Après le man spreading...

#womancrossing
6 083 vues

#womancrossing

Envoyé par Jean_Galfione le 5 mars 2019 à 11h15

+ 11 -

MattRR

N'empêche que quand je vois tout le drama que ça déclenche, je suis bien content de pas prendre les transports en commun.
+ 16 -

pclt En réponse à MattRR Lombric Shaolin

Bon alors il te reste la catégorie salaud de bourge pollueur dans ta caisse, ou salaud de provincial qui habite trop loin du travail (quasi voire gilet jaune)
+ 10 -

THM077 En réponse à Jean_Galfione Lombric

Faut se mettre à jour !
Image de THM077
+ 2 -

Ced En réponse à pclt Lombrik

Ou "vélotafeur", tout simplement.
+ 47 -

kapouik En réponse à Ced Vermisseau

On dit enculé de cycliste quand on est un bon automobiliste.
+ 21 -

Weng-Weng En réponse à kapouik Lombrico de la Cruz

Ou que le mec s'est fait piquer sa selle
+ 0 -

Leyriane Vermisseau

Doublon
+ -43 -

krondor Vermisseau

Sauf que si tu fais mine de t'assoir, elle va décroiser les jambes et te laisser la place sans que tu demandes.
Alors qu'un homme qui prend sa place dans l'espace public, il va carrément faire comprendre à ces femmes que son espace est plus grand que celui des femmes.
L'argument de cette photo ne tiens pas car d'un cas, il en est fait une dénonciation d'un comportement général.
+ 21 -

Jean_Galfione En réponse à krondor Jeune asticot

Tes propos sont sexistes :)
+ -35 -

krondor En réponse à Jean_Galfione Vermisseau

Ben non, se sont pas les miens... c'est un constat de la majorité comportemental dans notre société.
Après c'est une bonne technique de retourner l'argumentaire contre celui qui l'énonce. D'ailleurs c'est surement une coïncidence, mais c'est une technique des masculinistes d’ailleurs.
+ 4 -

Oblivionis En réponse à krondor Taret

Tu sous entends que la majorité comportementale dans notre société est sexiste ? Tu vas avoir des emmerdes...
+ -19 -

krondor En réponse à Oblivionis Vermisseau

aucun sous-entendu. Le comportement normal masculin est un comportement sexiste :D
+ 37 -

Thiche En réponse à krondor Colonel Chat-Ver

Complètement d'accord avec ton commentaire ! Les hommes sont incapables d'empathie ! Jamais ! J'irai même plus loin : si une femme demande poliment à un mec de pouvoir s'asseoir (ce qu'elle n'a pas à faire à la base, vu que c'est une femme et que tout le monde se doit de deviner ses intentions), il y a de grande probabilités qu'il l'agresse ! Puis c'est quoi ce truc des hommes à généralement être physiologiquement plus grands et plus lourds que les femmes, et de ce fait, à prendre plus de place ?! Du machisme, tout simplement ! Ce n'est pas parce qu'on a le malheur d'avoir des couilles qu'on ne se doit pas de les écraser entre ses cuisses sur tout un trajet.
... Bon tout ceci devient complètement obsolète si on considère qu'homme et femme, c'est pareil, que les genres n'existent pas vraiment, que c'est une vue de l'esprit et qu'on est tous intrinsèquement à moitié libanais. Là, on n'a pas le droit de dire qu'un individu qui ressemble à un homme est un homme et donc, c'est aussi une femme. Ou autre chose. Mais pas un homme. Quand on y réfléchi bien, les hommes, les femmes et l'immanence sont de purs concepts. Rien d'autre.

Sinon, histoire d’éclaircir les choses ... dans ton commentaire, où tu fais explicitement une généralité sur le comportement masculin pour juste après dénoncer la facilité avec laquelle on généralise à partir d'un cas isolé, tu sens pas comme une contradiction dans ton propos ? Moi je dis ça, c'est juste pour faire avancer la cause féministe.
+ 19 -

Kudsak En réponse à Thiche Vermisseau

Mais il a dit que c'était pas ses propos !! C'est un constat de la majorité comportementale établi avec Dédé au coin du bar !
+ 17 -

Jean_Galfione En réponse à Kudsak Jeune asticot

Tes propos sont discriminatoire envers tout les Dédé qui s'assoient aux coins des bars !
+ 11 -

