Pénurie de personnel dans la restauration

Le secteur de la restauration manque cruellement de personnel, en ce début de saison estivale. Les profils qualifiés ont abandonné. Les patrons, désemparés, sentent le vent tourner. --

Mathieu, le conseiller Pôle emploi, approuve : « Cela fait des années que ces employés sont mal traités. Des années que les patrons chouinent parce qu’ils n’arrivent pas à recruter, en proposant des salaires au ras des pâquerettes. Mais on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre ! Au bout d’un moment, ça casse. Eh bien là, ça y est, c’est cassé. » 

Source : https://www.mediapart.fr/journal/economie/270621/penurie-de-personnel-dans-la-restauration-les-precaires-ont-deserte-les-patrons-sont-depites#at_medium=custom7&at_campaign=1047
6 600 vues

Le secteur de la restauration manque cruellement de personnel, en ce début de saison estivale. Les profils qualifiés ont abandonné. Les patrons, désemparés, sentent le vent tourner. --

Mathieu, le conseiller Pôle emploi, approuve : « Cela fait des années que ces employés sont mal traités. Des années que les patrons chouinent parce qu’ils n’arrivent pas à recruter, en proposant des salaires au ras des pâquerettes. Mais on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre ! Au bout d’un moment, ça casse. Eh bien là, ça y est, c’est cassé. »

Source : https://www.mediapart.fr/journal/economie/270621/penurie-de-personnel-dans-la-restauration-les-precaires-ont-deserte-les-patrons-sont-depites#at_medium=custom7&at_campaign=1047

Envoyé par Widy le 27 juin 2021 à 20h12

+ 59 -

daPookie Lombric Exclu

J'ai envie de dire tant mieux.
Trop de secteurs survivent (ou se gavent) en profitant du chômage structurel de masse pour avoir de la main d'ouvre bon marché à exploiter.
+ 0 -

hoodoo En réponse à daPookie Vermisseau

Domino ...
+ 2 -

Munch En réponse à daPookie Vermisseau

Comme pour les recoltes de fruits et legumes: il faut prendre des maghrébins sous payés !
+ 0 -

sandrine65100 En réponse à Munch

à Lourdes, ce sont les pays de l'est qui fournissent, les russes et les polonais sont moins fainéants.
+ 7 -

Legrandsage En réponse à sandrine65100 Vermisseau

Pour un Polonais, un SMIC français, c'est comme gagner presque 4 000 euros par mois!
Avec ça, ils retournent au pays pour se payer des études, une maison, ou des vacances.
Allez faire ça avec un SMIC en France! :p
Avec un pouvoir d'achat de Français, on vit comme un prince là-bas (c'est du vécu).
+ 0 -

Showbeks En réponse à Legrandsage

Plus en Russie, non. Y'a 20 ans, oui
+ 3 -

Exhaar Vermisseau

+ 40 -

bount Vermisseau

Ca fait plaisir de rappeler aux patrons qu'ils ne sont rien sans leurs esclaves.
+ 27 -

Eutha Lombric

" Maintenant, ce sont les employés qui font la loi ! "

Jacques Mestre, président de l’Umih 34

Miam tu le sens le retour à la réalité du monde du travail là ?! Bah oui mon grand, payer au smic des gens pour faire un boulot avec des horaires de merde et se faire insulter par les clients ça finit par coincer.
Rappelez-vous l'arnaque de la baisse de la TVA qui devait profiter à l'embauche, l’augmentation des salaires ou bien une diminution des tarifs.
+ 3 -

Legrandsage En réponse à Eutha Vermisseau

Le mieux, c'est que souvent, les restaurateurs sont exigeants !
Quand je cherchais du boulot l'été, plusieurs restaurateurs m'ont refoulé parce qu'ils disaient rechercher "un profil plus expérimenté dans la restauration". Et le soir, j'entendais déjà au journal de France 3 des reportages sur les difficultés des pauvres restaurateurs pour recruter des saisonniers : la blague :p
+ 13 -

Flaneur Ver TikToké

Je connais pas le domaine mais j’imagine qu’ils ont le même problème a chaque saison car les minima sociaux sont proches du salaires minimum, quand tu paye quelqu’un 1200€ et qu’il doit se loger dans une région touristique donc loyer cher, se nourrir voir se déplacer autant prendre les 560€ de rsa et rester chez soi ou chez de la famille . Dans ce dilemme le fautif c’est pas le gouvernement mais plutôt les employeurs .
+ 10 -

sandrine65100 En réponse à Flaneur

Un exemple concret : mes horaires de travail, 7h30 à 14h et de 17h à 20h30. Le midi, mon patron veut que l'on prennent en salle des clients jusqu'à 13h45, et le soir jusque 20h45....je fais entre 10 et 12h de supplément par semaine, que je dois rattraper en congé.
La semaine dernière pendant 3 jours, un groupe de 160 personnes a pris sont repas tous les soir à 21h.....et c'est comme ça pendant 7 mois.......
+ 1 -

