Étudier

Travailler
2 353 vues

Travailler

Envoyé par Patate-A-Eau le 14 mars 2019 à 02h06

+ 58 -

fwan6 cabwL

Peut être, mais quand Jim n'a plus d'électricité, il le prend avec philosophie.
+ 8 -

Guaruda Asticot

Cela dit y a quand même un truc qui n'est pas totalement faux avec l'actualité des personnes de ma génération (80/90), c'est que les parents poussaient au cul pour faire de longue étude pour finalement ne flatter que leur égo.

Faire un Bac S spé Maths c'était chouette, mais au final les connaissances acquises lors de ce cursus ne me serve absolument pas dans mon milieu professionnel.
(Part contre ça me permet d'avoir un bon bagage de départ pour mieux comprendre le monde, au moins d'un point de vu purement scientifique).
+ 6 -

jose_cahuette En réponse à Guaruda Vermisseau

Je suis de 87 et tu as raison à 100%, on m'a poussé à faire un Bac S, j'ai une licence pro en commerce international et au final je suis ambulancier depuis plus de 9ans... Au final les études, dans ce contexte, ne sert qu'à flatter l'égo des parents quand ils parlent de leur progéniture à leurs amis.
+ 2 -

Guaruda En réponse à jose_cahuette Asticot

Le déshonneur familial dont j'ai eu droit quand j'ai annoncer qu'après mon bac je partait pour un BTS en Gestion et Protection de la Nature pour devenir soigneur animalier par la suite. C'est simple j'avais plus de financement, j'ai bosser pour payer mes études, je n'ai malheureusement appris que trop tard que normalement mes parent avaient l'obligation de me payer mes études...
+ 12 -

hellsfangs En réponse à Guaruda Vermisseau

Le seul point ou je ne suis pas d'accord, c'est que je ne pense pas que ce soit pour flatter leur ego. C'était un peu le discours classique de tout le monde, parents, profs, conseillers d'orientations... " tu as le niveau, si tu ne sais pas quoi faire précisément, passe ton bac - S de préférence, c'est le plus généraliste - et ça t'ouvrira un maximum de voies derrière. Je pense sincèrement que c'était une volonté d'augmenter nos choix, plus qu'une volonté de flatter leur ego.
+ 1 -

Guaruda En réponse à hellsfangs Asticot

C'est vrai que je ne peut pas généraliser, pour ma part autant parents que profs c'était clairement de la flatterie d'égo puisque je savais clairement quoi faire. C'est juste qu'après mon bac et mes18 ans, j'ai fait un gros fuck aux décisions familial et je suis partit.

Les parents se flattent auprès d'autres parents et pour les profs c'est la satisfaction d'avoir très bien enseigner leur matière à un élève de plus (même si la satisfaction du travail bien fait c'est une chose positive, ça ne doit pas être ton leitmotive de prof,mais ça c'est juste que le système de l'éducation nationale est mal fichu)

Les conseillers d'orientation n'en parlons pas, les pauvres sont noyer dans des formations qui changent tout le temps et pour ma part (encore une fois), c'est peut être eux qui m'ont le mieux écouter.

Je ne sait pas si tu as vécu ce cas, mais moi j'ai eût dans ma classe de 1er S des élèves qui voulaient partir en L ou en ES pour justement faire une continuité dans les études qu'ils voulaient poursuivre, mais nope, les notes sont trop bonnes on les bazarde en S.
Certains ont volontairement rien branler dans les matières scientifique pour redoubler et changer de filière (au final c'était peut être les plus malins), les autres sont sortit avec un bac S en poche qui ne leur à servie à rien au final.
+ 0 -

Oblivionis En réponse à Guaruda Taret

" Les conseillers d'orientation n'en parlons pas, les pauvres sont noyer dans des formations qui changent tout le temps et pour ma part (encore une fois), c'est peut être eux qui m'ont le mieux écouter. "

Ben moi, ce fut le contraire. Ma conseillère d'orientation a ni plus ni moins flingué ma scolarité et ce que je voulait faire comme étude.Je dit bien flingué, parce qu'il n'y a pas d'autre mots pour décrire ce qui s'est passé.

