du moins pour celles "qui le valent bien" ^^"

Envoyé par Libel le 10 janvier 2021 à 19h14

+ 6 -

Thiche Colonel Chat-Ver

Ouais mais bon, en même temps, la tendance lourde chez les femmes, c'est de se chercher un "Sugar Daddy" :

"Dans 24 % des couples, les deux conjoints appartiennent au même groupe social. Dans le cas contraire, l’homme occupe souvent une position professionnelle plus élevée que sa conjointe ( ndla : 76% ). Par exemple, 17 % des couples sont constitués d’une employée et d’un homme profession intermédiaire ou cadre, ou d’une femme profession intermédiaire et d’un homme cadre, alors que la situation inverse ne concerne que 5 % des couples. Par ailleurs, 11 % des couples sont composés d’un ouvrier et d’une employée. Au sein des couples dont les deux membres ont entre 20 et 59 ans, trois femmes en couple sur quatre gagnent moins que leur conjoint, en tenant compte des revenus d’activité (salaires, revenus des indépendants) et de remplacement (chômage et retraites). La contribution des femmes aux revenus du couple s’élève en moyenne à 36 %. Lorsque les deux conjoints travaillent à temps complet (44 % des couples), la femme contribue en moyenne pour 44 % aux revenus du couple. Lorsque la femme travaille à temps partiel et l’homme à temps complet (20 % des couples), la contribution de celle-ci est de 34 % en moyenne. Lorsque seul l’homme occupe un emploi, cette contribution est de 13 % en moyenne".

( Source : https://www.ins...stiques/2017528 - page 94 de la version imprimable en lien )
+ 2 -

GruikMan En réponse à Thiche Vermisseau

Surtout qu'en ce moment, les jobs ne courent pas dans les rues...
+ 15 -

norbertdeterre En réponse à GruikMan Vermisseau

ils ne courent pas les rues, ils les traversent
+ 6 -

yosegaman En réponse à Thiche Jeune lombric

et comment ça se passe pour les polygames niveau salaire ?
+ 0 -

_pepe_ En réponse à yosegaman

Concernant le bilan financier global, apparemment moins bien que pour les polyandres.

À moins de crever le plafond de l'ISF, rien ne sert d'avoir de plus gros revenus si les dépenses sont encore plus grosses.
+ 7 -

hoodoo En réponse à Thiche Vermisseau

Punaise toutes ces stats, on se croirait sur BFM...
+ 4 -

DyaKaze En réponse à hoodoo Vermisseau

Si elles sont vraies, c'est pas BFM du coup
+ 6 -

Oblivionis En réponse à Thiche Taret

J'ai lu " trois femmes en couple ", j'ai imaginé un truc, et j'ai plus aucune idée du sujet de départ ni de quoi ca parle a la fin.
+ 3 -

_pepe_ En réponse à Thiche

L'autre aspect important suggéré dans l'expression « Sugar Daddy », c'est quand même le fait que l'homme est plus âgé que la femme (ce qui justifie le terme « Daddy » [= papa]).

Par ailleurs, rien n'impose que l'homme et la femme soient mariés, pacsés ni même en couple. Le phénomène inclut notamment des situations plus ou moins assimilables à de la prostitution, avec par exemple des jeunes femmes qui accordent épisodiquement des faveurs à des hommes plus âgés en l'échange du financement de leurs études ou de leur logement. Ces dernières années, des articles de presse ont relevé l'ampleur de ce phénomène en région parisienne, et il m'est arrivé plusieurs fois d'entendre des jeunes femmes évoquer avec leur non moins jeune conjoint les moments intimes passés avec les « vieux cons » qui subvenaient financièrement à leurs besoins. Triste monde.
+ 2 -

