Photo d'un atome

Si on regarde avec attention, on voit bien qu'il sourit en nous faisant un petit signe avec ses électrons. Qu'ils sont sympas ces atomes!
5 573 vues

Si on regarde avec attention, on voit bien qu'il sourit en nous faisant un petit signe avec ses électrons. Qu'ils sont sympas ces atomes!

Envoyé par Funstrip le 26 mars 2019 à 13h22

+ 31 -

pYranha Lombreek

Un peu plus d'info peut-être?
https://www.liv...trap-photo.html

(Et si le point lumineux est bien du à la lumière ré-émise par un unique atome, il ne correspond absolument pas à la taille de cet atome!)

Sinon, ci-dessous: une "photo d'atomes" que j'ai prises au microscope électronique (avec l'aide d'un spécialiste de l'instrument) il y a quelques semaines. Les petits points blancs (au milieux des cercles rouges) sont des atomes de platine posés sur une particule d'un oxyde métallique.
La technique utilisée, c'est du HAADF-STEM, (high angle annular dark field scanning transmission electron microscope): on scanne l'échantillon avec un faisceau d'électrons, et on regarde, parmi ceux qui traversent, lesquels sont fortement déviés.
Les éléments lourds (comme le platine) ont un noyau très chargé, et donc dévieront plus d'électrons à un grand angle lorsqu'ils passeront à courte proximité. Donc chaque atome de platine laisse un point blanc sur le scan, alors que les atomes d'éléments plus légers offriront bien moins de contraste.
Image de pYranha
+ 15 -

Batmangouste En réponse à pYranha Vermisseau

C'est bô, j'en ai eu une érection de 10nm ^^
+ 3 -

alextazy0 En réponse à Batmangouste Asticot

Et ben t'as encore de quoi en avoir des erections, et en Ångströms même, cherche SNOM, STM ou AFM en rajoutant à chaque fois "microscope"…
Pour avoir utiliser directement ou non (avec un autre chercheur qui manipe) toutes ces techniques je peux te dire que sans rire j'ai eu les larmes aux yeux quand j'ai pu voir de mes propres yeux les orbitales du graphite (mode easy du STM) ou bien constater par moi-même l'effet Göss Hanchen avec un SNOM (décalage entre deux polarisation d'une onde évanescente, donc que t'es pas censé voir)… entres autres merveilles de l'optique non linéaire…
+ 3 -

pYranha En réponse à alextazy0 Lombreek

Tu bosse sur quoi? ^^
+ 13 -

alextazy0 En réponse à pYranha Asticot

Moi ou pYranha?

Moi mon parcours est compliqué… mais en gros je suis chercheur en optique non linéaire (spectroscopie femtoseconde, solitons photonique, cristaux photoniques etc) de formation. Et juste pour faire genre et me la péter, mon sujet de Master portait sur la spectroscopie femtoseconde du méthane (pour cartographier des flammes de moteur fusée pour L'ONERA), et ma thèse portait sur les solitons spatiaux vortex photovoltaïques dans des fibres de niobates de lithium pour de potentielles applications pour la photonique ou pour les télécoms.

Je sais que ça va sembler prétentieux mais je suis un peu un "perdu pour la science".

En Master 2 de au Laboratoire de Dijon, j'étais major de ma promo et suite à une magouille éhontée, les résultats d'oraux ont été changés a posteriori lors de la création de dossiers. J'ai été 'déclassé' de 1er à 4ème, car j'avais le meilleur dossier et le plus de chance d'obtenir une thèse 'en 2ème session', et d'apporter un financement supplémentaire au labo…

Je me suis alors barré de ce labo et j'ai dû trouver une autre thèse en urgence… une thèse peau de banane. Absolument AUCUN matos… je devais le détourner au sein du labo, J'ai découvert que le sujet était une impossibilité mathématique (en faisant de la biblio… qui avait été mal faite lors de l'établissement du sujet), que la source de mes échantillons n’existait pas (thématique sabordée puis abandonnée durant ma thèse), mon directeur de thèse était en plein divorce difficile avec une autre personne du labo et évitait ce lieu le plus possible… tout ça plus les sabordages politique internes…

