Greendale + Glee = Evergreen

2 183 vues

Envoyé par Zbouboss le 12 juillet 2019 à 19h42

+ 7 -

Dune Vermisseau

C'est très intéressant mais il ne faut pas que j'abuse de ces vidéos longues qui mettent en colère dans la même journée. Bisous.
Image de Dune
+ -8 -

krondor Vermisseau

Perso je suis assez d'accord qu'on mettent en exergue nos privilèges de blanc mâle sis, suisse, éduqué, salarié... etc...
Qu'on se rende bien compte de la chance que nous avons de faire partie des quelques pourcents avantagées au regard des autres catégories sociales.
Je pense que le mec de la vidéo mélange beaucoup de chose et devrait étudier un petit peu Pierre Bourdieu
Son œuvre sociologique est dominée par une analyse des mécanismes de reproduction des hiérarchies sociales. Bourdieu insiste sur l’importance des facteurs culturels et symboliques dans cette reproduction et critique le primat donné aux facteurs économiques dans les conceptions marxistes. Il entend souligner que la capacité des agents en position de domination à imposer leurs productions culturelles et symboliques joue un rôle essentiel dans la reproduction des rapports sociaux de domination. Ce que Pierre Bourdieu nomme la violence symbolique, qu’il définit comme la capacité à faire méconnaître l’arbitraire de ces productions symboliques, et donc à les faire admettre comme légitimes, est d’une importance majeure dans son analyse sociologique.
+ 9 -

S8N En réponse à krondor Asticot

Robert un homme, cis, blanc, agent d'entretien, français as-t-il plus de privilège qu'un Français, gay, noir, avec un salaire de 10k€/mois ?

Robert as-t-il plus de privilège que le prince du quatar même pas blanc,même chrétien (muslim) et même arabe (le pauvre) ?

Le seul privilège qui existe dans ce monde néolibéral capitaliste, c'est l'argent, c'est tout
donc la lutte des classes comme disait Pierre Bourdieu, non ?
Les autres "privilèges" sont insignifiants par rapport à l'argent.
+ -10 -

krondor En réponse à S8N Vermisseau

Et qui a l'argent ? Le blanc ? Parce qu'en Europe le noir riche il court pas les rues... Ensuite en Effet, au Emirat il y a pas beaucoup de riche native femme... ni noir d'ailleurs, ni Européen, il viennent pour chercher des sous et faire partie de la jetset...
Pour Bourdieu, il y a toujours un dominant, le blanc sur le noir, le riche sur le pauvre, le lettré sur le non lettré, l'homme sur la femme, l'actif sur le chômeur, l'hétéro sur le gay (même dans les éléments de langage.
Et S8N il me semble que cet argument biaise la réalité. Ce que beaucoup de gens font, prendre une exception pour en faire une généralité. Il y a plus en Europe d'homme cis blanc, employé de bureau que d'homme, cis, blanc, agent d'entretien, français. D'ailleurs agent d'entretien, un boulot de conciergerie ou de femme le soir après les employés de bureau ? Qui plus est, en france il y a un autre problème, l'intégration des Arabes qui sont exclus par délit de facieste.

L’exception S8N l’exception. Et la perspective d'un homme blanc cis européen, c'est de se mettre en perspective d'un groupe minoritaire.

Qui plus est, l'homme blanc, cis dira toujours qu'il n'est pas plus avantagé que la minorité en prenant pour comparaison un autre groupe encore plus minoritaire.
+ 8 -