Thiche En réponse à _pepe_ Colonel Chat-Ver

Je suis complètement d'accord avec les nuances que tu apportes ... mais seulement si j'avais à juger moralement de ce phénomène. Cependant, ce qui m'interpelle dans les données de l'INSEE, c'est que si ces chiffres témoignent d'une grande homogénéité de choix d'un partenaire en fonction de son niveau de revenu ( pas que, mais aussi ), et ce quelque soit le niveau social de ces femmes, ce choix ne peut être que lié à l'immanence féminine. Immanence féminine car d'une part, absence de distinctions sociales dans cette tendance statistique lourde (76%, tous niveaux sociaux confondus) et, d'autre part, parce que les autres déterminants dans le choix du partenaire ne sont pas identifiés. Bien entendu, j'imagine qu'on peut ajouter l'apparence physique, le niveau de culture, la sociabilité, les valeurs éthiques et morales, les projets de vie, etc. comme autant de facteurs déterminant le choix d'un partenaire. Comme toi, je considère que se trouver un vieux crouton fortuné pour répondre à des besoins matériels comme seule exigence, c'est assez consternant. Triste monde, en effet. Cependant, si je m'inscris dans une lecture amorale du phénomène ( et pas immorale, j'insiste sur cette nuance ), je constate froidement que, malgré le baratin féministe véhiculé, l'aspect matériel compte pour l'écrasante majorité des femmes. Il y a juste que pour cette majorité, d'autres prérogatives susmentionnées viennent se greffer au niveau de revenu de leur partenaire. Mais malgré tout, le niveau de revenu importe pour l'écrasante majorité des femmes. Et malgré tout, le dénominateur commun entre l'écrasante majorité des femmes aux prérogatives multiples et les étudiantes désargentées qui se cherchent un vieux et riche crouton uniquement sur base d'une prérogative monolithique liée à la fortune reste le confort matériel que peut apporter un niveau de revenu. Enfin, tu noteras également que les chiffres exposés ne distinguent pas la forme légale que prend le couple ( mariage, pax ou concubinage ). Il est juste question de "couples".
+ 0 -

_pepe_ En réponse à Thiche

Je n'exprimais un jugement moral que dans les deux derniers mots. Dans ce qui précédait, je m'en tenais aux constatations.

En fait, mon commentaire suggérait avant tout que la situation financière à l'intérieur du couple (au sens de l'INSEE : mariage, pacs ou situation d'union libre indiquée lors du sondage) ne suffisait pas à faire de l'homme un « Sugar Daddy », et que le phénomène n'imposait pas non plus que les deux individus impliqués soient forcément en couple (certaines jeunes femmes pouvant avoir un « Sugar Daddy » à côté de leur conjoint régulier, tout comme certains « vieux croutons » mariés peuvent entretenir de petites jeunes à l'insu ou avec le consentement de leur moitié).

Même s'il est plus courant que l'homme soit plus âgé et ait de meilleurs revenus que la femme, le phénomène « Sugar Daddy » vaut avant tout son nom au fait que près (voire plus) d'une génération sépare l'homme de la femme, et que cette dernière tire des avantages essentiellement matériels de cette relation, potentiellement différente d'une relation de couple.

Ainsi, dans les statistiques que tu cites, seule une toute petite partie des couples serait susceptible de correspondre au phénomène dont on parle ici. Sur le graphe suivant (source INSEE), on ne les trouverait que parmi les dernières barres situées tout à droite.
Image de _pepe_
+ 0 -

Thiche En réponse à _pepe_ Colonel Chat-Ver

"Ainsi, dans les statistiques que tu cites, seule une toute petite partie des couples serait susceptible de correspondre au phénomène dont on parle ici."
Mais justement. Je n'en sais rien. Les seules indications que j'ai, c'est d'une part cette indistinction sociale des groupes d'appartenance dans ces 76% de femmes et, d'autre part, l'ostensible inclination des femmes à choisir un partenaire selon un niveau de revenu supérieur au leur. De fait, cette indistinction sociale me permet d'affirmer que le souci de revenu est primordial et prédominant chez les femmes. Je n'écarte pas la possibilité d'autres facteurs mais je n'ai aucune donnée statistique pour en tirer des conclusions. Quant à déterminer la proportion de femmes en couple avec un vieux riche pour des questions de pognon en mode "Sugar Daddy", je n'en sais pas plus. Le graphique que tu me présentes ne rend pas compte de la qualité de la relation ou de l'existence d'autres facteurs dans le choix du partenaire. Au mieux, sait-on de combien l'écart d'âge est proportionné. Par contre, et en ce qui concerne le souci féminin de trouver un partenaire au revenu supérieur, je souligne qu'il y a une tendance lourde que l'INSEE évalue à 76%. Dans les deux cas, différence d'âge ou pas, relation de type "Sugar Daddy" ou pas, prolétaires ou bourgeoises, employées ou ouvrières, professions libérales ou cadres supérieures, le souci de trouver compagnie plus argentée est similaire chez 76% des femmes. Et ça, nous pouvons l'affirmer sans ambages : majoritairement, 76% des femmes choisissent préférentiellement un partenaire au revenus supérieurs au leur. De fait, que font les jeunettes avec leurs vieux et riches partenaires que l'on nomme "Sugar Daddy" par distinction de dynamique de couple et particularisme de forme dans la composition de ces couples ? Elles choisissent préférentiellement un partenaire au revenus supérieurs au leur. Soyons fous, je balance des chiffres sans sources : j'estime qu'avec les "Suggar Daddy", ce choix de revenus supérieurs comme déterminant doit tourner autour de 100%. Et que dans 100% des cas, l'écart d'âge est important. Et que dans 100% des cas, les jeunettes en question n'éprouvent peu ou proue de sentiments pour leur partenaire. Et que dans 100% des cas, elles se pincent le nez quand son vieux riche lui fourre sa vieille nouille dans son abricot. Et pour cause ! C'est exactement ce qui détermine par définition une relation de type "Suggar Daddy" parce que c'est ce qui l'a distingue des autres types de relation de couple.
+ 1 -