Kudsak En réponse à Jean_Galfione Vermisseau

Oui, j'attends qu'ils montent un collectif pour m'attaquer en justice :)
+ 13 -

Maurice En réponse à Jean_Galfione Suce pour un titre

Tes propos sont discriminatoire envers tout les propos qui sont discriminatoire envers tout les Dédé qui s'assoient aux coins des bars !
+ -18 -

krondor En réponse à Thiche Vermisseau

non parce que la norme est établie... alors qu'une photo ne décrit qu'un instant T dans une routine.
La mauvaise foi encore et toujours ;)
+ 3 -

Cestsla En réponse à krondor Asticot

Haha, ça me sidère ces façons de penser fondées sur des "la plupart des mecs", "tous les gars", " le comportement normal masculin ", "en général les hommes " pour dénoncer des comportements sexistes alors qu'en remplaçant dans ces expressions les désignations masculines par des termes renvoyant à la gent féminine, on crierait forcément aux propos sexistes. Alors pour répondre : la norme ? Mais qui a défini que la norme était celle-ci ? Toi ? (Norme qui serait d'ailleurs : les hommes c'est des violeurs en puissance qui font tous que nous siffler et nous manquer de respects, et quand ils le font pas c'est qu'ils refrènent leurs pulsions de gros machos dégueulasses qu'ils portent forcément en eux ! C'est pas moi qui le dit cest la majorité comportementale !) c'est quoi les sources autres que du ressenti face à des actes isolés ? En 10 ans de transports en commun, j'ai, personnellement, constaté des incivilités en tout genre de la part de représentants des deux genres/sexes, et j'ai été bien incapable de désigner un genre plus enclin à la débilité sociale.(le fameux bien nommé "manspreading" est d'ailleurs très pratiqué par des représentants des deux sexes, la seule constante étant le fait que ses pratiquants portent le vêtement, ô combien exclusivement masculin, nommé pantalon/jogging.)
Donc pour la faire brève : y'a des cons/connes/con(ne)(s) non genré(e)(s) à tendance cisgenre et je ne vois pas bien quels sont les arguments opérants qui permettraient de dire que je partage la responsabilité de leur connerie par ma simple appartenance à un sexe (que je revendique ou non). Dénoncer les incivilités en tous genres (tiens je me la garde celle-là) et vouloir les faire disparaître parait légitime, les rattacher à un genre et l'accuser en généralisant, ca me paraît déjà plus dangereux et contre-productif...
*pavé out*
+ -6 -

krondor En réponse à Cestsla Vermisseau

Paola Tabet,
Les doigts coupés : Une anthropologie féministe, Paris, La Dispute, 2018
https://fr.wiki...conomico-sexuel

Christine Delphy
Classer, dominer : qui sont les autres, Paris, La Fabrique (éditeur)

Xavier Dunezat
La sociologie des rapports sociaux de sexe : une lecture féministe et matérialiste des rapports hommes/femmes

Judith BUTLER
Trouble dans le genre
Le féminisme et la subversion de l'identité
https://www.edi...2707150189.html

Alain TOURAINE.
Pourrons-nous vivre ensemble? Égaux et différents, Paris, Fayard, 1997

Pour les states en suisse on est dans la merde, il y a malheureusement aucun sondage concret, https://www.bil...it-etre-chiffre
Le recentie sociale parle de plus de la moitié des femmes harcelé dans les lieux publics et aucun chiffre détaillé sur les relations au travail.

Après @Cestsla quand on veut jouer à ignorer la réalité on se retrouve avec un bonnet d’âne
https://www.ge....tes/telecharger
une source qui détail beaucoup de source...

