Des nouvelles de l’athlète transgenre aux JO

JO : l'haltérophile transgenre Laurel Hubbard annonce sa retraite sportive

A 43 ans, l'athlète néo-zélandaise a décidé d'arrêter la compétition après son échec à Tokyo.
L’athlète n’a cependant pas pu soulever la moindre barre lors de la compétition des plus de 87 kilos. Elle a débuté son concours avec une barre à 120 kilos, puis une deuxième et une troisième à 125 kilos, sans réussir aucune de ces tentatives.

L'haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard, qui a écrit lundi à Tokyo une page d'histoire en devenant la première sportive transgenre à participer à des Jeux olympiques, a annoncé mercredi qu'elle prenait sa retraite sportive. «L'âge m'a rattrapée. En fait, pour être honnête, il m'a probablement rattrapée il y a quelque temps déjà», a déclaré Hubbard, qui, à 43 ans, a plus de 20 ans de plus que la plupart de ses rivales.

«Le fait que je sois toujours en compétition est probablement dû, entre autres, à une quantité astronomique d'anti-inflammatoires, et il est sans doute temps pour moi de raccrocher et de me consacrer à d'autres choses dans ma vie», a expliqué la Néo-Zélandaise. 

Née homme, Hubbard avait pris part à des compétitions dans les catégories masculines avant d'entamer un processus de transition pour devenir une femme vers 30 ans. L'haltérophile a tenu à remercier le CIO pour le rôle de pionnier qu'il a joué en lui permettant de participer aux Jeux.

«Je ne suis pas sûre de pouvoir me poser en tant que modèle et inspiration (pour les autres), mais j'espère que ma présence et mon existence peuvent constituer une forme d'encouragement», a-t-elle expliqué à la presse.

La présence de Hubbard, qui pour être sélectionnée avait satisfait aux critères du Comité international olympique (CIO) concernant les sportifs transgenres, a provoqué un débat sur des questions de bioéthique, de droits humains, de science, d'équité et d'identité dans le sport.

Ses supporters estiment que sa qualification pour les JO représente une victoire pour l'inclusivité et les droits des personnes transgenres. Mais d'autres jugent qu'elle bénéficie d'un avantage injuste sur ses rivales en raison de capacités physiques héritées de sa naissance en tant qu'homme.

En vertu des directives adoptées en 2003, le CIO n'autorisait la participation des transgenres qu'aux sportifs ayant subi une opération de réassignation sexuelle, mais il a abandonné cette exigence en 2015, se concentrant sur des taux de testostérone plus faibles. L'instance olympique devrait publier de nouvelles directives sur la question après les Jeux de Tokyo. «Je reste persuadée que le débat doit se poursuivre. Bien que nous ayons des règles pour le moment, elles vont sans aucun doute évoluer à mesure que l'on en sait plus sur les athlètes transgenres et sur ce que cela signifie pour la participation au sport», a conclu Hubbard.

Source : https://www.google.fr/amp/s/amp.lefigaro.fr/sports/jeux-olympiques/jo-l-halterophile-transgenre-laurel-hubbard-annonce-sa-retraite-sportive-20210804
1 656 vues

JO : l'haltérophile transgenre Laurel Hubbard annonce sa retraite sportive

A 43 ans, l'athlète néo-zélandaise a décidé d'arrêter la compétition après son échec à Tokyo.
L’athlète n’a cependant pas pu soulever la moindre barre lors de la compétition des plus de 87 kilos. Elle a débuté son concours avec une barre à 120 kilos, puis une deuxième et une troisième à 125 kilos, sans réussir aucune de ces tentatives.

L'haltérophile néo-zélandaise Laurel Hubbard, qui a écrit lundi à Tokyo une page d'histoire en devenant la première sportive transgenre à participer à des Jeux olympiques, a annoncé mercredi qu'elle prenait sa retraite sportive. «L'âge m'a rattrapée. En fait, pour être honnête, il m'a probablement rattrapée il y a quelque temps déjà», a déclaré Hubbard, qui, à 43 ans, a plus de 20 ans de plus que la plupart de ses rivales.

«Le fait que je sois toujours en compétition est probablement dû, entre autres, à une quantité astronomique d'anti-inflammatoires, et il est sans doute temps pour moi de raccrocher et de me consacrer à d'autres choses dans ma vie», a expliqué la Néo-Zélandaise.

