L'innovation, un suicide professionnel.

A peine parodique.

Envoyé par AZIMUT le 3 janvier 2020 à 16h34

+ 2 -

alextazy0 Asticot

Je ne sais pas si tout le monde comprendra que c'est de l'ironie totale… comme toutes les autres de sa chaine… Son personnage est tellement convainquant, mais ça reste un personnage, à contre-idée de l'intention de l'auteur. C'est tellement convainquant que je pense que certains se feront convaincre par (l'anti-)thèse soutenue par le personnage.
+ 1 -

NoOdle En réponse à alextazy0 Lombric

Ah bah il suffit de lire les commentaires sur les vidéos pour voir que certains ont complètement pris le truc au premier degré.
M'enfin, sans ces gens-là, le Gorafi, The Onion et compagnie n'existeraient pas !
+ -8 -

Libel Vermisseau

Hi hi la recette de Macron pour arriver au pouvoir. Surtout ne rien faire et pomper les autres.
Et le Président qui veut une France qui innove ! ... il nous prend donc bien pour des cons. Ah mais ça c'est pas une nouvelle... ^^"
+ 4 -

_pepe_

Étant entendu qu'il s'agit (en principe) d'une caricature, on voit ici le point de vue simpliste d'un type de personnage (qu'il m'a déjà été donné de rencontrer) qui n'a qu'une vue très parcellaire de l'innovation en entreprise, et qui ne semble pas avoir d'autre horizon que celui de faire du business en piquant les idées des autres.

En effet, dans leur grande majorité, les innovations n'ont pas pour finalité d'être commercialisées, mais de servir à améliorer la productivité de l'entreprise ou d'entrer dans la conception d'un bien ou d'un service en répondant à un problème spécifique dans un contexte particulier : elles sont invendables, non transposables, le plus souvent secrètes ou difficilement compréhensibles pour les non-spécialistes.

Quant aux innovations qui sont commercialisables, les brevets ont justement été conçus pour laisser à leur inventeur le temps d'en tirer profit, par eux-mêmes ou en faisant payer ceux qui souhaitent les utiliser.

Par ailleurs, si les personnes innovantes ne sont généralement pas à la tête des entreprises, ce n'est pas parce que les premières seraient « connes », mais juste parce qu'il s'agit de métiers très différents et qu'il est très compliqué de mener de front les deux activités.

Pour l'anecdote, au début des années 2000, une société américaine (que mon employeur avait malencontreusement laissée s'immiscer dans ses affaires) m'a « piqué » une idée innovante qui m'avait pris 6 mois à développer. Après avoir dépensé plus de 6 millions de dollars et monopolisé une équipe d'une dizaine de spécialistes durant 5 ans afin de tenter de faire fructifier cette brillante idée, cette société a finalement abandonné faute d'en avoir réellement compris le principe et d'avoir pu ne serait-ce que reproduire ce que j'avais pu faire. Et j'ai d'autres histoires du même acabit dans ma besace.
+ -2 -

johnnyq En réponse à _pepe_ Vermisseau

Un point de vue, je vais te parler du mien : brevet déposé en 2005 par l'intermédiaire de mon employeur (un organisme semi public). Vendu en 2010 360k€. Je devrais toucher 26k€ en 2030 si celui qui acheté le brevet reussi son business. Mais rien n'est moins sûr.
Le point de vu d'un inventeur qui s'est bien fait enflé, comme dans la vidéo : http://www.inve...scroquerie.html
Le point de vue d'un spécialiste : https://www.you...?v=OsIihrcqJYA. Que celui qui n 'est pas d'accord aille lui dire en personne :D

Brevet = outil des riches pour s'approprier le savoir des pauvres, car posséder les moyens de production ne leur suffit pas.
+ 1 -

_pepe_ En réponse à johnnyq

Les brevets sont loin d'être parfaits et font l'objet de nombreux abus, je suis le premier à en convenir.

Il n'empêche que la situation serait certainement pire en l'absence des brevets : les inventions seraient beaucoup plus systématiquement volées sans espoir de recours. Il est un fait que ceux qui en ont les moyens s'approprient beaucoup plus facilement les savoirs dont ils parviennent à avoir connaissance quand ceux-ci ne sont pas protégés juridiquement.

Mais les brevets ne sont pas le seul mode de protection. Le secret absolu ou l'enveloppe Soleau sont parfois des solutions bien mieux adaptées à la situation.

Par ailleurs, le but d'un brevet est de protéger une invention pour laisser à son inventeur le temps d'en profiter lui-même suffisamment pour couvrir ses investissements. Un brevet est donc fait avant tout pour être exploité, directement ou au travers de licences.

La vendre des brevets (comme s'il s'agissait d'une marchandise) est un tout autre problème. Si tu as produit une invention uniquement pour en vendre l'idée à un tiers, alors tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même. Il ne faut pas confondre innovation et commerce.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
18