Les gars, croyez-moi une thèse foirée c'est le pire truc qui puisse vous arriver dans vos études. J'ai beau avoir eu tout mes diplômes assez à l'aise, ben une thèse échouée ça bouzille absolument tout. Déjà vous êtes blacklisté pour toutes autres demande de thèse, quelque soit les raisons de la non soutenance. Trop qualifié pour les "autres métiers" du domaine, pas assez professionnellement pour aller facilement en entreprise… bref caca. Seules possibilités: plein d'années loin, très loin à l'étranger)

Et l'âge avançant (on est quand même à bac +9 les cocos…), l'appel de l'installation familiale ont fait que… ben c'est madame qui taffe (aussi chercheuse, mais une jolie, hein, pas une geek boutonneuse à cheveux gras, hein;) ) et moi je suis finalement… père au foyer. J'ai fais une déprime au cours de ma thèse foireuse, mais maintenant j'ai une vie plus pauvre mentalement et financièrement que prévue, certes, mais plus simple et je suis comblé. Je suis toujours de près les avancées scientifiques, j'ai accès à plein de revues via ma femme et j'ai toujours la passion. Et des érections mentales.

Oulà, dézol' pour la paté, mais ça fait du bien de déballer!

Si voul'voul paler physique chuis open.
+ 5 -

Exhaar En réponse à alextazy0 Vermisseau

Rien de pire que de se retrouver malgré soi embarquer dans le type de merdier que tu as vécu. Ayant bosser dans une fac avec des labos CNRS qui se tirent la bourrent entre eux pour se faire financer. J'en ai entendu des vertes et des pas mûres sur la politique dans la recherche. Un panier de crabe.

Je compatis

J'ai un pote qui a fait le genre d'étude que tu as faites (ce qui n'est pas mon cas) et après son master il s'est cassé à Oxford pour décrocher son PHD là bas. L'interet étant que les chasseurs de têtes U.S. arpentent les couloirs là bas et qu'il a pu se faire financer ses études et trouver un taf avant l'obtention de son doctorat. Alors qu'en france un bon chômage à BAC +8 l'attendait.
+ 0 -

Zebulon En réponse à alextazy0 Man Faye Gang Bang Addict

C'est triste à lire quand même... Mais ça n'est pas la première fois que j'entends parler de ce genre de choses dans le milieu scientifique, moi qui me disais que le milieu de la Pub était plus que nauséabond, je m'aperçois que c'est malheureusement pas un cas particulier... Il y a quand même des moments clés de nos vie où il vaut mieux ne pas louper la marche... ça peut vraiment tout changer dans une vie par al suite. Note tout de même, que parfois ça peut aussi être un mal pour un bien, et qu'a posteriori, au final on se dise qu'on ne s'en sort pas si mal sur une autre voie après avoir dû se rattraper aux racines et se dire, que ça ne devait pas se faire et qu'en fin de compte c'est peut-être pas plus mal aussi (ça m'est arrivé) et ça évite les regrets.
+ 0 -

alextazy0 En réponse à Zebulon Asticot

J'ai oublié de préciser que je n'ai jamais réussi à obtenir le moindre échantillon pour mes expériences, que la réorientation de ma thèse a subit un blocus malgré mes tentatives de 'pensée latérales' et que la branche n'était maintenue que par mes efforts et résultats, si bien qu'elle a été fermée depuis mon départ et que d'autres labo ont + ou - on récupéré le truc… j'ai pas raté la marche, il y avait un gouffre creusé volontairement à la place…

T'as raison, pour les "c'est pas plus mal comme ça" car je suis vraiment réellement heureux d'être papa au foyer et pouvoir passer beaucoup de temps avec ma fille. D'ailleurs j'aurais pu choisir d'insister en passant quelques années en Afrique du Sud en Australie ou en Écosse, mais en étant assez incertain de pouvoir revenir en France. Alors j'ai choisi de rester et m'installer avec ma compagne qui a eu un CDD entre temps comme chercheuse dans l'environnement pour le ministère*** et de faire un bébé… Et même si ça fait un peu démago, l'aspect financer est trèèèèès secondaire pour moi.

