Une cargaison de 13 tonnes de cheveux humains, probablement de prisonniers chinois, saisie.

CNN - Une cargaison de 13 tonnes de produits de beauté tels que des tissages soupçonnés d'avoir été fabriqués à partir de cheveux humains a été saisie mercredi par des agents des douanes et de la protection des frontières (CBP) des États-Unis au port de New York / Newark.

Selon le CPB, l'envoi est originaire du Xinjiang, en Chine, signalant des violations potentielles des droits humains liées au travail forcé et à l'emprisonnement. Les produits valaient plus de 800 000 $.
Le Xinjiang est une région rurale autonome du nord-ouest de la Chine et abrite environ 11 millions d'Ouïghours, une minorité ethnique majoritairement musulmane avec une culture et une langue distinctes. Jusqu'à récemment, il y avait beaucoup plus de Ouïghours au Xinjiang que de Chinois Han, la majorité ethnique qui compose le reste du pays.
Le département d'État américain estime que plus d'un million d'Ouïghours ont été détenus dans un vaste réseau de camps d'internement au Xinjiang, où ils seraient «soumis à la torture, à des traitements cruels et inhumains tels que des abus physiques et sexuels, des travaux forcés et la mort».

En plus de l'endoctrinement politique, d'anciens détenus ont déclaré à CNN qu'ils souffraient de privation de sommeil, de manque de nourriture et d'injections forcées.
C'est la deuxième fois cette année que le CBP saisit des produits en provenance de Chine soupçonnés d'avoir été fabriqués à partir de cheveux de prisonniers.
«Il est absolument essentiel que les importateurs américains veillent à ce que l'intégrité de leur chaîne d'approvisionnement réponde aux normes humaines et éthiques attendues par le gouvernement américain et par les consommateurs américains», a déclaré Brenda Smith, commissaire adjointe exécutive du CBP Office of Trade.
1 687 vues

CNN - Une cargaison de 13 tonnes de produits de beauté tels que des tissages soupçonnés d'avoir été fabriqués à partir de cheveux humains a été saisie mercredi par des agents des douanes et de la protection des frontières (CBP) des États-Unis au port de New York / Newark.

Selon le CPB, l'envoi est originaire du Xinjiang, en Chine, signalant des violations potentielles des droits humains liées au travail forcé et à l'emprisonnement. Les produits valaient plus de 800 000 $.
Le Xinjiang est une région rurale autonome du nord-ouest de la Chine et abrite environ 11 millions d'Ouïghours, une minorité ethnique majoritairement musulmane avec une culture et une langue distinctes. Jusqu'à récemment, il y avait beaucoup plus de Ouïghours au Xinjiang que de Chinois Han, la majorité ethnique qui compose le reste du pays.
Le département d'État américain estime que plus d'un million d'Ouïghours ont été détenus dans un vaste réseau de camps d'internement au Xinjiang, où ils seraient «soumis à la torture, à des traitements cruels et inhumains tels que des abus physiques et sexuels, des travaux forcés et la mort».

En plus de l'endoctrinement politique, d'anciens détenus ont déclaré à CNN qu'ils souffraient de privation de sommeil, de manque de nourriture et d'injections forcées.
C'est la deuxième fois cette année que le CBP saisit des produits en provenance de Chine soupçonnés d'avoir été fabriqués à partir de cheveux de prisonniers.
«Il est absolument essentiel que les importateurs américains veillent à ce que l'intégrité de leur chaîne d'approvisionnement réponde aux normes humaines et éthiques attendues par le gouvernement américain et par les consommateurs américains», a déclaré Brenda Smith, commissaire adjointe exécutive du CBP Office of Trade.

Envoyé par Flaneur le 10 octobre 2020 à 09h28

+ 3 -

Flaneur Ver TikToké

Source :

https://edition...trnd/index.html

Je précise que la traduction que j’ai mise est sûrement approximative.

Et la totalité de l’article se trouve sur le lien que j’ai mis ci dessus.
+ -9 -

marmelade2 Vermisseau

CNN = fake news.
+ -7 -

Grand_Ma Vermisseau

Quels horribles tortionnaires ces chinois, ils leurs coupent les cheveux. Ils feraient mieux de faire comme les français, les libérer pour des prétextes sanitaires bidons et les laisser jouer à la playstation en cellule.
+ 3 -

Flaneur En réponse à Grand_Ma Ver TikToké

Ce serait déjà beaucoup mieux oui vu la situation des ouïgours la bas.
+ 3 -

Rodrigo En réponse à Grand_Ma Jeune asticot

Bien dit mamie.

De toute façon les bicots tous les mêmes.
+ 3 -

gwen En réponse à Grand_Ma Vermisseau

C'est quand même compliqué d'à la fois les laisser sortir pour des prétextes bidons et de les laisser jouer à la PlayStation en prison.
+ 0 -

Limou En réponse à Grand_Ma Vermisseau

Ça donne une bonne idée de la valeur accordée à la liberté par certains quand on voit que jouer à la playstation en prison semble être un privilège inadmissible.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
96