Russie

La "super puissance" Russie avec ses 17.5 millions de km2 possède un territoire 35 fois plus grand que l'Espagne. 
3 fois plus de population et 100, si ce n'est pas 1000, fois plus de richesses naturelles. 
Pourtant le PIB des deux pays est le même. Calculez combien de fois les Espagnols normaux sont plus travailleurs et efficaces que les Russes super puissants, et combien de fois Poutine qui dirige depuis 22 ans cette "super puissance" est plus nul que le plus nul des Espagnols.
Je n'ose même pas vous proposer le même type de comparaison avec la Suisse, le Taiwan, le Hongkong ou le Japon.
De l'ex espion du KGB, expert en renseignement et relations internationales. 
Sergueï Jirnov
1 922 vues

La "super puissance" Russie avec ses 17.5 millions de km2 possède un territoire 35 fois plus grand que l'Espagne.
3 fois plus de population et 100, si ce n'est pas 1000, fois plus de richesses naturelles.
Pourtant le PIB des deux pays est le même. Calculez combien de fois les Espagnols normaux sont plus travailleurs et efficaces que les Russes super puissants, et combien de fois Poutine qui dirige depuis 22 ans cette "super puissance" est plus nul que le plus nul des Espagnols.
Je n'ose même pas vous proposer le même type de comparaison avec la Suisse, le Taiwan, le Hongkong ou le Japon.
De l'ex espion du KGB, expert en renseignement et relations internationales.
Sergueï Jirnov

Envoyé par Nioa le 12 septembre 2022 à 18h34

+ 9 -

Novacreat Lombric

Demain on vous présentera la Suisse.
+ 0 -

le-long-brick En réponse à Novacreat Longbric

Se méfier de l'Helvétie : Monsieur Propre, la tornade blanche, etc... Les crasseux moujiks ne feront pas le poids ! :-D
+ 2 -

OSEA Vermisseau

On ne va pas parler corruption et blanchiment alors ..
+ 6 -

majin Lombric Shaolin

Image de majin
+ 16 -

Methrelda Vermisseau

pas certain que ce soit le meilleur des indicateurs le PIB, il ne reflete en rien le niveau de vie, de liberté, d'égalité sociale, l'alphabétisation etc etc.

Tu peux avoir un pays avec un gros PIB et avoir la moitié de sa population qui crève de faim...
Tu peux avoir un pays avec un PiB moyen, avec une bonne répartition des richesses...

Globalement, ces indicateurs ne doivent pas être utilisé seul. mais en combinaisons d'autres, comme par exemple L'indice de développement humain (IDH)

Pour la russie l'IDH : 0.824
Pour l'espagne : 0.904
Pour la france : 0.901

(Ces chiffres sont de 2019)

l'IDH ne prend pas en compte les inégalités, pour ça il faudrait regarder l'"idhi"

Bref tous ça pour dire que tirer des conclusions sur la seul base d'un Pib...

D'autant que la russie, c'est compliqué, divisé, beaucoup de peuple et d'administrations différentes...
c'est horriblement compliqué.
+ 25 -

_pepe_

Sauf qu'en dépit d'un PIB comparable à celui de l'Espagne, la Russie est bien une superpuissance, et pas l'Espagne. Pareil pour la Suisse, Taiwan, Hongkong ou le Japon.

Quitte à faire des comparaisons à la con entre la Russie et l'Espagne, on pourrait rapporter leur PIB à leur densité de population pour constater que la Russie, majoritairement désertique, s'en sortirait en fait dix fois mieux que l'Espagne.

Il y a un moment où il faut admettre les limites des critères de réussite du monde capitaliste, et qu'un pays qui se crève à la tâche pour enrichir les plus riches et les puissances étrangères auxquels on l'a soumis en tire peu de profit.

Par ailleurs, en 22 ans, Poutine a réussi à sortir son pays du chaos et de la misère dans lesquels la chute de l'URSS et la cupidité du capitalisme occidental l'avaient plongé dans les années 1990. Pour les pays de l'UE, c'est l'évolution inverse qui s'est produite.


