Ça va bien aller ;-)

3 442 vues

"A" is for Amber, who's taking a bus
"B" is for Barry who's feeding the doves
"C" is for Clara cleaning her lambs
"D" is for Dora hanging out with her friends
"E" is for Eric who's digging too deep
"F" is for Freddie whose heart stops a beat
"G" is for Garry who's crossing the ... street
...
...
...
"V" is for Volvo who knows how to cheat

Envoyé par Orme le 29 novembre 2020 à 01h39

+ 1 -

GruikMan Vermisseau

Ahh dommage, Freddie rate une occaz en or de faire un triple 'Paf le canidé' en série...
Ça n'aurait plus été une pub pour Volvo mais pour Canigoût ou bien Knacki...
-
Pour les fans d'Alphabet Song : https://youtu.be/xkEHzmBSqOU
+ 4 -

_pepe_

Concernant le sujet de la pub, on peut noter que les constructeurs entretiennent une confusion fallacieuse entre les systèmes d'aide à la conduite, qui permettent notamment l'arrêt automatique du véhicule en cas de problème, et les véhicules autonomes, qui peuvent circuler sans intervention de leur conducteur.

Actuellement, on est arrivé à un point où l'on nous vend les seconds en suggérant parfois, et de façon opportune, qu'on aurait seulement affaire aux premiers. Or, c'est le fonctionnement autonome qui interroge les éventuels acheteurs et plus généralement les usagers de la route, avec raisons puisque, jusque maintenant, c'est lui qui a été le plus souvent à l'origine des accidents, notamment mortels, dans lesquels ce type de véhicule a été impliqué.

Les modèles autonomes sont présentés comme tels aux acheteurs par les constructeurs (voir leurs sites web des constructeurs tels que Volvo ou Tesla) : il est clairement question que le conducteur puisse lâcher le volant pour se livrer à d'autre activités. Pourtant, chaque fois qu'il a fallu déterminer les responsabilités dans des accidents, on a rappelé que le conducteur était censé garder le contrôle de son véhicule afin de surseoir à une éventuelle absence de réaction du système automatique. Ce point a déjà été mis en avant à plusieurs reprises, notamment après que des voitures Tesla ont tué leur conducteur en allant s'encastrer dans des camions qui leur barraient la route.

On en est donc arrivé à une situation dans laquelle, d'après les constructeurs, le conducteur serait tout à la fois censé avoir été libéré de la conduite (argument commercial) et censé rester vigilant, surveiller la route afin d'anticiper les événements, vérifier les réactions du système automatique et reprendre la main quand ce dernier ne réagit pas comme attendu (argument juridique). Non seulement ces deux points de vue sont manifestement incompatibles, mais une conduite attentive en mode autonome reste en elle-même problématique, puisqu'elle met à mal la vigilance, les réflexes et le temps de réaction du conducteur (dont on sait toute l'importance pour éviter les accidents ou limiter leur gravité). En effet, dans ces conditions, le rôle de ce dernier se réduit à attendre le moment (supposément improbable) où le système fera une erreur, et à s'en rendre compte assez tôt pour entreprendre une action corrective qui sauvera sa vie et/ou celle d'autrui.
+ 12 -

kast_or En réponse à _pepe_ Vermisseau

T es chaud à 6h du mat dis donc
+ 2 -

_pepe_ En réponse à kast_or

Parce que je fais partie de « la France que se lève tôt » ... le dimanche matin.
;-)
+ 1 -

Flaneur En réponse à _pepe_ Ver TikToké

Après les véhicules autonomes ne sont que la somme des aides à la conduite , régulateur, correcteur de voies, distanciation automatique, et freinage automatique ou d’urgence. Mais oui comme cette utilisation est nouvelle il faudra attendre encore quelques temps pour qu’elles soient moins accidentogene , c’est pour cela que le véhicule autonome est encore interdit dans certains pays ou qu’il faille la superviser en permanence.
+ 2 -

_pepe_ En réponse à Flaneur

D'une part, même s'il en reprend certaines technologies, le véhicule autonome n'est pas « que » la somme de systèmes d'aides à la conduite. Ce n'est pas un patchwork de fonctions dédiées à certaines manœuvres dans certaines situations, mais un système unique et cohérent conçu pour réaliser des trajets entiers.