john5 En réponse à krondor

Le problème n'est pas d'utiliser des outils sociologiques telles que les classes ou "l'intersectionnalité" pour examiner des différences de richesse, statut social ou qualité de vie mais de se baser sur ces catégories abstraites et surtout très arbitraires pour mettre en place une forme de politique de rétablissement d'un status quo fantasmé, d'autant plus lorsqu'on les développe à l'échelle des individus plutôt que de la société. L'inégalité c'est la forme la plus naturelle de diversité et surtout elle existe dans une infinité de nuances et ces nuances sont aussi versatiles qu'intangibles. Or et c'est d'ailleurs aussi le paradoxe de ce nouvel extrême-gauche, l'essentialisation, dont il est un des argument critique fondamental, est utilisé réciproquement pour promouvoir le nouvel ordre moral. Pour dire ça plus clairement, l'idéologie dont on parle s'attaque à des discriminations que la sociologie a lié à des catégorie bien identifiées comme la race (au sens américain), l'orientation sexuelle, le poids etc. mais se sert exactement des mêmes catégories pour décider à quelle caste appartient chaque individu dans la pyramide de victimisation et par conséquent son droit à la parole, à la liberté d'expression, à la dignité voir tout simplement sa qualité humaine tout court, en dehors de toute considération réelle et tangible comme le comportement civique ou les qualités humaines effectives.
Si on extrapole cette idéologie jusqu'au bout, on peut subdiviser indéfiniment les critères essentialistes de ségrégation des individus et on pourrait affecter aux bébés à la naissance un "barème de privilège" qui conditionnerais ses droits civiques, son statut social, ses allocations, etc. Je pense qu'à la lumière de cette perspective la dimension dangereuse et fascisante de cette idéologie prend tout son sens...
Ce qui est triste dans tout ça c'est que j'ai le profond sentiment que l'histoire se reproduit sans arrêt : les idéologies totalitaires incubent toujours comme solutions novatrices à un contexte social défaillant et parviennent à maturité car ses promoteurs sont incapable de réaliser que la dérive puisse être issu d'une intention initiale sincère.
+ -9 -

krondor En réponse à john5 Vermisseau

C'est abstrait dans la perception, mais quantifiable il me semble, perceptible même. Ce qui en fait un facteur tangible, dont la conséquence se mesure en privilège(s), si je comprend bien. Il se démontre même par les actions et attitudes dans un groupe envers les autres groupes (prise de parole par exemple).
Ne peut-on pas parler de société sur un campus ? Je ne vais pas me baser sur la vidéo qui utilise beaucoup de biais de confirmation. Mais sur l'expérience sociale au niveau de la microsociété du campus. La perception du privilège est notée et partagée par une multitude de sous-groupe sociaux (et sociétaux pour Grand_Ma).
Je conçois qu'il y a une notion de fantasme à vouloir l'équité pour tout les groupes culturels (je ne serais dire pour englober la totalité des facteurs de groupe de population). Je pêche encore à me positionner personnellement sur les sous-groupes muti-genrées et a genrées (remarque personnel qui n'engage que moi).

Je ne comprend pas la notion de nouvel ordre mondial. C'est aussi flou dans sa représentation que définir l'extrême gauche. La gauche à toujours voulu et est pour l'évolution social. L'extrême-droite, la droite, le maintient des privilèges des hommes blancs (chrétiens?) natifs et de refuser les évolutions sociales (et sociétales). Le nouvel ordre moral n'est-il pas une critique contre la dominance d'un groupe privilégié? J'entends par là exacerbé le comportement critique contre les différences de groupe sociaux multi-culturels. Le terme défendu est "inclusion" je pense.

Je comprend l'idée que les différences sont présentes et le seront toujours. Pour parvenir à se donner une identité l'individu à besoin de se différencier et d'appartenir à un groupe avec des facteurs communs. Mais ceux-ci sont et devraient être choisis et non subis. La différence fondamental est le choix et l'accessibilité aux ressources. L'expérience est de supprimer les différences liées à une appartenance caractéristique.

Je ne pense pas que le totalitarisme apparaitra encore. L'histoire est aussi faite d'extrême injonction qui ont ensuite été contrebalancée pour trouver un équilibre sociale. La révolution n'est pas toujours faite dans le sang.
+ 4 -

_pepe_ En réponse à krondor

S'il apparaît risqué de situer une personne ou un mouvement politique dans l'éventail gauche-droite (du fait des fréquents décalages entre les positionnements affirmés et les comportements constatées), l'instauration d'un nouvel ordre mondial (néo-libéral et mondialiste, notamment dénoncé par Bourdieu) et son caractère totalitaire apparaissent aujourd'hui de façon tangible.