Sortie du collège, je voulait étudier la médecine, un des rare truc qui m'a toujours plus ( chirurgie pour être précis ). On remplie donc la paperasse demandant les voeux dans les lycées qui correspondent peu avant la fin de l'année.

Quelques jours plus tard, ma mère est convoqué chez la conseillère d'orientation ( pour être franc, je ne connait ni sont visage ni son nom, je ne l'ai jamais vu de ma vie, je n'était même pas présent lors de ce rendez-vous ) Une heure après ma mère ( qui n'a jamais dépassé le CM2, donc pour elle, tout ce qui tourne autour de l'école , elle connait pas trop et a écouté sagement ce qu'on lui a bassiné pendant une heure... ) ressort, on rentre a la maison, et ma mère m'explique que c'est pas la peine de me faire des idées, d'après la conseillère, je n'avait pas les "capacités intellectuel" pour une voie aussi complexe, donc, elle a réorienté mes vœux vers un lycée professionnelle. Le seul choix qui me restait était de devenir électricien, mécanicien ou menuisier, ou bien de sortir du systéme scolaire. Elle a bien précisé a ma mère qu'elle estimé que j'avait peut être les capacité pour avoir un CAP, mais rien au delà.
+ 2 -

Leyriane En réponse à Oblivionis Vermisseau

bienvenu au club: c'est encore pire quand c'est les deux : d'un cotés une partie de ma famille (oncles et tantes dont les gamins ont fait des études longues, et qui poussaient au cul de ma mère pour me forcer a faire du professionnel (en gros, en Belgique, a l'époque c'etait la filière des abrutis, et majoritairement, t'avais pas beaucoups de possibilités après, vu qu'il te fallait les bases générales pour faire ne serait ce qu'un cursus bachelier cours (genre infirmiers ou même simplement comptabilité ou Droits).
De l'autre, ma mère, handicapée qui n'as jamais fait d'étude au dela du primaire, a écouté les conseillers également, parce que soit disant, j'etais pas douée (alors que j'avais les meilleures notes en biologie, francais et physique mais nulle en math et chimie a cause d'un prof taré qui m'as terrifiée toute ma scolarité: le mec petait une zine et pouvait se montrer violent avec les élèves: dans mon cas, il a explosé ma farde et mon cahier, en me hurlant dessus, a cause que j'avais custom ma farde et mon cahier avec un poster d'Iron Maiden....).
La cause? simple: L'etat sociologique et psychologique retardé de ma chère maman: elle était handicapé, sa fille devait obligatoirement l'etre, n'est ce pas?.....

Resultat? Pas d'etudes supérieure, un diplome a peine général, et aucunes voies possible pour me rattraper vu que la famille, quand je les ai foutus devant leurs saloperies, ont convaincus ma mère de me foutre a la porte, et de me bloquer toute possibilités d'etudes supérieures en me coupant les vivres (je tentés un cursus d'assistant en psychologie): on etait en 2008, pile dans la crise, et avec une galère sans noms pour trouver un job étudiant avec les horaires correspondants: j'ai pas trouvé, et a quelques semaines des exams de janvier, je suis rentrée la queue entres les jambes, et ma mère m'as foutue a la porte suite a une dispute ou je reprochais a la famille tout ce qui s'etait passés parce que vous comprenez, j'etais une mauvaise fille, desobeissante.....

Aujourd'hui a 36 ans, je n'ai jamais pus rattraper cette merde: surtout quand la famille est revenue a la charge quelques temps après, alors que je tentais de remonter la pente, grace a mon petit ami qui m'herbergeais que j'etais la cause de la mort de ma grand mère (que j'adorais mais a qui je ne pardonne pas ses derniers mensonges), et surtout le suicide de ma mère qu'on m'as imputées (elle est morte par ta faute, et tu ne viens que pour le fric....alors que je la croyait endettées)....quand t'as une famille de merde, qui se la joue "petit bourgeois", ayant honte d'une soeur handicapée/malade mentalement, et a cotés des gens qui ne se fient qu'a la classe sociale des parents, et pas aux capacités des enfants: ca peux ruiner des vies....Dans mon cas, j'etais surdouée, j'avais fait les tests avec un des conseillers, mais ma famille n'as jamais rien voulu entendre (l'ego quand tu nous tiens), en fait, ils l'ont prix encore plus mal et je m'en suis pris plein les dents.

