Analogie sur la conquête spatiale

Par vYse59
le 4 novembre 2019 à 21h53
995 lectures
10 réponses

Depuis quelques temps, je regarde les nouvelles et avancées spatiales que l'être humain a pu ou va réaliser durant le siècle, et j'ai eu un malaise de valeur, étant incapable d'imaginer ce que ça représentait dès que je changeais d'échelle. J'ai alors trouvé une analogie qui me plaît et que je m'amuse à conforter, renforcer et agrandir lors de conversations dans les bars avec ceux que je rencontre (oui je suis encore au stade de sortir dans la vraie vie ça existe encore malgré ce que vous pouvez pensez, et il n'y a rien de plus enrichissant à mon goût). Je vous propose alors de vous l'exposer pour qu'on puisse en débattre, amener une analogie au plus proche de la réalité et l'enjeu que ça représente pour la terre et l'humain. 

La voici:

Aujourd'hui, l'être humain à évolué sur la terre qui est sa maison et il a développé des moyens suffisamment poussés pour conquérir les cieux et l'espace, ouah c'est dingue... A une échelle humaine on peut te représenter toi, dans ta maison, et tu as construit un fauteuil roulant pour t'y balader. Malheureusement un fauteuil n'a pas beaucoup de place pour embarquer tes courses et en plus il est à plat. 

Ensuite on a réussi à aller sur la lune, c'est dingue, ça l'est tellement que ça s'est joué à très peu d'échouer et la moindre connerie aurait été fatale. Tellement impossible que une personne sur dix encore aujourd'hui ne croit pas qu'on y soit allé. C'est sûr avec les ordis de merde de l'époque, non mais c'est vrai qu'ils n'avaient pas d'écran visuel, ils faisaient le retour en chiffres binaires et lisaient des putains de graphique. 

Niveau distance la lune c'est à côté. Et oui désolé mais on y est allé c'est dingue. A ton échelle je dirais que dans ta maison, dans ton fauteuil roulant au pneu crevé, tu as réussi à aller chercher ton courrier dehors, c'est beau. 

Là on passe à un autre niveau, la conquête spatiale a pour but d'aller prochainement sur Mars. Sans parler de la difficulté physique que c'est, les complexités dues aux événements sur une période aussi longue, la rendent impossible à mes yeux, même par si miracle il y arrive, je ne vois pas un retour. A partir du moment où ils décolleront ils ne feront qu'augmenter leur probabilité de mourir à un niveau critique et s’aggravant à chaque jour. 

Donc dans ton fauteuil roulant, tu as ramassé ton courrier devant chez toi et là tu vas partir pour aller SONNER chez le voisin en face, j'insiste sur le sonner, tu ne rentreras pas chez lui tu vas sonner et voir ce qui traîne sur le paillasson, et oui je ne l'ai pas dit mais la route à traverser est une autoroute 4 voies en pleine heure de pointe. 

Après voilà pour les plus optimistes je ne dirai pas que c'est impossible, seulement que c'est juste extrêmement difficile et que je doute qu'on puisse prévoir les voitures au retour chez nous (sauf la tesla, ahhh!) 

Donc voilà j'aimerais bien votre retour là dessus, il me reste encore une dernière analogie pour finir en beauté ; donc si on voulait aller vivre dans une maison qui ressemble à la nôtre, il ne faudrait pas changer de quartier, ni de ville, mais de pays, et si vraiment on n'a pas de chance, il faudrait changer de continent. En sachant que toutes les routes sont des autoroutes 4 voies, en pleine heure de pointe. Et que tu es sur un fauteuil roulant qui a les pneus à plat et tu as très peu de place sur toi, pas question d'emmener trop de vivres... 

Alors à votre avis, est-ce proche de la réalité de notre évolution ? Et si la société a mis autant en avant la conquête spatiale comme quelque chose d'incroyable alors que pertinemment on sait que c'est joué d'avance et que ça permet juste de financer d'autres projets qui voient le jour comme par exemple tout ce qui peut servir à un astronaute servira dans d'autre domaines, médical, sport, recherche etc. 

Pensez-vous qu'il faille continuer à soutenir des projets spatiaux en sachant que jamais il n'y aura ce que nous promet la science fiction ou les fantasmes spatiaux? 

Vous avez 4h et la calculette est interdite


+ 15 -

Kudsak Vermisseau

Tu as oublié de dire que comme on commençait à tourner en rond dans notre maison, on s'est mis à attaquer les murs à la masse, foutre le feu à la charpente et placer quelques bâtons de dynamite dans les fondations.
Du coup c'est bien beau d'aller faire des visites de courtoisie chez le voisin, mais y a un moment, va falloir que Plaza il se sorte les doigts pour nous trouver notre nouvelle maison !
+ 3 -

gobes En réponse à Kudsak Jeune asticot

Déjà qu'on a pété la charpente, faut bien qu'on s'occupe !
+ 3 -

gobes Jeune asticot

Je te trouve assez réaliste niveau complexité, à la différence près qu'on peut connaître la présence et la position des voitures à chaque seconde et les utiliser pour arriver plus vite à destination... Il suffit d'une erreur d'un mètre (voire moins) pour que paf, pastèque, je vous répète ça pêle-mêle.