Son existence est d'autant moins contestable qu'il a parfaitement été documenté par nos instances dirigeantes nationales et supranationales qui le mettent en place et par les milieux d'influence (principalement américains) qui les inspirent.
+ 2 -

S8N En réponse à krondor Asticot

@krondor : "beaucoup de gens font, prendre une exception pour en faire une généralité. Il y a plus en Europe d'homme cis blanc, employé de bureau que d'homme, cis, blanc, agent d'entretien, français."
D'après mon expérience personnelle (donc pas de preuves), je suis d'accord avec vous,
La plupart des techniciens de surface sont des femmes noires ou à la peau foncée, mais je pense que nous avons une divergence du pourquoi,

pour toi : ce sont des femmes racialisées, donc moins privilégiées, donc des femmes de ménage

pour moi : ils sont nés dans des ghettos parce que la France les a placés dans des ghettos, les ghettos sont hors du centre ville et donc hors du bassin d'emploi donc ils ne sont pas dans des familles riches donc une éducation minimale (jusqu'à 16 ans voir le bac max)
donc pas très qualifiée, donc femme de ménage.

La solution pour toi : mettre en œuvre l'équité (pas raciste,pas sexiste, tous identique pour avoir tous les même privilèges)

La solution pour moi : luttes des classes

Je vous demande de participer à une réflexion mentale :
Supposons que je suis un homme, cis, peau blanche, 30 ans, BTS, chrétien, vivant à Paris.
Quels seront mes privilèges supplémentaires par rapport aux exemples suivants ?

- femme, gay, peau noir, 30 ans, agnostique, BTS, vie a Paris.
- homme, cis, peau foncée, 30 ans, mulsim, BTS, vie a Paris.

Maintenant que vous avez votre liste de privilèges, l'homme blanc doit logiquement avoir plus de privilèges,
Pouvez-vous faire une nouvelle liste, mais cette fois-ci l'homme blanc avait une famille pauvre et une éducation dans une ZEP à Paris,
et les 2 autres dans une famille riche et ils ont fait HEC, science po, sont normalien etc....

Maintenant, qui est la personne qui a le plus de privilèges ?
+ -2 -

krondor En réponse à S8N Vermisseau

J'ai fais une trop longue réponse... j'ai perdu mon texte T_T

En gros je donnais plein d'exemple dans l'attitude de tout les jours et du fait que l'arabe doit prouver qu'il est intégré, que l'asiatique n'est pas née dans X pays, qu'une femme est compétente et pas qu'un genre sexualisé.
Que l'éducation se compartimente dès le préau https://vimeo.com/95740775
Que le clip de Charly Gomond est une dénonciation.
Que la posture du médecin noir dans Knock avec Omar Sy est une posture d'inégalité.
Qu'un gay n'est pas une personne aimant les bites dans le cul
Qu'un blanc n'a pas besoin de prouver qu'il n'est pas dans une ZEP.
Qu'un noir qui a un BTS s'en est sorti alors qu'un blanc qui a un BTS aurait pu faire mieux (celui là je l'ai vécu en live !!!)
+ 0 -

S8N En réponse à krondor Asticot

Tu n'a pas répondu a ma question,

et j'en rajoute quelque une ;)
pour toi, c'est quoi un privilège ?
quel privilège a un homme blanc par rapport a un homme noir ?
quel privilège a un homme noir par rapport a un homme blanc ?
etc...

En vivant dans de monde de consommateur, je me suis dit qu'un privilège = plus de pouvoir d'achat, j'ai peut-être faux.

"Que l'éducation se compartimente dès le préau" dans cette exemple avec la petite fille, Cela signifie que les garçons de son âge sont sexistes ? c'est le corps enseignant qui est sexiste et qui inculque ceci ou les parents ?
Que voudrais tu faire pour régler ce "problème" ?
+ -2 -

krondor En réponse à S8N Vermisseau

https://zonevid...eges/les-brutes

voilà, les québecois en parlent mieux que moi.
+ 1 -

S8N En réponse à krondor Asticot

il y a vraiment quelques questions que je considère comme "stupides"
- "faire son coming out" mais qui s'en soucie ? Je ne dis pas à tout le monde que je suis un geek agnostique.
- "pendant les cours d'histoire, si on parlait de ton peuple ?" Eh bien, si vous êtes un étranger, c'est normal, je ne suis pas sûr que les Chinois enseignent la Première Guerre mondiale, mais si vous êtes Canadien, mais que votre peuple n'est pas le Canada parce que vous êtes noir, alors je trouve cela étrange.

les questions sont toutes ainsi (a 90%),
ils ont des problèmes qui se créent d'eux-mêmes,
Cependant, il y a des problèmes homophobes, sexistes, racistes etc... mais c'est noyé dans ses conneries et c'est très grave.