Et tu peux encore lire Bourdieu et le privilège des classes.
+ 3 -

Cestsla En réponse à krondor Asticot

oh'tain j'en étais sûr. Donc le débat porte sur le manspreading qui par dénomination est imputé aux hommes ou à un genre selon l'idéologie qu'on a. Qu'il y ait une domination patriarcale et des comportements sexistes (provenant de personnes appartenant aux deux sexes/genres) est une réalité indéniable, que la faute en incombe à tous les représentants masculins est déjà plus discutable. sachant d'ailleurs que les rapports hiérarchiques ne tous genres et les rapports de forces sous tendent beaucoup de ces pratiques (et qu'en effet, jusqu'à maintenant et sans' doute pour quelques décennies encore, les postes de pouvoirs ont été monopolisés par des hommes (des classes sociales appartenant au dernier quartile, à la deixis bien comme il faut, mais bon tout ça cest secondaire et on a qu'à appeler ces personnes des "hommes" après tout c'est leur caractéristique principale). il est evident que beaucoup des sociétés modernes sont porteuses d'une tradition patriarcale et misogyne à gerber.). Mais pour en revenir au problème en question, il ne faut pas toujours ramener des problèmes d'incivilité à la question du genre et en profiter pour dire "regardez les méchants hommes qui font vivre un calvaire aux gentilles filles bien éduquées ! Et regardez les autres hommes qui ne disent rien ! Ils sont tous de mèches !". Bah non il me semble que pour le coup le genre ne change absolument rien au problème, t'as envie de dire à la personne qui fait du manspreading que c'est pas bien ce qu'il fait ,vas-y, tu as ma bénédiction, mais après si je préfère passer mon chemin car je préfère encore'm'en foutre et pas perdre mon temps, ça me regarde aussi, et je vois pas bien en quoi mon sexe ou mon genre me rend plus ou moins responsable du problème... le coup du "ah oui mais non hein, si t'es un homme, un vrai, tu portes tes couilles et tu vas défendre la dame sans défense " me parait au moins'aussi sexiste et porteur de traditions patriarcales et misogynes.
+ -7 -

krondor En réponse à Cestsla Vermisseau

On parle d'occupation légitime ou illégitime de l'espace public donc, de comportement de genre.
L’argument de polarisation de fonctionne pas non plus. Il n'y a pas de gentil ou de méchant, il y a comportement légitime et/ou illégitime.
Le féministe n'est pas ton ennemi... soit dit en passant.
+ 3 -

Cestsla En réponse à krondor Asticot

Bah non le féministe n'est pas mon ennemi mais corréler occupation légitime ou illégitime de l'espace public avec le genre de manière aussi catégorique (et apparemment exclusive) ça l'est déjà plus, puisque ça m'apparaît comme un marronnier qui cache des explications peut-être plus élaborées. Et rattacher des incivilités comme le manspreading, à du harcèlement, ca me semble abusif et contre-productif. C'tout
+ 1 -

Nunchaku En réponse à krondor Lombric Shaolin

Je pense pour ma part, que la société patriarcale telle que les "féministes" l'entendent n'est que pure invention idéologique. Il n'y a pas de domination masculine. Un tel système oppresseur, vertical et unilatéral n'existe pas. Ce qui existe, c'est une histoire évolutive qui aura poussé les deux sexes à des stratégies reproductives distinctes.
Comme tout être vivant, l’objectif de l’être humain est d’assurer la pérennité de son espèce. Or, « pour une dépense énergétique équivalente, la femme produit un ovule par mois, l’homme plusieurs millions de spermatozoïdes par jour. Ensuite, lorsqu’un ovule et un spermatozoïde se rencontrent et que l’œuf est fécondé, le travail de l’homme peut à peu près s’arrêter là, tandis que la femme doit encore en passer par neuf mois entiers de gestation interne, un accouchement périlleux et un temps d’allaitement aussi conséquent que contraceptif pour avoir l’assurance relative de la pérennité de ses gènes. Ce qui fait que non seulement le succès reproductif des hommes est bien plus hétérogène que celui des femmes, mais il est aussi dépendant d’un investissement parental minimal bien moindre. Du fait de leur configuration reproductive, la violence est tout « simplement » plus bénéfique aux hommes. À la fois pour éloigner des concurrents et s’attirer des partenaires, avoir recours à la violence a longtemps été une bonne solution, un bon moyen d’arriver à leurs fins, c’est-à-dire la maximisation de leurs intérêts reproductifs.
J'ajoute que la violence (et intrinsèquement la force) est également une caractéristique prédominante et fondamentalement nécessaire en politique, dans les guerres, les métiers à risques, etc. - tout ce qui touche au monde extérieur.
Un exemple pour illustrer le propos ci-dessus : « avec l’avènement de l’ère industrielle, l’humanité est passée d’écosystèmes où la réussite, pour faire court, dépendait très largement de la force, à des écosystèmes où elle dépend bien plus largement de l’intelligence. Contrairement à la force, l’intelligence est mieux répartie entre les sexes – d’où la possibilité croissante qu’ont eu et qu’ont les femmes à progresser socialement, là où les hommes « stéréotypés » se retrouvent de plus en plus handicapés, si ce n’est laissés pour compte. »
En conclusion, nous avons, hommes et femmes, dans un intérêt commun, créer volontairement ce modèle de société, de manière à maximiser les chances de survie de notre espèce.
Ce qui ne veut pas dire que nous ne devons pas en changer, mais qu'il n'est pas juste de rejeter toute la responsabilité de ce modèle aux hommes.
+ -8 -