Non, ce qui me chiffonne le plus c'est que j'ai la passion, la vraie des gens qu'on invite aux dîner de cons, et que je SAIS que je suis / aurait été, un très bon chercheur. C'est le côté "gâché" qui me tue vraiment. J'ai même toujours 1 ou 2 publications réalisables avec mes travaux, notamment un truc mathématique tout con concernant les vortex (optiques… ou même autres?) qui améliorerait grandement les reproductibilités et comparaisons d'expériences (et leur rigueur) auquel personne n'a pensé, enfin aux dernières nouvelles qui me sont accessibles, mais sans collaborateur matheux pour faire ça bien, ni thèse ni labo…

***ça aussi c'est un sacré sujet… mais pour faire simple: dégraissage financier de tout ce qui est pour l'environnement, tout en exigeant de plus en plus pour faire bonne figure, genre l'écologie, oui, oui, on très très pour, si, si je vous assure, et c'est pas avec 25% d'effectifs (et je ne sais combien de financement) en moins qu'on fait pas plus et mieux, ça se saurait!

Bref, la recherche ça pue… mais surtout pour des raisons d'investissements. Mais bon, l'écologie la recherche et l'éducation, c'est pas si important que ça après tout. Je m'égare désolé. Merci aux courageux qui m'ont lu, c'est tout pour moi.

*Drop the Mic with anger and disgust*
+ 1 -

Zebulon En réponse à alextazy0 Man Faye Gang Bang Addict

*Drop the Mic with anger and disgust*

On peut le comprendre... :/
+ 4 -

le_freeman En réponse à alextazy0

Comment on peut "voir" des orbitales? je croyais que c'était une représentation mathématique d'une zone de probabilité de présence d'un électron.
+ 3 -

Protra En réponse à le_freeman Vermisseau

Eh bien on utilise une technique de mesure qui permette d'interagir avec cet électron. Si il est souvent à un endroit donné, eh bien on interagira plus qu'à un endroit ou il n'y s'y trouve pas souvent. Ensuite, on fait une image de "l'intensité" de cette interaction avec la position ou on était, et on peut ainsi "voir" (avoir une représentation bi-dimensionnelle) des orbitales.
+ 2 -

alextazy0 En réponse à le_freeman Asticot

Par exemple:
https://nanomat...-resolution-stm

ou mieux: http://neel.cnr.../Courtois-3.pdf

Tu peut voir ces microscopie STM comme un sondage moyenné (en temps) d'un nuage électronique (genre 95% de la probabilité de présence) par effet tunnel.

Mais le plus ouf dans tout ça c'est que j'ai "vu" ces orbitales la première fois avec un STM "fait maison" en TP de M1 (maîtrise de physique à l'époque)!
Un bout de scotch arraché sur du graphite qui fait un super échantillon (ça se "casse" proprement en faisant de belles "terrasses" atomique bien plates), un fil de tungstène bouffé à l'électrolyse qui se "fend" en deux pointes qui se terminent par quelques atomes, un peu de platine pièzoélectique pour le déplacement de la pointe au-dessus de l'échantillon, un peu d’électronique (simple) et hop! on a un microscope à effet tunnel rudimentaire mais qui permet de "voir" (sonder / moyenner) les orbitales qui pointent hors de la 'surface graphène' du graphite! Je crois que j'ai failli sucer mon prof pour ce TP. Et je suis super hétéro pourtant.
+ 3 -

MarcusKhaine En réponse à alextazy0

C'est donc ça du chinois :)
+ 4 -

le_freeman En réponse à Oblivionis

"C'est un ancien mème, mais il est tout-à-fait valide"
+ 3 -

Batmangouste Vermisseau

Bonne série de posts Funstrip, merci.
+ 4 -

Mephisto Jeune lombric

En trois minutes, à l'aide d'un fichier et de commentaires sur lelombrik, mon Q.I. a (temporairement) atteint des sommets.
+ 6 -

fwan6 En réponse à Mephisto cabwL

C est le contrepoids de Triskel. Une histoire de barycentre.
+ 8 -

Patoche251 Vermisseau

Je le reconnais, c'est un atome de Savoie !
+ 0 -

BonPublic Vermisseau

Eh ben moi j'ai réussi à prendre ma bite en photo.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
30