Née homme, Hubbard avait pris part à des compétitions dans les catégories masculines avant d'entamer un processus de transition pour devenir une femme vers 30 ans. L'haltérophile a tenu à remercier le CIO pour le rôle de pionnier qu'il a joué en lui permettant de participer aux Jeux.

«Je ne suis pas sûre de pouvoir me poser en tant que modèle et inspiration (pour les autres), mais j'espère que ma présence et mon existence peuvent constituer une forme d'encouragement», a-t-elle expliqué à la presse.

La présence de Hubbard, qui pour être sélectionnée avait satisfait aux critères du Comité international olympique (CIO) concernant les sportifs transgenres, a provoqué un débat sur des questions de bioéthique, de droits humains, de science, d'équité et d'identité dans le sport.

Ses supporters estiment que sa qualification pour les JO représente une victoire pour l'inclusivité et les droits des personnes transgenres. Mais d'autres jugent qu'elle bénéficie d'un avantage injuste sur ses rivales en raison de capacités physiques héritées de sa naissance en tant qu'homme.

En vertu des directives adoptées en 2003, le CIO n'autorisait la participation des transgenres qu'aux sportifs ayant subi une opération de réassignation sexuelle, mais il a abandonné cette exigence en 2015, se concentrant sur des taux de testostérone plus faibles. L'instance olympique devrait publier de nouvelles directives sur la question après les Jeux de Tokyo. «Je reste persuadée que le débat doit se poursuivre. Bien que nous ayons des règles pour le moment, elles vont sans aucun doute évoluer à mesure que l'on en sait plus sur les athlètes transgenres et sur ce que cela signifie pour la participation au sport», a conclu Hubbard.

Source : https://www.google.fr/amp/s/amp.lefigaro.fr/sports/jeux-olympiques/jo-l-halterophile-transgenre-laurel-hubbard-annonce-sa-retraite-sportive-20210804




Envoyé par Flaneur le 7 août 2021 à 12h42

+ 3 -

Ski-walker Lombric

Ça valait la peine de lancer des débats !
+ -8 -

Ced En réponse à Ski-walker Lombrik

Ca valait bien un énième commentaire de ta part sur le sujet...
+ 4 -

Ski-walker En réponse à Ced Lombric

Ah bon ? Je demande des preuves pcq là, c'est vraiment pas un sujet qui m'offusque ou m'intéresse. D'où mon commentaire ci-dessus.
+ 0 -

BonPublic En réponse à Ski-walker Vermisseau

Il ne faut rien Ceder.
+ -2 -

Ced En réponse à Ski-walker Lombrik

Ca valait bien une réponse à une réponse d'un énième commentaire sur le sujet de ta part.
+ 5 -

Jampol3

Le stagiaire de BFM bosse à la BBC maintenant ? :p
+ 8 -

Flaneur En réponse à Jampol3 Ver TikToké

J’ai oublié de traduire la phrase de la photo qui n’a pas comme source Le Figaro.

disqualifiée après 3 tentatives de pouvoir présenter un snatch convenable .

Double sens du mot snatch

Arraché mais aussi vagin
+ 3 -

Cham Lombric

de toutes évidence il ne faisait pas le poids
+ 1 -

magnussoren Ver (re-)cyclable

PD!
+ 1 -

Kudsak Vermisseau

J'ai l'impression que tu fais une fixette Flaneur...
+ 6 -

Flaneur En réponse à Kudsak Ver TikToké

Je donnais des nouvelles vu que j’avais lancer l’info . Mais sur ce post j’ai un peu raté la blague du fichier en oubliant de traduire le double sens du mot snatch.
+ 2 -

Bellus

Le soucis pour cette personne et les autres transgenre, c'est qu'une fois devenu femme elle ne peux plus concourir dans la catégorie homme.
D'ailleurs ils devraient changer la catégorie homme en catégorie libre, et laissé la catégorie femme pour les personne née femme.
Peut être que dans la catégorie libre des personnes nées femmes arriveraient à de belles performances au niveau des athlètes masculins.
+ 2 -

Henry_Hill Ver macht addikkkt

"d'autres jugent qu'elle bénéficie d'un avantage injuste sur ses rivales en raison de capacités physiques héritées de sa naissance en tant qu'homme."

Toutes ces palabres qu'il faut débiter en 2021 juste pour exprimer l'évidence qu'un homme se prenant pour une femme ne doit pas concourir dans une épreuve de force réservée aux femmes.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
94