krondor En réponse à Nunchaku Vermisseau

L'argument de l'effet naturel, ne tiens pas la route non plus, car il y a multitude intelligences (spatiale, logicomathématique, intra/inter-personnel, environnemental, linguistique, naturaliste, existentielle...). Si c'était le cas, il n'y aurai pas une sexualisation des métiers. Les femmes politiques, c'est nouveaux ! Il y a 50 ans on en parlait comme étant un désastre pour l'humanité. Il n'est pas question d'ordre naturel. Du moment que la lance a été refusée aux femmes, plus simplement, la technologie, alors la ressource est devenu l'affaire de l'homme. Pour avoir accès à la ressource, LA femme doit se tourner vers L'homme. Ce qui fait que maintenant, les femmes ont entre 15 et 30% du salaire en moins à travail égal que les hommes. Héritage quand tu nous tiens ! Je fais un gros raccourci en effet, par ce qu'il y a quand même quelques lectures (mentionné plus haut, qui explique ce que je résume).
Les hommes se sont gardés l'avantage de la violence, ce n'est pas une question biologique. Des milliers d'années de domination ont façonné le corps des femmes. Parce que oui, un corps beau est un corps qui plait à l'homme voir Marinette sur le sujet https://www.you...?v=GSqShc9Z7ZQ) . Puisque LA femme n'a pas accès aux ressources, elle doit se plier à l'exigence des hommes (lire les nombreux héritage sur la violence domestique). Et quand une femme se libère, elle est une paria, une pute, qu'on frappe et qui vaut moins que rien. C'est pas pour rien qu'on entend du "sale pute" à tout bout de champs, entre homme comme entre sexe opposés et même entre femme. Alors que la pute est libre puisque se créer son propre accès aux ressources (lire Tabet!).
Pour en revenir au manspreading , pour rappel, une femme dans un café, dans les années 30, c'était une pute !!! Dans les années 50 pour travailler, ouvrir un compte en banque, elle devait se faire accompagner d'un homme ou avoir une lettre de son mari/père/frère/tuteur l'autorisant. Les femmes n'étaient pas légitime dans les espaces publics.

Il ne faut pas se voiler la face. Nous hommes, avons dans nos gènes quelques milliers d'années de comportement dominant sur les femmes. C'est en train de changer, doucement, lentement, avec grande résistance. Parce que la réinterrogation existe, que devient un homme, si tout ce qui lui semblait légitime ne l'est plus ?
+ 1 -

Nunchaku En réponse à krondor Lombric Shaolin

En reprenant un peu votre façon de voir les choses, je pourrais très bien exposer des faits qui sous entendent que nous avons toujours vécu dans un monde matriarcale dans lequel les femmes ont de tout temps été avantagées par rapport aux hommes (exclu des guerres, pas de métiers à risques, justice plus clémente, etc.) mais je ne vais le faire...

"des milliers d'années de domination ont façonné le corps des femmes"
C'est un non sens scientifique.
As-tu déja entendu parlé de la sélection naturelle et comment elle fonctionne ?
Un homme est naturellement attiré par des critères de beauté et de morphologie et ne les choisis pas consciemment.
Pour un homme, la beauté du visage d'une femme est synonyme de sociabilité alors que sa morphologie (largeur des hanches, taille des seins, fesses) indique une bonne santé ainsi qu'une capacité reproductrice élevée.
Nous ne contrôlons en rien ces aspects et encore une fois, cette sélection est faite ainsi pour accroître les chances de perpétuer nos gênes.
La femme a de tout temps été plus largement attirée par des hommes forts (alpha), synonyme de bonne santé, de manière à les protéger du monde extérieur pendant leurs nombreuses phases de gestation et d'allaitement. Elle comptait sur leurs capacités physiques à éloigner les prédateurs et leur apporter les ressources nécessaire à leur survie et à celle de leur progéniture.
C'est cette sélection mutuelle qui est à l'origine de la société que nous connaissons aujourd'hui et elle a été, de fait, la plus efficace car c'est le principe de la sélection naturelle. (la sélection la plus efficace devient avec le temps le modèle dominant).