J'ai vivoté entres des jobs alimentaires, des trucs payés a la journée, enfin soit des trucs de merde, payés au lance-pierres qui souvent, ne permettaient meme pas de sortir la tete de l'eau.
Alors le "bienfait travail" et "Travaille, tu seras récompensé"...."La vie est meritocratique"....nope, chez moi, ce que j'ai vu c'est que c'est chacuns pour sa gueule et ffaut atteindre le buffet avant les autres pour esperer pouvoirs manger un morceau correct et pas crever la dalle.
.
+ 2 -

Oblivionis En réponse à Leyriane Taret

Je compatis tout a fait.
+ 1 -

ZzZzZ En réponse à Oblivionis Vermisseau

Cela dit si sorti du collège il y avais "peut-être les capacité pour avoir un CAP" c'étais probablement bien mal barré pour médecine...
Si ce n'est pas le cas, ils faut également blâmer tes parents, mais bon si tes bulletins de notes avaient été "ready to médecine", même le conseil de classe aurait tiquer sur l'orientation que tu avais formulé et mis en garde tes parents.
+ 1 -

Oblivionis En réponse à ZzZzZ Taret

Mes notes était correct sans être excellente pour autant, personne ne s'opposait a mes projet d'études, mis a part cette conseillère d'orientation ( laquelle je précise encore, n'a jamais pris la peine de me parler ou de me questionné directement ). Comme dit aussi, ma mère n'a jamais dépassé le CM2 ( mon père est mort peu de temps avant ma naissance ) Du coup, dur pour moi de la blâmé sachant son parcours et le fait que l'idée ne venait pas d'elle, mais bien de la conseillère d'orientation. Il y a quelques mois on s'est vu a noël, elle m'a dit que finalement c'était dommage que je n'ai pas fait médecine.Une de mes amie est infirmière, et m'envoyait ses cours régulièrement et que je lui file des coups de main sur certains devoirs ( j'avais même ses mdp pour pioché moi-même directement dans ce qui m'intéressait dans la banque de donné de la fac ).

Concernant mes études, j'ai au final passer le CAP en même temps que le BEP, puis un Bac pro ( obtenue avec mention ) Au lycée pro, une de mes profs ( que je remercie encore pour son soutient ) a assez vite compris mon potentiel, et pour reprendre ses termes " intellectuellement, j'aurait pu faire n'importe quel profession ", une anecdote amusante a son sujet : Parfois, il lui arrivait parfois de me laisser improviser des cours en prenant sa place au tableau ( Français/histoire-géographie ), cela à tellement bien marché que d'autres profs par la suite ont fait pareil par curiosité ( dessin industriel,atelier,art appliqué etc ), juste pour voir si j'y arrivait.
+ 1 -

Guilou En réponse à hellsfangs Vermisseau

C'est vrai que je me souviens de ma petite sœur (elle est de 1990) à qui on avait sorti lors d'un repas familial : « Ah, tu n'avais pas le niveau pour faire S ? » alors qu'elle voulait faire de l'économie et assez logiquement, s'orientait en ES.
+ 6 -

Batmangouste Vermisseau

C'est marrant mais les seuls cercles où j'ai rencontré cette mentalité c'était dans les métiers peu ou pas qualifiés. Faudrait soigner ce complexe d'infériorité, ça rend aigri apparemment.
+ 3 -

Oblivionis En réponse à Batmangouste Taret

Peut être que c'est du au fait que tu fréquente pas tout les cercles.