Bref, quitte à faire de la propagande, essaye d'y mettre un semblant d'intelligence.
Image de _pepe_
+ 2 -

NainPorteQui En réponse à _pepe_ Vermisseau

Bien d’accord ????
Image de NainPorteQui
+ 0 -

_pepe_ En réponse à NainPorteQui

Je me rappelle que, même dans les années 70, la majorité des Russes ne croyait déjà plus à la propagande qui consistait à présenter Marx, Engels, Lénine, Staline et les dirigeants de l'URSS (Brejnev à l'époque) comme une suite logique dans la poursuite de l'idéal communiste. La Pravda (la « Vérité ») était d'ailleurs bien plus l'objet de la risée populaire que la voix du peuple.

De ce point de vue, présenter Poutine comme l'héritier de l'idéologie communiste paraît sans réel fondement, d'une part parce que le système dont il est issu n'avait plus grand rapport avec le communisme ni le socialisme (hormis le nom), d'autre part parce que la politique économique qu'il a menée durant ces deux dernières décennies a été libérale à bien des égards.

Rappelons qu'aujourd'hui, le Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF) est un parti d'opposition qui se plaint de subir une répression anti-communiste de la part de Poutine.
+ 5 -

anykeyh En réponse à _pepe_ Vieil asticot

Faudrait penser a déménager alors.... ¯\_(ツ)_/¯
+ -1 -

_pepe_ En réponse à anykeyh

Parce que l'herbe est forcément plus verte ailleurs ?

Quand sa cuisine est infestée de cafards, on ne commence pas par s'adresser à Stéphane Plaza mais par traiter au Baygon vert.
+ 2 -

anykeyh En réponse à _pepe_ Vieil asticot

Ah mais moi je ne vis plus en France. Le fait d'avoir baroudé dans pas mal de pays, aligné ou non avec l'Ouest m'a fait prendre conscience de beaucoup de choses.
Notamment que l'herbe EST plus verte ailleurs pour 90% de la population, peu importe le pays.

Aussi que les Français et les Allemands se font bananer completement par la propagande pro-Russie
et pro-Américaine depuis 25 ans, car ils sont la cible privilegié de cette propagande.
L'idée etant que la Russie, ne pouvant conquerir toute l'Europe, la donnerait au couple Franco-allemand, lui meme aligné vers les interet Russes.

Enfin, que la peur et le dégout de tout les pays limitrophes a la Russie vis-a-vis de la Russie est totalement raisonnable, et non le fait d'une propagande pro-américaine ou je ne sais quoi.

Mais pour cela, il faudrait peut-etre avoir quelques amis Finlandais, Ukrainiens, Polonais ou Kazakh et s'assoir autour d'un verre le temps d'une soirée pour comprendre.
+ 0 -

_pepe_ En réponse à anykeyh

Le fait de vivre à l'étranger ne t'a manifestement pas empêché de subir la propagande, notamment pro-américaine. Les termes que tu emploies et les faits supposés que tu rapportes en constituent des indices assez convaincants. Par exemple, le couple franco-allemand est une pure invention, dont la finalité est de nous faire accepter notre soutien à l'Allemagne, sans contrepartie, au sein de l'UE ; il suffit d'aller discuter de ce concept outre-Rhin pour constater son caractère vaporeux.

D'ailleurs, mes contacts réguliers avec l'étranger m'ont permis de constater l'existence de cette propagande chez les populations sous influence américaine. Indépendamment des griefs que ces pays pourraient (souvent à juste titre) nourrir contre l'ex-URSS, depuis une décennie ils subissent (tout comme nous) une propagande russophobe très active, irrationnelle et souvent injustifiée, qui a permis entre autres choses de leur faire accepter des décisions proprement suicidaires.

Quand l'affect domine, la raison s'efface.


La question n'est pas de savoir si tel régime serait meilleur qu'un autre, mais d'en parler avec un minimum d'honnêteté intellectuelle.
+ -1 -

anykeyh En réponse à _pepe_ Vieil asticot

Le couple franco-allemand que je cite est explicitement expliqué dans un chapitre entier de fondamentaux de géopolitique de Duguine, qui est lui meme le petit livre decrivant à quelques details prés la géopolitique appliquée par Vladimir Poutine.