Lostrogoth En réponse à Thiche Jeune asticot

Ouah, j'ai rarement vu un tas de merde aussi pompeux que ce que t'as pondu.
D'habitude quand on essaye de faire dire n'importe quoi à des statistiques on essaye de le cacher.
" ces chiffres témoignent d'une grande homogénéité de choix d'un partenaire en fonction de son niveau de revenu " : Non, ce papier ne parle pas du choix du partenaire mais de la composition du couple. Et à ce que je sache il n'y a pas que la femme qui choisit son partenaire (sauf dans le monde des incel).
" ce choix ne peut être que lié à l'immanence féminine " : Là c’est juste misogyne.
" les autres déterminants dans le choix du partenaire ne sont pas identifiés " : Aucun ne l'est.
" Triste monde, en effet " : en effet ...
Je passe sur ta thèse vide et ultra pompeuse qui suit, qui me fais beaucoup rire et qui aurait pu être résumée en "t'façon les femmes veulent que le pognon *beuurp*"
Au moment ou j'écris ces lignes je me demande sincèrement si tu n'es pas juste un troll mais tant pis, je te réponds pour ceux qui te prendront littéralement.
" l'ostensible inclination des femmes à choisir un partenaire selon un niveau de revenu supérieur au leur" : Le papier ne dit toujours pas ça.
" De fait, cette indistinction sociale me permet d'affirmer que le souci de revenu est primordial et prédominant chez les femmes." : Du grand art !! Moi je vais défendre la thèse que c'est les hommes qui choisissent délibérément des femmes avec niveaux de revenus plus faibles et elle sera tout aussi crédible que la tienne avec les données que tu apportes ;).
" je n'ai aucune donnée statistique pour en tirer des conclusions ": je sors cette phrase de son contexte mais c'est le seul truc que t'aurais du écrire.
" Par contre, et en ce qui concerne le souci féminin de trouver un partenaire au revenu supérieur, je souligne qu'il y a une tendance lourde que l'INSEE évalue à 76% " : Toujours pas pinocchio.
" le souci de trouver compagnie plus argentée est similaire chez 76% des femmes. " : Toujours pas.
" majoritairement, 76% des femmes choisissent préférentiellement un partenaire au revenus supérieurs au leur. " Toujours pas, c'est pas en écrivant le même truc 20 fois d'une façon différente que ça en fait une vérité.

Évidement que les femmes se mettent avec des hommes avec une position professionnelle plus élevée vu qu'elles ont en moyenne une position professionnelle plus faible. Si tu appaires toutes les femmes et les hommes dans l'ordre de leur niveau de position professionnelle, je pense fortement que tu retombes sur un écart significatif comme dans le papier de l'INSEE.

Je veux bien croire quand dans notre société (et pas dans " l'immanence féminine " comme tu le dis si savament) , les femmes accordent plus d'importance aux richesses matérielles de leur potentiel conjoint lors du choix de leur partenaire. Et c'est important de comprendre les mécanismes derrière, ça évite d'avoir à faire à des misogynes mous du bulbe.
Si tu veux soutenir une thèse, cite au moins des papiers sérieux qui appuient tes propos, si non tu passes juste pour un idiot.
+ 5 -