Pas plus tard que cette été, en vacances avec des amis de ma copine, on a parlé vite fait chômage/conditions de travail dans notre secteur spécifique et salaires, la conclusion d'une des personnes présente ( banquière ) était qu'il est normal que les ouvriers ( entend par la les travailleurs manuel ) soit payé le minimum légal ( quelques soit leurs années d'expérience ou le métier en question. ) car intellectuellement, ils sont limité.S'ils n'était pas limité, ils aurait fait d'autre études.CQFD.

Ce discours sérieux fut approuvé par une future laborantine, un informaticien et un chimiste.

A la table, il y avait également un gars qui a fait une formation d'expert comptable, qui n'a rien dit lors de la discutions, vu que malgré ses études, le seul boulot qu'il a trouvé est d'être caissier dans un supermarché.( ce qui fait de lui, a mes yeux, la personnes ayant le plus de mérite dans le groupe )
+ 5 -

Petitprout En réponse à Oblivionis Vermisseau

tu connais un banquier/banquière qui n'est pas intellectuellement limité ??
tous les banquiers que j'ai connus n'ont pas un cerveau sur-développé ... (mais ont tous ce sentiment d'être supérieurs aux autres, oui)
+ -2 -

gobes En réponse à Petitprout Jeune asticot

Il ne faut pas oublier que les gens au boulot ne sont jamais vraiment eux-mêmes...
Si pour garder ton boulot tu dois faire du chiffre et prendre tes clients pour des cons limités intellectuellement, bah, peu de monde hésite parce que c'est la crise, tu comprends, et des comme toi j'en vois 4 tous les matins, alors au turbin.
+ 1 -

Spekkio En réponse à Oblivionis Lombric Shaolin

Rassure toi, tous les gens ne pensent pas comme ça. Les connard imbus d'eux mêmes seulement, je crois.

Je suis un apprenti de 32 ans, en école d'ingénieur. Je connais donc la case "Non ""qualifié"" mal payé" ayant été employé de grande distribution 6 ans, dont poissonnier 3 ans.
Les gens que je fréquente aujourd'hui, apprenti ingénieurs dont certains avec des "profils atypique" ( c'est à dire par la case "travail"), je fréquente des ingénieurs à mon travail, et des enseignants, a femme l'étant.
Je ne prétendrais pas qu'ils représentent la la France entière. Mais l'essentiel majorité de toutes ces personnes, n'a pas ce raisonnement à vomir de " 'il est normal que les ouvriers soit payé le minimum légal".

En revanche, j'en ai bien deux en tête qui tiendrait ce discours. Les deux à école ou je suis apprenti.

Tous ça pour dire que le monde n'est pas binaire. Avec des gens diplômés qui prendraient les gens moins diplômées pour des imbéciles.

J'irais même jusqu'à pense que t'as franchement pas eu de bol pendant tes vacances.


Je glisse en vitesse une "petite" remarque au des commentaires plus haut.
Pour les gens qui ont fait des erreurs de parcours et qui ont moins de trente ans (ou aurait un reconnaissance de travailleur handicapé*)...
L'apprentissage en France dans certaines région c'est jusqu'à 30 ans pour commencer. Je ne saurais que trop vous encourager à sauter le pas.
À titre indicatif, en troisième de baccalauréat professionnels je gagnais un SMIC net, sans les primes.
Plus que quand je travaillais dans le commerce.
J'étais avec des jeunes de 18 ans qu, en troisième année, gagnaient plus que moi : 1600 net avec primes , oui oui. Et ne vous dites pas que j’exagère, C'est promis jurés)
En revanche c'était dans l'industrie. Un monde magique, si il en est :-)

Si je vous ai intrigué et que vous avez des questions, n'hésitez surtout pas à venir vers moi. ce sera avec plaisirs

*Avec une reconnaissance de travailleur handicapé, l'apprentissage est autorisé à vie. Les entreprises aiment beaucoup ces profils. Elles peuvent ainsi remplir leurs obligations d'embauche de personnes handicapées, d'apprenti, et de payer très très peu. Du point de vue des entreprises, l'apprenti est un salarié bon marché.