"l'Allemagne se voit offerte la domination politique de facto des États protestants et catholiques d'Europe centrale et orientale, et ainsi, de l'empire européen. L'oblast de Kaliningrad pourrait retourner à l'Allemagne, en échange de certains des pays qui vont de la mer Baltique à la mer Noire. Le livre prévoit un « axe Moscou-Berlin » qui permette à la Russie de compenser sa faiblesse économique, et à l'Allemagne, sa faiblesse politique.
la France est vue comme la deuxième puissance européenne, encouragée à rejoindre un bloc franco-allemand, où elle agirait comme la deuxième force. La Russie doit exercer une influence idéologique en France afin de stimuler la « ferme tradition anti-atlantiste » du pays. Il s'agit également d'appuyer l'extrême-droite française, qui agit dans le sens d'un rapprochement avec la Russie et qui affaiblit la protection américaine."

De quelle propagande américaine parles-tu?
+ 3 -

NainPorteQui En réponse à anykeyh Vermisseau

Honnêtement pour vivre, sous domination américaine, je peux te confié que je préférais une Russie membre de l’Europe, qui apporte un poids dans un monde multi polaire plutôt que comme aujourd’hui un capitalisme sauvage qui tue les cultures, drainent les richesse et le savoir technique vers une vieille bourgeoisie américaine dégénérée et stupide (Trump et consorts), ou dans des sociétés sans âmes comme les Tech (Bz, musk, etc..). Et la France n’est pas un mauvais pays, elle souffre juste d’un défaut de politiques bourgeoises qui on pris possession des droits et devoir du monde pour la moula, trop occupé à travaillé et des règlementation européenne en faveurs de l’Allemagne considérée comme moteur économique de l’Europe.
+ -1 -

anykeyh En réponse à NainPorteQui Vieil asticot

Ah, mais j'ai rien contre l'idée de combattre la domination anglo-saxonne. Je pense néanmoins que laisser passer les errements d'un vieux tyran qui fait bander une frange de la population en France est une grave erreur.

Completement ok pour la Russie dans l'Europe, du moins la russie occidentale, qui de toute façon n'est pas culturellement si differente de l'idéal Européen.

Quand aux USA, ils tomberont de leurs errements et leurs contradictions d'eux meme d'ici quelques dizaines d'années.
Ils ne passeront pas la transition vers un monde moins consumériste.
Toute leur infrastructure est basé sur la voiture et la consommation d'energie a outrance.
Avec cette période de disette qui commence, ça va piquer beaucoup plus qu'en Europe ou Asie par exemple.

Pour un monde multi-polaire aussi, mais pas selon Douguine, non.
+ 0 -

_pepe_ En réponse à anykeyh

L'erreur me semble venir plutôt de la frange de la population qui bande pour les Américains en dépit de la soumission qu'ils nous imposent et du pillage qu'ils nous font subir, et pour les tyrans qui nous gouvernent en bradant ou en piétinant jusqu'à nos intérêts nationaux les plus vitaux.

Comparativement, un tyran qui veille sur ceux de son pays, qui plus est sans menacer les nôtres outre mesure, a toutes les raisons d'apparaître plus sympathique. Sentiment renforcé par le fait qu'il soit systématiquement et depuis fort longtemps la victime de diffamations et de calomnies de la part de nos propagandistes.

Ce que nous subissons, en plus de cette propagande diffusée par et pour des abrutis, n'a pour effet que de faire passer au second plan le fait que Poutine puisse être un tyran. Du reste, quand on subit un régime tyrannique qui entraîne la Nation et l'État vers l'abîme, il n'est pas déraisonnable d'en envier un qui profite bien plus à son pays.

Quant aux errements américains, nous sommes les premiers à les subir. Et au train où ça va, il ne restera plus grand chose chez nous quand ils cesseront (dans l'hypothèse où cela arriverait un jour).
+ 0 -

_pepe_ En réponse à anykeyh

Au temps pour moi. Je n'imaginais pas que tu faisais référence à un théoricien russe des années 90. Il faut dire que juste après la chute du mur de Berlin, la notion de « couple » franco-allemand pouvait encore faire illusion. Bien que ce « couple » ait en réalité fait long, l'idée est restée jusqu'à nos jours dans la propagande euro-atlantiste à destination des Français. Cette propagande est soutenue par les milieux de pouvoir occidentaux qui, depuis longtemps, n'envisagent pas la France autrement qu'à la remorque de l'Allemagne, et l'Allemagne à celle des États-Unis. Même si cette façon de voir a pu arranger les affaires de la Russie, il s'agit avant tout d'une manipulation occidentale.
+ 0 -

anykeyh En réponse à _pepe_ Vieil asticot

Je fais reference au théoricien derriere la géopolitique du président Poutine, pas n'importe qui.
Tiens, voici la liste des choses à faire pour la Russie selon Douguine. J'ai coché les choses déjà faites (x = fait, o = en cours/partiellement):