yoyoyoyoyo En réponse à Thiche Lombrik de Pandore

Si l'endogamie est rare au niveau des catégories de revenu, c'est aussi du à l'écart salariale entre les genres, et surtout à la distribution des tâches du maintien du foyer. On peut le constater parce qu'il y une catégorie où les gens ont un comportement fort endogame, c'est celle du niveau d'étude. En général, les individus se marient avec une personne d'un même niveau de qualification, donc si pour même niveau de qualification y a un membre du couple qui gagne moins c'est souvent du à des stratégies sur quelle carrière est à privilégier. J'ai étudié ça pour la Belgique et y a quelques années mais c'est des tendances qui devraient pas être très différentes en France. Oubliez pas quand vous jouez avec les bases de données de toujours essayer d'ajouter différentes variables C, avant de chercher à confirmer une hypothèse (qui brille déjà pas par sa sagacité dans le cas présent). Si vous voulez jouer le site de l'ESS a un outil d'analyse en ligne qui peut être sympa, et bricoler avec peut permettre de voir comment les chiffres sont pas fort adapté à adopter à établir des liens de causalité sure en sciences sociales
+ 0 -

Thiche En réponse à yoyoyoyoyo Colonel Chat-Ver

Si ce n'est que le critère "Niveau de qualification similaire" ne signifie pas "Productivité et efficacité similaire au sein de l'entreprise". Un niveau de qualification donne accès à une fonction. Un niveau d'efficacité ou de productivité probant dans cette fonction acquise par un niveau de qualification spécifique induit un salaire plus élevé, une augmentation de salaire ou une promotion. Ou en d'autres termes, une qualification similaire ne peut rendre état d'une similarité d'efficacité et/ou de productivité au travail. Et un critère d'implication ou d'efficacité au travail devrait être ajouté comme variable pour que tes considérations sur les disparités salariales selon la différence de genre fassent sens. Du coup, déduire qu'à compétence égale les femmes gagnent moins uniquement parce qu'elles sont des femmes ne se base que sur des chiffres manquant grandement de variables C comme la productivité et/ou l'efficacité au travail.
+ 0 -

yoyoyoyoyo En réponse à Thiche Lombrik de Pandore

J'ai même pas l'impression que c'est une réponse à mon commentaire tellement c'est accessoire au propos que je voulais développer. Tant pis, continue à avoir raison. Moi je suis triste et je vais aller faire un modèle statistique pour moi en sanglotant parce que je suis incompris (et au chômage aussi parce que tout le monde se fout d'un type qui fait de la stat en sciences sociales, y a pas vraiment moyen de poser des causalités effectives et ça reporte pas de sousous)
+ 0 -

Thiche En réponse à yoyoyoyoyo Colonel Chat-Ver

Oh, tu m'en vois fort peiné. Comme toi, j'ai une impression : essaie d'être moins hautain, ça peut éventuellement t'aider à trouver un job.
+ 0 -

Lostrogoth En réponse à Thiche Jeune asticot

J'hallucine, le mec est sympa, apporte des éléments pour élargir ton opinion prend de son temps pour éradiquer la pauvreté intellectuelle : et tu lui sers la soupe nauséabonde vue et revue... et tu lui chies à la gueule ?! C'est pas correct.
+ 1 -