Comme dit le mec a la fin : "le plus grande facteur de discrimination c'est socio-économique, du moments que tu vas a l'université ..." donc c'est un problème de lutte des classes,
Et quand vous regardez la vidéo ci-dessus avec Evergreen, les gars sont à des années-lumière de la lutte des classes et c'est pourquoi (pour moi) ils sont à l'ouest et même dangereux pour la cohésion sociale,
ils font beaucoup plus de mal que de bien, juste pour se sentir supérieur, ça me fait fortement penser au film "La Vague" (Die Welle).
+ -1 -

krondor En réponse à S8N Vermisseau

écoute juste ce qu'ils ont à dire, ils le vivent et pas toi. Si toi t'en a rien à faire de leur orientation sexuelle, d'autres non. Il faut comprendre les réactions et non les condamner. D'où viennent les tensions ? De multiple facteurs. Peux-être que toi tu as rien à faire que ce soi une femme qui soit ton supérieur, d'autre non.
+ 0 -

S8N En réponse à krondor Asticot

"Peux-être que toi tu as rien à faire que ce soi une femme qui soit ton supérieur" bien sûr et heureusement, que mon supérieur est un homme, une femme, un gay, un noir, un musulman, un apache de combat, osef !
"d'autre non" Eh bien, si vous avez DES statistiques qui montrent ceci, pas de problème et si celui-ci sont fiables, alors je vais changer d'avis et dans ce cas, la forme du SJW est vraiment mauvaise.

"D'où viennent les tensions ? De multiple facteurs."
ils n'existent peut-être même pas les facteurs, c'est totalement possible, et dans ce cas, c'est de la paranoïa. (un sentiment de persécution pouvant aller jusqu'à un point d'irrationalité et de délire),
et pourquoi je pense que ceci est un phénomène paranoïaque collectif ? (Je me pose moi même la question pour savoir si je suis sur la bonne voie dans ma réflexion)

ma réponse :
SJW ne se remet jamais en question,
quand on leur demande s'ils peuvent au moins nous écouter, ils répondent "Non !",
il est impossible d'en parler parce qu'il vous insulte, vous bloque etc...... (pas très zététique ceci ;) )
et cela reflète d'une hygiène mentale déplorable,
de cette observation j'en déduis a un phénomène paranoïaque et collectif.

Si nous pouvions parler avec les SJW and co, donc qu'ils changeant la forme et d'un fond plus élaboré (rigueur scientifique, méta analyse etc..), Je suis peut-être d'accord avec eux,
Je suis peut-être militante, mais ce n'est pas le cas actuellement.
+ 8 -

Grand_Ma En réponse à krondor Vermisseau

Tu veux dire catégorie RACIALE et non sociale, sinon tu ne parlerais pas de privilèges BLANC. Etre d'une quelconque couleur n'a jamais été une position sociale. De même on ne parle pas de sociale pour homo etc mais de sociétal ( – sociétal : est spécialisé pour tout ce qui touche aux mœurs, aux institutions et aux règles de ladite société ) . Aimer se prendre des bites dans le cul ne te donne pas de position sociale. Ëtre un paysan, médecin,sans emploi ou mère au foyer oui

Bref c'est plutôt toi qui mélangent beaucoup de choses.
+ -6 -

krondor En réponse à Grand_Ma Vermisseau

Non un statut social découle de notre position sociétale :d je parle bien de statut social.Je ne mélange rien très cher. Enplus, la tenue, le maintient, le langage, sont autant de facteur pour se prémunir d'une confusion à un autre statut social. D'ailleurs on peut être hétéro et aimer ce prendre des bites dans le cul, cela s'appelle une pratique sexuelle, qui n'est en rien commun avec l'orientation sexuelle.

Je vais même aller plus loin, les cons prennent de haut les autres, mais n’apprennent rien d'un échange avec les autres. Ils restent juste con. J'ai raison ? Non, parce que lire encore catégorie raciale de nos jours... faut vraiment persister dans la connerie...

