Décapitée, la limace de mer peut faire repousser ses organes .

1 368 vues

La limace de mer Elysia marginata est capable de régénérer tous ses organes clés comme le cœur à partir d'une simple tête. Du jamais vu dans le monde animal. Comment ce petit miracle est-il possible et pourquoi diable la limace de mer se coupe-t-elle volontairement en deux ?

Voilà qui aurait bien arrangé la reine Marie-Antoinette durant la Révolution en 1789. Sayaka Mitoh et sa collègue Yoichi Yusa, de l'université de Nara au Japon, ont découvert par hasard deux espèces de limaces de mer capables de s'auto-régénérer à partir d’une tête décapitée. Un jour, Sayaka Mitoh a remarqué avec stupéfaction une tête de limace sacoglosse (une famille de mollusques) se baladant toute seule dans l'aquarium de leur laboratoire. « Nous pensions qu'en l'absence de cœur et d'autres organes importants, la limace allait mourir rapidement, relate Sayaka Mitoh. Mais, à notre grande surprise, l'animal a fait repousser tout son corps en quelques semaines à peine, y compris le cœur, les reins, les intestins et les organes reproducteurs ».

Au bout de quelques heures, la tête coupée a commencé à se nourrir d'algues. Après 7 jours, le cœur avait repoussé et, en trois semaines, le corps tout entier était régénéré. L'autre partie du corps abandonné, lui, ne repousse jamais mais peut bouger encore pendant plusieurs jours, voire des mois. « Ils se rabougrissent progressivement et finissent par se décomposer », décrivent les chercheurs dans leur étude publiée dans la revue Current Biology.

S’auto-décapiter pour se débarrasser des parasites

Bien que l'autotomie (le fait de se séparer volontairement d'une partie de son corps, comme les lézards abandonnant leur queue pour échapper à un prédateur) soit relativement courante dans le monde animal, l'auto-décapitation de cette limace de mer est sans précédent. Il est d'ailleurs peu probable que ce comportement soit un moyen d'échapper à un prédateur car le processus prend plusieurs heures, note Sayaka Mitoh.

Les chercheurs pensent plutôt que son corps « détachable » constitue un moyen radical mais efficace de se débarrasser des parasites qui peuvent altérer leur capacité de reproduction. Dans un lot de limaces de mer E. atroviridis capturées à l'état sauvage, les quelques-unes qui avaient abandonné leur corps étaient en effet parasitées par des copépodes (des petits crustacés de quelques millimètres de longueur). « Il ne s'agit donc pas d'une autotomie à proprement parler, mais d'une autolyse », souligne Sayaka Mitoh. En examinant les limaces de près, les deux chercheurs ont remarqué une légère rainure à l'arrière de la tête qui semble fonctionner comme une zone de « pré-séparation », un peu comme les dentelures des timbres-poste, que les limaces peuvent activer lorsque l'infection aux parasites devient nuisible.

« Voler » la photosynthèse aux algues

Mais comment ces limaces de mer ont-elles acquis leur incroyable capacité de régénération ? Il semble que l'espèce Elysia marginata soit capable d'incorporer dans son organisme les chloroplastes des algues dont elle se nourrit, un phénomène nommé kleptoplastie. Or, ces chloroplastes constituent chez la plante une sorte de « mini usine énergétique », où l'énergie lumineuse est transformée en matière organique. De précédentes études ont montré que les chloroplastes ingérées par ces limaces de mer ne sont que partiellement digérées et survivent plusieurs semaines, voire plusieurs mois, dans l'organisme de l'animal -- ce qui leur donne au passage leur jolie couleur verte. Les limaces seraient donc capable d'effectuer une sorte de photosynthèse pour régénérer leurs organes manquants.

Le processus ne réussit cependant pas à tous les coups. Sur 39 limaces ayant perdu leur corps, seules 13 ont survécu en reformant des organes. Les têtes des limaces les plus âgées ont en effet arrêté de se nourrir et sont mortes au bout de 10 jours sans faire repousser leur corps.

Source : https://www.google.fr/amp/s/www.futura-sciences.com/alternative/amp/actualite/86161/

Envoyé par Flaneur le 14 mars 2021 à 11h44

+ 1 -

trucmoi Ver d'os

Merci pour ce partage. Je ne connaissais pas du tout cette particularité de cette espèce et c'est effectivement extrêmement impressionnant. Par exemple les salamandres et les têtards ont une capacité de regen importante aussi avec un bras/doigt etc qui repousse quand ils sont amputés. Par contre les grenouilles perdent cette capacité une fois adulte, mais je ne sais pas si cette capacité est partagé pour toutes les espèces de batraciens.

Donc en gros Tzeenchy faut qu'il fasse attention avec sa hache. Par contre il peut s'entrainer avec ses enfants ça risque rien .
+ 0 -

Flaneur En réponse à trucmoi Ver TikToké

Perso ce qui m’impressionne particulièrement c’est que l’article sous entend le fait qu’il régénère les parties perdues à l’état adulte comme s’il pouvait zapper l’étape croissance et qu’il a en mémoire la dernière sauvegarde de l’état de son corps.
+ 7 -

Dom65 Vermisseau

Image de Dom65
+ 0 -

Patoche251 Vermisseau

Vu sur Futura Science.
Bon je dis ça mais j'ai rien dis, dans notre chère patrie on devrait se transformer en limace (quoi que) pour supprimer tout nos parasites...
+ 0 -

Black En réponse à Patoche251 Lombric

La "tête" de l'état ne me semble pas être là partie sans parasite....
+ 0 -

Lalinea Vermisseau

Je suis persuadé que si des extraterrestres vivaient sur notre planète, ils passeraient totalement inaperçus à nos yeux, tant la variété d'espèces est grande et que de nouvelles apparaissent continuellement.
+ 0 -

alextazy0 En réponse à Lalinea Asticot

C'est beau ce que tu dis, Y'a 50 ans t'aurais sans doute eu raison, mais maintenant avec les séquençages adn, bio-informatique, big data et tutti quanti, faudrait qu'ils soient incroyablement similaire au vivant qu'on a d'part chez nous niveau ADN pour pouvoir les "confondre" avec des espèces locales…
+ 2 -

GruikMan Vermisseau

Bizarrement au Japon... pas loin de Fukushima...
Nous sachons !
+ 1 -

NainPorteQui Vermisseau

Je fait pas pareille pas avec bite !
+ 1 -

MindBlown Jeune asticot

@1:20 "...autonomy and regeneration..." Je suspecte une erreur de retranscription dans cette citation. Ladite Sayaka Mitoh a plus probablement employé le terme AUTOTOMIE(y) (tout comme Flaneur dans sa description).
Cela dit elle parlait peut être du niveau d'autonomie de la tête, dépourvue de son corps mais vu le contexte je pense qu'il y a erreur.
+ 1 -

magnussoren Ver (re-)cyclable

j'ai une grosse liste de personnes pour qui je voudrais que ça soit le contraire...
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
157