Thiche En réponse à Lostrogoth Colonel Chat-Ver

Bien sûr que si, ce papier fait état des niveaux de revenus : "Au sein des couples dont les deux membres ont entre 20 et 59 ans, trois femmes en couple sur quatre gagnent moins que leur conjoint". Soit 75%. On peut les mettre en corrélation avec les 76% de disparités de niveau de statut professionnel ( 75% -76% ). Ce papier fait même état de la disparité dans l'apport personnel des dépenses au sein du couple. Majoritairement en défaveur des hommes. Notre sociologue/statisticien sans emploi ( il se qualifie comme tel ) m'explique que les différences de revenus au sein des couples se traduisent par la différence de revenus selon les genres. Les femmes gagnent moins que les hommes parce qu'elles sont des femmes. Et, SURTOUT, parce qu'elles sont mobilisées par les tâches au sein du foyer. Par contre, elles ont massivement un niveau de qualification similaire à celui de leur conjoint. De fait, elles devraient avoir un salaire proportionné à leur niveau de qualification similaire. Mais non. C'est pour ces deux raisons que les femmes se mettent en couple avec un partenaire aux revenus supérieurs ( 75% ) et au statut professionnel plus élevé (76%). D'où mon assertion : "Niveau de qualification" ne signifie pas "niveau de revenu similaire" et "Femme" n'est pas une dénominateur suffisant pour justifier d'une disparité de salaire. En d'autres termes, il spécifie un déterminant ( femme ), constate qu'à compétence égale il y a une différence de revenu et en conclut qu'à l'exclusion des tâches ménagères et de tout autre facteur, le déterminant constitue la cause de cette disparité. Yoyoyoyoyo ( que nous appellerons Yo par facilité ) estime que je suis "hors-sujet" et que je devrais continuer "à avoir raison", alors que je ne signifie nulle part que j'ai raison. Ne t'en déplaise comme à lui, je donne mon opinion sur base de ce qui me semble être des arguments. Mais comme lui, tu estimes que non. Je suis donc misogyne, beauf, idiot et que je suis un Pinocchio écrivant un "tas de merde pompeux". Je "chie à la gueule des gens" qui tentent "d'élargir mon opinion". C'est ce que j'ai retenu vu la faible teneur en argument de tes commentaires. Parce qu'à part m'insulter pour signifier que je n'ai pas raison parce que je n'ai pas raison, tu n'as pas produit grand chose. Ah si ! Il y a des "mécanismes derrières" comme explication. Lesquels ? ... Ils sont "derrières" et ce sont des "mécanismes". Maintenant, nous sachons.
Bref. Tout comme Yo, tu ne débats pas, tu dénigres. Ai-je dénigré _pepe_ malgré nos divergences d'opinions? Pas à un seul instant, qu'il en témoigne. J'ai même pris plaisir à débattre avec lui. Gamin, tu confonds "Cause" et "Conséquence". J'aurais tellement préféré que tu me dises tout ça sur le même ton dans la vraie vie, juste histoire de vérifier si ta propension à me traiter de "Pinocchio", de "Mysorine", d'idiot ou de beauf est une constante ou une variable d'ajustement au confortable anonymat que t'offre LLB. Mais on peut toujours s'arranger si le cœur t'en dit et selon les modalités d'expressions qui te siéront.
+ 0 -

Lostrogoth En réponse à Thiche Jeune asticot

" Bien sûr que si, ce papier fait état des niveaux de revenus " : Je n'ai jamais dis le contraire, je disais que le papier ne traite PAS du choix du partenaire comme tu le prétends (et que tu n'assumes pas).
" Par contre, elles ont massivement un niveau de qualification similaire à celui de leur conjoint. De fait, elles devraient avoir un salaire proportionné à leur niveau de qualification similaire. " : Non, car " niveau de qualification similaire" ne signifie pas " à même niveau hiérarchique, même entreprise et mêmes fonctions et à temps égal " justement à cause de, entre autres, comme le dit Yo, à la distribution des tâches du maintien du foyer.
Pour info, en France, à même niveau hiérarchique, même entreprise et mêmes fonctions, l'écart salarial entre femmes et hommes à temps plein est de 2,7% d’après The Economist.
" En d'autres termes, il spécifie un déterminant ( femme ), constate qu'à compétence égale il y a une différence de revenu et en conclut qu'à l'exclusion des tâches ménagères et de tout autre facteur, le déterminant constitue la cause de cette disparité. " : Tu déformes complètement son propos. Et par contre, quand tu cherches à expliquer ta thèse tu n'hésites pas à invoquer l' " Immanence féminine ", c'est lamentable...
Et c'est justement ces " tout autre facteur " qui aident à expliquer cet écart salarial. C'est dans ces autres facteurs qu'on retrouve la discrimination salariale, les différences biologiques, les constructions sociales et bien d'autres j'imagine. Yo, qui avait l'air pouvoir t'apporter quelques trucs, tu l'as complètement ignoré.
Tu dis avancer des arguments ? Pour défendre quelle thèse ? Avec quelle preuves ? Tu fais dire à un papier ce qu'il ne dit pas, c'est grave. Tu ne prends même pas la peine de répondre à mes accusations tellement cet exercice te couvrirai de honte.
Je ne suis pas un savant comme toi, je ne cherche pas à produire une thèse, seulement à pointer le vide derrière ton langage pompeux pour rien.
T'insulter pour signifier que tu n'as pas raison parce que tu n'as pas raison? Chaton... si mes mots te blessent, remet toi en question. C'est bien facile de ne pas me répondre parce que je t'ai insulté.
Il n'y a eu débat avec _pepe_, ni avec Yo, ni avec moi, tu réponds à coté de la plaque à tout le monde juste pour faire passer ton message nauséabond.
Quand aux mécanismes derrière le statut social des femmes, commence par demander aux femmes autour de toi, et si le cœur t'en dit, fait leur ton cours sur l’ " immanence féminine " selon les modalités d'expressions qui te siéront.
+ 1 -