On parle de groupe de population. On peut appartenir à plusieurs groupe de population.
+ 6 -

Thiche En réponse à krondor Colonel Chat-Ver

Ah ouais ... Donc, quand on ne partage pas ton opinion et qu'on souligne la faiblesse de tes arguments de manière construite et argumentée ( vraiment, ça saute aux yeux à toutes les lignes. Même cette tentative de lien avec Bourdieu était assez remarquable ), c'est parce qu'on est "con". Pas "conne", sinon ce serait du sexisme. Pourtant, tu fondes en partie ton raisonnement sur des déterminants raciaux. Je te cite : "Et qui a l'argent ? Le blanc ? Parce qu'en Europe le noir riche il court pas les rues..." et tu t'étonnes qu'on puisse, je re-cite, "lire encore catégorie raciale de nos jours". Parce qu'il faut "vraiment persister dans la connerie". Du reste : "On parle de groupe de population. On peut appartenir à plusieurs groupe de population." ... Mais c'est exactement ce que S8N t'a expliqué depuis le début : la catégorie "homme blanc" ne peut être un indicateur fiable et suffisant pour déterminer une position socio-professionnelle, un niveau de bagage culturel et intellectuel, des orientations sexuelles, des opinions politiques, etc. Mais tu arrives quand même à écrire des généralités sur les "hommes blancs" comme si "Les hommes blancs" formaient un groupe statistique hétérogène. Et tu fais de même pour "Les noirs" puisqu'ils sont généralement pauvres en Europe [sic].
'Fin bref. Il y a les "bonnes" et les "mauvaises" généralités. Les autres usent des "mauvaises" et toi, tu uses des "bonnes", raison pour laquelle ils sont cons et toi, tu es super finaud. Et comme tu prends des prémices hasardeux pour base de réflexion, tu as concocté un mélange de "Bourdieu" et de "Minorités oppressées" pour colmater les fissures de ton raisonnement et séparer le grain de l'ivraie quant aux "bonnes" et au "mauvaises" généralités. Et le pire, c'est que tu ne t'en rends même pas compte.
+ -7 -

krondor En réponse à Thiche Vermisseau

Non, pas des généralités mauvaises, juste celles qui existent. Le noir à moins de chance que le blanc dès le départ et t'es un con arriéré si tu le réfute. Moi je le constate et je souhaite que cela change.

Mais toi aussi tu peux te rouler tout seul dans la farine pour te convaincre...

Effectivement tu viens de me faire remarquer un autre de mes comportements assez cons d'homme, celui de partir du principe que l'autre qui écrit est forcément un homme alors que Grand_Ma et toi pouvez être des femmes. Je m'en excuses pour cela d'ailleurs.
+ 5 -

Thiche En réponse à krondor Colonel Chat-Ver

"Le noir à moins de chance que le blanc dès le départ". Pourquoi ?
+ 8 -

Ezellar En réponse à krondor Lombric Shaolin

Tu veux que je te dise pourquoi ton raisonnement c'est de la merde ? Parce que tu méprises les autres (je cite :"t'es un con arriéré si tu le réfute").
Tu ne prêches pas la fraternité, tu prêches la vengeance systémique. Tu ne veux pas d'un monde meilleur, tu veux un monde à l'envers où les esclaves deviennent les maîtres et les maîtres les esclaves là où tu pourrais vouloir que tout le monde soir libre.
Ce n'est pas en méprisant les hommes blancs cis et en les punissant des crimes des autres hommes blancs cis que tu vas faire que tout le monde va se considérer comme frères. Non, tu vas juste changer le ressentiment de camp et il reviendra plus tard.
Bref tu fais la même chose que ceux que tu combats, tu ne proposes rien de neuf, rien de mieux. Juste la même chose, mais vu de l'autre côté.
Un mur reste un mur quel que soit le côté d'où tu regardes.
+ 4 -

Grand_Ma En réponse à krondor Vermisseau

En fait, tu es un demi-libanais j'ai compris le truc. Allez je te laisse jouer aux kamoulox avec les autres, moi ça ne m'amuse pas.
+ 13 -

Ezellar Lombric Shaolin

Ca ressemble à une religion, en fait, à une anti-religion. La racisme est partout et on ne le voit pas et le question est un blasphème et on doit alors s'autoflageller en place publique.
Ce n'est pas en rabaissant les uns qu'on élève les autres. Ca met juste tout le monde au même niveau de merde.
+ 1 -

S8N Asticot

fail, delete me.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
40