Signé : Quelqu'un qui a fait DES erreurs de parcours :-)
+ 0 -

Oblivionis En réponse à Spekkio Taret

Oui, je me doute bien que le monde n'est pas manichéen et que je suis probablement marqué par les mauvaises expérience ( ca me fait songé au Principe de Pareto, ou 20 %d'un groupe/une cause représente 80 % de leurs représentation/stéréotypes/effets ).

Pour la reprise d'étude, n'ayant plus la possibilité de faire des études générale puis repartir sur au moins 10 ans de médecine, je suis partis sur une autre voie, mais que j'ai choisi cette fois...

L'ironie du truc, c'est que qu'après la menuiserie, je m'était spécialisé en ébénisterie et restauration de meuble d'art, mais le métier a quasiment disparue ( décidément ... XD ), du coup, j'ai essayer de me trouver une formation pour ce qui est un hobby depuis que j'ai 7-8 ans, a savoir la forge coutellerie...

Sauf que le diplôme n'existe pas en France, donc pas de possibilité d'aide a la formation possible ( mise a part en payant moi même la formation, c'est a dire pas loin de 4 000 euros par mois... ) Au final, j'ai du me lancer en autodidacte pour apprendre en bossant de façon non déclaré( et non payé ) auprès de couteliers déjà implanté ( ce qui est amusant d'ailleurs, c'est que beaucoup se sont formé comme ca ), et ca c'est passé plutôt bien, suffisamment pour que je soit en train de passer auto-entrepreneur dans ce métier.

D'ailleurs, si ca intéresse du monde, je copierait peut être Magnusoren et je mettrait les étapes de fabrication/restauration sur LLB de temps en temps pour montré ce que c'est. Par contre, ca sera pas des vélos.
+ 2 -

BarneyGumbles En réponse à Oblivionis Lombric Shaolin

Sont sympas tes amis dis-donc ! Aucun de mes potes, mais alors là aucun (et ils sont quasiment tous diplômés du supérieur) auraient tenus de tels propos ! Trouve-toi d'autres amis, les tiens ils puent du cul, sérieux !
+ -1 -

Oblivionis En réponse à BarneyGumbles Taret

" des amis de ma copine " Aprés comme dit, je généralise pas, mais beaucoup de gens ont se comportement.

Moi j'ai résolue le problème il y a bien longtemps !

J'ai pas d'amis !
Image de Oblivionis
+ 0 -

Henry_Hill En réponse à Batmangouste Ver macht addikkkt

C'est pas faux. J'ai bossé quelques temps à l'usine à faire les 3*8 (ou plus exactement les 3*16) et j'étais donc dans un univers masculin "viril" où tout ce qui ne se sert pas de ses mains pour bosser en transpirant ne vaux rien. Moi je suis d'un milieu ouvrier/paysan donc je me sentais pas mal à l'aise mais j'aimais bien discuter avec les mecs des bureaux d'études à la pause, ça leur faisait bizarre parce que j'étais plus diplômé qu'eux en fait. Et les ouvriers ne pouvaient pas les piffrer, uniquement parce qu'ils étaient en chemise/polo et qu'ils ne bossaient pas sur des machines, ils les appelaient "les peintres" parce que bien sûr pour bosser sur un ordinateur dans un bureau c'est que t'es un bon à rien... Heureusement moi j'étais bien accepté dans les 2 milieux et un jour un ouvrier bourré (au boulot, oui) m'a dit : "Toi je t'aime bien, même si tu cherche un boulot dans un bureau et que t'as fais des études tu bosses comme nous et t'es sympa"... En vérité les mecs des bureaux d'études avaient à peine le bac et avaient obtenu ce poste il y a 25/30 ans par hasard, il se faisaient chier au boulot et attendaient la retraite.
+ 3 -

MarcusKhaine

C'est marrant je me reconnais un peu là dedans.