Flaneur En réponse à sandrine65100 Ver TikToké

Oui merci c’est très parlant comme exemple d’abus .
+ 1 -

sandrine65100 En réponse à Flaneur

et ça c'est un tout petit exemple. J'ai un contrat avec une clause de confidentialité, je ne peux pas me permettre d'en dire plus. Sinon, je peux te dire que mes collègues et moi avons été rapides à signer et retourner nos contrats au Directeur. Juste pour la façon dont il respecte les jauges, nous devrions rentrer chez nous bien vite......
+ 9 -

hokardjo Lombric Shaolin

Ça me rappelle cette histoire assez récentes aux US.
Un marchand de glace cherchait désespérément des employés. Pis finalement il a décidé de passer de 7$25 de l'heure à 15$ de l'heure.
Il a rempli ses 16 postes en une journée, étonnament.

C'est comme les cas de fastfood dans certains pays (Danemark il me semble) qui sont obligés de payer leurs employés un certain montant. Pour contrebalancer ça, ils ont dû augmenter leurs sandwich de... 15 centimes. Pour offrir un salaire bien plus décent.

On prend les serveurs pour des cons (certains bars vont même jusqu'à retenir les pourboirs), il était temps que ça revienne dans la tronche des patrons...
+ 2 -

GruikMan En réponse à hokardjo Vermisseau

Au US, 7$/heure c'est le salaire minimum horaire.. Joe Biden avait proposé 15$/heure dans un des plans de relance covid, mais ce n'est pas passé au sénat... Vu dans certaines grandes chaînes (comme TGI) les serveuses étaient à 3$/heure, sachant qu'avec les pourboires elles auraient au dessus du minimum légal, le patron n’était pas inquiété...
+ 8 -

Oblivionis Taret

Dans ma région, on a quelques bars, je connait assez bien deux d'entre eux qui ont gérer la crise du covid de façon opposé.

D'un coté, on a un patron qui a mis sa serveuse en chômage technique, et a "hiberné" pendant les confinement. Il a repris a l'ouverture, la serveuse est toujours la, tout va bien pour lui.

De l'autre coté, le patron a viré son serveur en licenciement économique et.... il est parti en vacance pendant la crise. A l'ouverture, allez comprendre pourquoi, mais le serveur qui a été viré quelques mois plus tot ne veut pas revenir !

Etonnant, non ?
+ 2 -

Knout Vermisseau

Le café à 3.00€.
+ 2 -

TheMetroidPrime Verxit

C'est un peu normal. Après un an sans rien, plein ont fini par trouver autre chose de plus stable.
Les restaurateurs devront mieux les payer. Mais combien ont les moyens de le faire ?
Non seulement la totalité des restaurateurs qui n'ont pas du mettre la clef sous la porte restent aux abois niveaux ressources et ont un ou plusieurs prêts additionnels au cul.

Du coup le steak-frites sera à 35 balles et l'espresso à 3.5 je suppose.
J'attends les ravis de la crèche des commentaires se plaindre qu'aller au resto est devenu un truc de riche.
+ 4 -

Mini-Cube Vermisseau

Mes chères amis... le taux horaire n'est pas le problème... dans une société ou le déficit du commerce extérieur est croissant, ou la productivité régresse et la croissance de long terme est à 0, le fais d'augmenter les salaires de manière global ne mènera qu'a une chose. De l'inflation voir de l'hyperinflation...
N'attendez pas une hausse durable du pouvoir d'achat par l'intermédiaire d'une augmentation général des salaires. Cela reviendrait seulement à dévaluer la monnaie. Votre travail ayant toujours la même valeur voir moins au final.
Changez plutôt de métier.
Vous pouvez voter , manifester , ou tout casser votre pouvoir d'achat vas continuer de ce dégrader alors que le prix des actifs (actions , immobilier, or , métaux , céréales pétrole) continuera de monter au fur et à mesure que les banques centrales continueront d'imprimer des billets sans contrepartie .
C'est dure mais c'est réel.
Pour ceux qui ont les moyens, investissez dans une résidence principal. L'inflation remboursera le crédit pour vous.
+ 1 -

Astre_radieux Ver luisant

Cela semble être un problème global. J'ai vu dans les infos qu'il y a le même problème en Belgique.
Et même chose en Australie, selon une amie sur place. Là, le problème est plus "rigolo" car beaucoup d'australiens se complaisent au chômage vu qu'une masse d'étudiants étrangers font tous les boulots durs et mal payés. Les autorités ne font plus entrer personne avec le covid et les locaux continuent à ne pas vouloir bosser même si on augmente les salaires.
+ 0 -

belnea Vermisseau

le frérot étant barman et a déjà été responsable d'un restaurant, je comprend mieux pourquoi cette patronne l'a harcelé et mis une rallonge pour le convaincre de venir travailler dans son établissement.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
107