Par contre au niveau des distances, il faudrait plutôt dire que tu habites à Toulouse, et que tu vas chez ton cousin de Marseille. Et comme tu dis, le tout en 4 voies, en heure de pointe pour les poids lourds espagnols, et toi tu es en fauteuil roulant et évidemment obligé de passer par les routes les plus rapides pour pas mettre 6 mois. J'aime bien ton analogie.

Mais tout ça n'est pas suffisant... Il faut ajouter qu'au bord des routes il y a un trou sans fond et pas de barrières de sécurité, ah bah non, c'était trop cher. Par contre il y a un airbag conducteur et l'ESP, qui n'ont jamais été testés en conditions réelles. Trop cher aussi.

Pour expliquer le truc plus simplement à mon fils, je lui dit qu'il doit envoyer une balle de ping-pong de sa chambre sur une chaise de sa classe qui a une fenêtre entrouverte. "Mais si la chaise est pas en face de la fenêtre ? Et s'il y a du vent ? Et si, et si..." Hé bien, pourtant, des gens sont payés et travaillent très dur pour réussir ce genre de chose. Et y arrivent parfois.
+ 3 -

Cyclomore Vermisseau

Et sinon, les hommes ils sont arrivés en Europe, en Asie en Amérique, en Afrique et en Australie en même temps. Déposés là par des extraterrestres qui disposaient d'un fauteuil chromé à réaction, ce qui prouve bien que … euh wait.
+ 7 -

modul Vermisseau

Enfin, on m’ôteras de l'idée que un mec en fauteuil roulant qui scande "on a marché sur la lune" c'est un peu présomptueux tout de même...
+ 3 -

Libel Vermisseau

Ça marche. Dans un bar, le soir, c'est saoulant à souhait comme analogie.

PS. et puis c'est quoi de dénigrer la technique des anciens, en plus en parlant de "fauteuil roulant" ? Tiens, pour la peine, Margaret Hamilton de la NASA... car des fois une image vaut mieux qu'un long discours...
Image de Libel
+ 0 -

BonPublic En réponse à Libel Vermisseau

J'avais lu "Margaret Hamilten" (a mis le temps).
+ 0 -

Perfo Vermisseau

Ça va, t'aurais pu habiter au 4ème...
+ 0 -

TheMetroidPrime Verxit

'Faut lire Carl Sagan.
C'est pas parce que la tâche parait immensément difficile aujourd'hui qu'elle le sera demain. N'importe qui né au 19e ne pourrait même pas imaginer notre mode de vie actuelle et les technologies développées.

Ce qui va suivre tient un peu de l'utopie, mais je préfère celle-là aux autres qui sont à la mode en ce moment.

Le fait est qu'on a même pas vraiment besoin de "trouver" une autre maison très loin et de l'atteindre. On pourrait la construire de toute pièce là où on veut.
De manière générale, la ressource de laquelle découle tout est l'énergie. Avec une chiée d'énergie et des outils adaptés, on peut produire à peu près ce que l'on veut. On peut construire des trucs dans des environnement hostiles et les maintenir sur le long terme. En particulier avec le développement d'IA.
Si on a des machines capables de construire toutes seules des biomes pour nous héberger nous et le reste de la faune et flore terrestre pour que nous puissions vivre à peu près où bon nous semble, et que ces machines sont capable de s'entretenir et de se répliquer elles-même (à l'aide de ressources trouvées sur des corps stériles dont l'exploitation ne fait de tord à rien ni personne), et qu'elles ont à disposition toute l'énergie dont elles ont besoin, alors bingo.

Et puis le jour où on sait construire un tel environnement dans l'espace, pouvant vivre en autarcie durant des siècles ou des millénaires, bha ton problème est résolu. D'autant plus si ces environnements disposent des moyens pour se répliquer.

Alors certes c'est très compliqué, mais rien ne nous empêche de l'anticiper. Pour peu qu'une technologie telle que celle de la fusion nucléaire fonctionne et qu'on puisse la miniaturiser, la quantité d'énergie à notre disposition (et non polluante) devient énorme. Encore mieux, les ressources pour faire fonctionner cette technologie abondent dans l'espace.
A coté de ça, la recherche en IA, robotique et informatique quantique progresse bien.

On est loin d'avoir fini d'explorer le vaste domaine du possible.

En outre, on peut très bien baisser les bras et rester sur Terre, mais ça nous condamne tout simplement, nous et toute vie terrestre à finir vaporisés par le Soleil (si on crève pas avant). Et le fait que ce soit pour dans très longtemps ne change rien au drame que cela représente. Je ne comprends pas comment on peut se dire écologiste et en même temps contre la conquête spatiale pour cette raison.

Il est fort à la mode de considérer l'humanité comme la peste de la Terre. Pourtant, nous sommes son seul et unique espoir d'échapper à la damnation.
+ 0 -

Black Lombric

Les avancées a venir dans le domaine spatiale pourront elles être magnifiques ?
Oui, certainement !

Auront nous le temps de les faire avant que la profusion d'énergie extrêmement bon marché se tarisse ?
De moins en moins probable...

Si le couple industrie et science est un moteur ; risque-t-il de caler faute d'énergie ?
( Ça donne quoi une fusée qui cale ?)
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer une réponse
68