Rappel aux furieux du caddy

les magasins resteront approvisionnés durant le confinement.
1 772 vues

les magasins resteront approvisionnés durant le confinement.

Envoyé par GruikMan le 29 octobre 2020 à 21h28

+ 4 -

schmerwurst Vermisseau

J'ai du faire deux courses pour bouffer ce midi, et ceux qui dévalisent ont mini 70 ans, donc leurs gosses, ils ont mon age ( merde....)
+ 5 -

_pepe_ En réponse à schmerwurst

Vu leur âge, on peut imaginer qu'ils ont été traumatisés dans leur enfance par les restrictions qu'ils ont connues sous l'occupation allemande et après guerre.

Mais par chez moi, tous ceux que j'ai vu partir avec plusieurs caddies pleins à ras bord avaient moins de 40 ans. Et ceux-là n'ont assurément pas cette excuse.
+ 0 -

Krogacihc En réponse à _pepe_ Vermisseau

Leur age ? Pour avoir vécu l'occupation allemande et s'en souvenir faut être né avant 1935 ...
+ 3 -

GruikMan En réponse à Krogacihc Vermisseau

rationnement d’après guerre jusqu'en 1950...
+ 0 -

Krogacihc En réponse à GruikMan Vermisseau

:D c'est donc ça ! Je pensais que c'était les parents qui avaient transmis ça à leurs enfants.
+ 1 -

GruikMan En réponse à Krogacihc Vermisseau

même jeunes, les enfants sentent (et subissent) le stress des parents
+ 0 -

_pepe_ En réponse à Krogacihc

J'ai des voisins de plus de 84 ans qui vont encore faire leurs courses au supermarché.

J'ai aussi dans ma famille des gens de moins de 81 ans qui gardent des souvenirs personnels précis de situations et d'événements vécus pendant guerre (laquelle ne s'est terminée qu'en 1945), tels que la présence des militaires allemands, les alertes, les bombardements alliés, leurs destructions, les drames de la pénurie, l'arrivée des Américains et de leurs chewing-gums, etc. . Ce n'est pas parce qu'on est petit qu'on ne se rappelle de rien.

De plus, comme le rappelle GruikMan, ceux qui ont connu la guerre ont également vécu les restrictions d'après-guerre, avec notamment les régimes alimentaires particuliers qui en découlaient. Les tickets de rationnement n'ont disparu qu'en décembre 1949, et dans les familles les plus pauvres la situation ne s'est réellement normalisée que plus tard.

Bref, sans compter le ressenti transmis par leurs parents, la plupart des plus de 70 ans ont des chances d'avoir gardé de mauvais souvenirs de la pénurie durant leur enfance.

Ce n'est d'ailleurs pas forcément la seule situation qu'ils ont été amenés à connaître. Durant les événements de 1968 à Paris par exemple, devant les rayons vides des magasins d'alimentation, ma mère a dû recourir au marché noir pour subvenir aux besoins vitaux de ses enfants.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
28