J'ai même pas eu mon bac, j'ai lâché l'affaire avec les études, du coup, j'ai commencé à bosser en 2006 en intérim à droite à gauche, j'ai eu vite fait un CDD, sinon que de l'intérim et on ne me proposait pas de CDI.
Et après 12 ans à tafer comme ça, j'ai un job fixe, 1600€ net par mois environ, prime 13ème mois, tickets resto, horaires de 8h à 16h20 et je rembourse une baraque sur 25 piges. Et pourtant on m'a fait chier pas mal de fois à me poser la question:
- Tu vas faire quoi plus tard? Tu ne veux pas reprendre des études? tu vas pas trouver grand chose comme boulot, tu va gagner une misère etc...

Je suis content de mon parcours et je ne le regrette en rien.
+ 5 -

sandrine65100

Lire vos commentaires m'a fait réaliser à quel points j'avais eu des parents formidables. Surtout ma mére, qui avec son CAP de vendeuse a tenu tête à des conseillères d'éducation qui voulaient décider de l"avenir de ses enfants. Elle n'a rien lâché, aujourd'hui je fais le métier que je voulais faire à 10 ans. Merci Maman.
+ 2 -

vwseb Jeune lombric

Vaste débat.
Moi je suis plutôt du côté pas trop d’études et bosser avec ses mains et sa tête. J'étais plutôt bon à l'école du coup BAC mais comme ça me gavait je n'ai fait qu'un BTS histoire d'avoir quelque de chose en poche. Avec le BAC tu ne fais rien.
Je suis passionné de mécanique auto/moto, je voulais bosser dans ce domaine. Actuellement je ne regrette pas, j'ai un bon job (dans la maintenance donc je met les mains dedans) dans une bonne boîte avec un bon salaire (env 3k€ + primes and co) à bosser 32H/semaine. Du coup j'ai les fonds et le temps libre pour assouvir ma passion sans trop me restreindre en vivant confortablement avec maman et les rejetons (dans 11 ans on aura payé la baraque)

Le problème c'est les branleurs qui sortent maintenant tous des mêmes formations managériales qui n'y connaissent pas grand chose, n'ont jamais salis leurs mains (pas tous, mais la plupart) et qui veulent t'apprendre ton métier... Forcément la fracture usine/bureau s’agrandit
+ 0 -

gwen Vermisseau

80 000 par an ça fait plus de 6500 euros par mois...
Ça sent sent le gros mytho, non ? Ça ne serait pas un fichier qui sert juste donner une excuse à un gamin qui veut plus aller à l'école ?
+ 0 -

Oblivionis En réponse à gwen Taret

Le salaire brut moyen américain est de 3700 euros environ. Du coup, un ouvrier spécialisé ( au hautement qualifié ) payé le double, ca m'inquiète pas trop. Aprés, avant de vouloir immigré, faut voir les taxes et le cout de la vie au US.
+ 0 -

Rodrigo En réponse à gwen Jeune asticot

Ce n'est en réalité pas un mytho au Canada, et possiblement en Amérique du Nord.
Ici les ouvriers dans les domaines tels la construction ou l'exploitation minière sont grassement payés. Il y a peu d'immigration non-qualifiée comme en Europe, les emploi manuels pénibles doivent donc être attractifs pour trouver de la main d’œuvre locale.

C'est plutôt un fichier rempli d'amertume, la revanche du cancre qui a de l'argent et l'agite sous le nez des diplômés.
+ 0 -

gwen En réponse à Rodrigo Vermisseau

Bin ça sent quand même beaucoup le mytho, gagner le double du salaire moyen, alors que le bâtiment fait partie des secteurs les moins payés...
"Le salaire minimum horaire (il n’y a pas de système comparable au SMIC) est de 5,25$. Mais la moyenne à l’heure est d’environ $11 sachant qu’il existe de grandes disparités entre les secteurs et entre les Etats.
En haut de l’échelle, on trouvera les secteurs de haute technologie ou à risque (ex : informatique, biotechnologie, tabac etc.). En bas de l’échelle, on trouvera les emplois faiblement qualifiés comme il en existe des milliers dans le secteur de la restauration ou du bâtiment."
Source : https://www.eur...aux-etats-unis/
Ps : selon un certain D. T. l'immigration de travailleurs sans qualification est énorme aux États-Unis...
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
80