D'autre part, cela fait déjà longtemps qu'on sait faire des véhicules totalement autonomes, et qu'on en connaît donc les inconvénients. Si aujourd'hui certains ont décidé d'en vendre au public pour les faire rouler dans nos rues et sur nos routes, ce n'est pas tant parce qu'ils ont réussi à surmonter les difficultés techniques, industrielles et commerciales, mais plutôt parce qu'ils ont décidé de fait l'impasse sur les dangers intrinsèques de ces systèmes.


Un système qui doit rester supervisé et être corrigé dans son comportement, que ce soit par le conducteur du véhicule ou par un acteur extérieur, n'est pas un système réellement autonome.

Considérer tout de même ce système comme entièrement autonome impliquerait de lui accorder une totale confiance, alors qu'on ne ne peut prédire s'il saura détecter et évaluer les situations inattendues et y réagir de façon correcte et acceptable d'un point de vue humain, y compris quand ces situations nous paraissent évidentes. Car contrairement à un conducteur, il ne possède pas de véritable intelligence, d'expérience de la vie ni d'éthique qui lui permettent d'anticiper des dangers imprévus et de prendre des décisions en estimant (même instinctivement) les conséquences des options choisies. En l'état actuel, la conduite du véhicule est assurée par l'équivalent électronique d'un débile psychopathe.

D'un autre côté, et comme je l'ai déjà rappelé, la supervision du comportement de ce type de système automatique induit une insécurité supplémentaire, du fait de la perte de vigilance et de réactivité par rapport à une conduite directe. Si l'incidence reste limitée dans des environnements contrôlés (comme le métro, par exemple), sur route ouverte cela ne fait qu'augmenter les risques et aggraver leurs conséquences éventuelles.

Sans surprise, ces deux points de vue ont déjà été parfaitement illustrés par les accidents (quelquefois mortels, et toujours stupides) impliquant des voitures « autonomes » durant ces dernières années.

Le problème est profond, et ce ne sont pas quelques années d'attente supplémentaires qui permettront de faire disparaître ces inconvénients. Quoi qu'il en soit, la voiture autonome actuelle est une aberration, que des constructeurs et des marchands hypocrites et irresponsables tentent de nous faire accepter.
+ 2 -

Muzo En réponse à _pepe_ Vermisseau

Perso, a 250km/h, je ne fais de texto et je ne cherche pas des trucs sur mon écran tactile. La concentration est au top !!! Et obligé de faire une pause toutes les deux heures...plus d’essence !
+ 2 -

sandrine65100 En réponse à Muzo

perso, ma voiture je la conduis.
+ 1 -

_pepe_ En réponse à Muzo

250 km/h c'est très largement au-dessus de la vitesse autorisée, et je doute que ce soit le constructeur qui perde les points du permis, paye l'amende et aille en prison.

Dans la présentation de Volvo, on parle juste de 250 heures par an, mais concernant la « concept car » C26, il est expressément question de pouvoir se reposer, lire ou regarder des films au volant durant les trajets :

https://www.vol...me/lacher-prise
+ 1 -

Flaneur Ver TikToké

C’est trash pour une marque de premier plan .
+ 2 -

funkypat Vermisseau

Donc une volvo ne t'empêchera pas de mourir au volant.
+ 3 -

Astre_radieux Ver luisant

J'ai connu un couple dont le mari est décédé subitement au volant de sa voiture. Il en a embouti une autre. Le propriétaire du second véhicule n'a rien obtenu de l'assurance étant donné que l'homme était déjà décédé avant le choc (et un mort ne peut être responsable de quoi que ce soit).
+ 7 -

Acide Doublombrik

"D" is for Doublon, from 2017
https://lelombrik.net/101555

;-)
+ 1 -

Weng-Weng En réponse à Acide Lombrico de la Cruz

Quel talent
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
71