Thiche En réponse à Lostrogoth Colonel Chat-Ver

Ton avis ne m'intéresse pas et je n'ai donc rien lu, gamin. Nous n'en sommes plus là. Maintenant, tu as juste à te décider entre garder ton avis pour toi ou te connecter sur Discord pour qu'on s'organise une rencontre dans la vraie vie où tu auras toute latitude pour m'insulter de misogyne, d'idiot, de Pinocchio ou de tout ce que tu voudras. J'ai hâte d'élargir ton opinion sur le réel.
+ 1 -

modul En réponse à Thiche Vermisseau

Cela dit, il n'a pas totalement tort, il n'est pas vraiment question de savoir si tu as raison ou tort, il s'agit de mettre en évidence le cheminement d'une argumentation qui prend sens inverse, qui part d'une conclusion et qui cherche à faire correspondre des chiffres et des observations qui la conforte, tout en prenant soin (ou pas d'ailleurs, sinon c'est du procès d'intention) d'écarter ceux qui la mette en péril. C'est un peu d'ailleurs le principe du débat, non ? J'ai rajouté un lien de video rigolo pour illustrer le biais en question, parce qu'on est avant tout ici pour s'amuser, et pourquoi pas être taquin. https://www.you...h?v=4HkxPtmJGPo
+ 1 -

Thiche En réponse à modul Colonel Chat-Ver

Ah putain ! Je t'aime bien, Modul ! Juste pour toi, voici une infime partie du cheminement.

Le gamin me cite :

"Ces chiffres témoignent d'une grande homogénéité de choix d'un partenaire en fonction de son niveau de revenu " ( puisque, je cite le rapport : "Au sein des couples dont les deux membres ont entre 20 et 59 ans, trois femmes en couple sur quatre gagnent moins que leur conjoint ).

Réponse du gamin :

"Non, ce papier ne parle pas du choix du partenaire mais de la composition du couple. Et à ce que je sache il n'y a pas que la femme qui choisit son partenaire (sauf dans le monde des incel)."

Qu'est-ce à dire ?

75% des femmes se retrouvent ( On ne sait pas si elles choisissent ) avec un partenaire aux revenus supérieurs aux leurs. Le gamin objecte que le papier ne parle pas du choix du partenaire. Par contre, il sait, je le cite, qu'il n'y a "pas que la femme qui choisit son partenaire". Donc, il affirme que les hommes choisissent ( à ce qu'il sache ) ... mais les femmes ... Bhé, "le papier n'en parle pas". Pour lui faire comprendre cette notion de choix, un test simple : entre sa mère et lui, et même si elle est dégueulasse au possible, je te fiche mon billet que s'ils font le pari de revenir avec un partenaire dans la demi-heure qui suit, juste en offrant leurs charmes, il reviendra totalement bredouille alors que sa mère rentrera à la maison avec le cul enflé façon chou-fleur. De fait, en terme de choix de partenaires et ne serait-ce que d'un point de vue sexuel, les femmes en ont plus que les hommes. Il y a juste que l'horloge biologique féminine avance inexorablement et accélère cette notion de choix. Pour celles désireuses de fonder foyer du moins. Question d'immanence. C'est sans doute pour cette raison qu'on trouve plus de misère sexuelle chez les hommes et que la prostitution féminine à plus le vent en poupe que la prostitution masculine.

Et ça, c'est juste pour un seul point. Dans quel cas il n'a pas totalement tort, c'est aussi qu'il n'a pas totalement raison. Mais soit. Ce qui importe maintenant, c'est que ce gamin me montre toute sa capacité d'insulte dans le réel.
+ -1 -

Libel En réponse à Lostrogoth Vermisseau

Est-ce que l'on peut résumer vos échanges en disant que les femmes font les meilleures putes ?
:]
+ 0 -

trilouli En réponse à Thiche Vermisseau

Et en résumé ?
+ 0 -

Libel En réponse à trilouli Vermisseau

Cf. ci-dessus ^^
^^'
+ 2 -

tomteub Vermisseau

Oh purée, j'avais oublié les pavés lombrikiens sur les sujets sociaux. Ca fait plaisir de revenir parmi vous, je me croirais dans le monde d'avant.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
151