[ ] La Finlande devrait être absorbée par la Russie. Le sud de la Finlande serait associée à la République de Carélie, et le nord à l'Oblast de Mourmansk.
[ ] L'Estonie serait livrée à la sphère d'influence de l'Allemagne.
[ ] La Lettonie et la Lituanie se verraient conférer un « statut spécial » dans la sphère russo-eurasiatique.
[ ] La Pologne se verrait conférer un « statut spécial » dans la sphère eurasiatique.
[o] La Roumanie, la FYROM, la Bosno-Serbie et la Grèce — le « collectif orthodoxe de l'Est » — s'aligneraient sur « Moscou, troisième Rome », et rejetterait le rationalisme individualiste de l'Occident.
[ ] La Moldavie doit être unifiée avec la Roumanie, sous l'égide de la Russie.
[o] L'Ukraine, une « anomalie absolue », un non-État, doit être conquis et annexé par la Russie, à commencer par ses zones russophones. Il ne devrait pas être permis à l'Ukraine d'être indépendante, de peur qu'elle ne devienne une composante dans une stratégie d'endiguement contre la Russie.
[x] Le Haut-Karabagh doit être assuré comme une zone tampon neutre par la Russie, car il s'agit du point d'équilibre de tout le Caucase.
[x] La Géorgie serait démembrée. L'Abkhazie et une « Ossétie unie », comprenant l'Ossétie du Sud géorgienne, seraient incorporées à la Russie. La Géorgie ne serait en aucun cas autorisée à avoir une ligne politique indépendante.
[o] L'Allemagne se voit offerte la domination politique de facto des États protestants et catholiques d'Europe centrale et orientale, et ainsi, de l'empire européen. L'oblast de Kaliningrad pourrait retourner à l'Allemagne, en échange de certains des pays qui vont de la mer Baltique à la mer Noire. Le livre prévoit un « axe Moscou-Berlin » qui permette à la Russie de compenser sa faiblesse économique, et à l'Allemagne, sa faiblesse politique.
[o] La France est vue comme la deuxième puissance européenne, encouragée à rejoindre un bloc franco-allemand, où elle agirait comme la deuxième force. La Russie doit exercer une influence idéologique en France afin de stimuler la « ferme tradition anti-atlantiste » du pays. Il s'agit également d'appuyer l'extrême-droite française, qui agit dans le sens d'un rapprochement avec la Russie et qui affaiblit la protection américaine.
+ 13 -

Thiche Colonel Chat-Ver

Mouais ... Ceci dit, l'Espagne a un niveau d'endettement de +/- 35.587 $ par habitant (+/- 30.090 €), alors que celui de la Russie est de 2.076 $ par habitant (+/- 1.755 €). Soit un ratio "Dette/PIB" de 17,02% pour la Russie et de 118,4% pour l'Espagne. Un peu comme si l'Espagne se rendait à sa banque en Porsche Cayenne pour demander un plan d'apurement des dettes consécutives à l'achat de sa Porsche Cayenne.
+ 0 -

hoodoo Vermisseau

Y'en a qui vont avoir des problèmes...
+ 18 -

Taldwin Vermisseau

Marre de ces postes sur cette Guerre de Merde qui tue des gens de part et d'autres..
En plus la description est teintée de Russophobie. Comment le monde va aller mieux si on dénigre les uns ou les autres?
Totalement d'accord avec mon VDD Pepe ci-dessus : stop la propagande ! et va militer pour la paix pcq la guerre c'est pas comme dans les jeux...
+ 0 -

KukuLele Vermisseau

+ 1 -

Flaneur Ver TikToké

Image de Flaneur
+ 4 -

BonPublic En réponse à Flaneur Vermisseau

Merde, j'en vois que 11 !
+ 1 -

NainPorteQui Vermisseau

Ni Hao
Image de NainPorteQui
+ 0 -

MuletPower Vermisseau

Et le Jacky Award est remis aujourd'hui à Pepe !!

On applaudit Pepe ! Pour Pepe hip hip hip !
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
59