"Et quand une femme se libère, elle est une paria, une pute, qu'on frappe et qui vaut moins que rien."
Se libère... Une femme n'a jamais été l'esclave des hommes, à croire qu'elles ont de tout temps supporter le poids du monde sur leurs épaules.
Comme je l'ai déjà dit plus haut, les femmes ont naturellement endossé ce rôle de "femme au foyer", de manière à maximiser les chances de perpétuer leur gênes. Elles n'étaient pas malheureuses pour autant.
Il ne faut pas voir ça comme une tare, certains préféreraient tailler des pierres pour fabriquer des maisons et d'autres élever leurs enfants mais les rôles étaient prédéfinis à la naissance via le sexe, c'est comme ça et il n'y a pas de meilleure ou moins bonne situation. C'était un échange de bons procédés pour la bonne cause.

Aujourd'hui cela est entrain de changer, car nous vivons dans un monde qui à énormément évoluer ces dernières décennies, suite à l’avènement de l'ère industrielle.
Les femmes n'ont plus besoin d'endosser le rôle de gestatrices (femme au foyer) et les hommes celui de l'homme fort qui subvient aux besoins matériels du foyer.
Ce qui génère, je le conçois, beaucoup de comportements défiants et d'inconfort dans les rapports hommes-femmes.
C'est notre société actuelle qui n'est pas en phase avec l'ancien modèle qui à très bien fonctionné jusque maintenant (je parle uniquement des rapports hommes-femmes). Notre façon de penser le monde n'est plus la même que celle de nos ancêtres qui l'acceptait tel qu'il était à l'époque. C'est pour cela qu'il est dangereux de transposer notre monde avec celui d'un autre temps, car notre condition et nos aspirations n'étaient tout simplement pas les mêmes qu'aujourd'hui.
+ -6 -

krondor En réponse à Nunchaku Vermisseau

Malheureusement encore une fois, c'est l'argument de l'exception qui servira la généralité. Comme l'association des pères qui crient que le féministe détruit leurs droits... Pour 1 exemple de femme dominant les hommes je vous trouve 1000 exemple de femme dominées par les hommes.
"Une femme n'a jamais été l'esclave des hommes" argument de déni ! Même au temps de la plus grande démocratie du monde à savor Athène, les femmes n'étaient même pas citoyennes et avaient moins de droit que les esclaves qui eux avaient un statut... D'ailleurs on ne sait rien des femmes grecs puisque les seuls témoignages que nous en avons sont des hommes, qui avaient accès à la technologie, soit à l'écriture.
L'argument naturel sur la séduction ne tient de nouveaux pas la route, sinon l'homme n'exigerait pas la minceur contre nature, la poitrine opulente ou le parfum (2000 ans avant notre ère... déjà). La séduction passe par celles qui savent donner du plaisir à l'homme.
Il y a la mère qui n'est plus sexuelle, la jeune qui est sexuelle, et la pute qui est transaction. La pute fait ce que la mère ne fait pas. Une mère ne suce pas ! Et c'est un scandale si on apprend qu'une femme s'habille comme une pute, à savoir, est séduisante...
La sélection naturelle ne tient pas la route... sinon tout les hommes seraient forts et costaud, grands et sans besoins de lunette. L'argument de la sélection naturelle revient souvent dans les débats pour justifier le dictat de la beauté, qui n'est en rien philosophique comme l'était le canon de beauté masculin grec...
+ 1 -

Nunchaku En réponse à krondor Lombric Shaolin

Tu confonds tout et toutes les époques, c'est dingue !
Les sociétés guerrières du passé ont donné une importance primordiale à la force physique et à l’art de la guerre, la femme va donc être reléguée dans de nombreux cas à un rôle secondaire et subalterne, uniquement concernée par les tâches domestiques et éducatives. On peut parler dans ce cas de régime oligarchique phallocratique mais il faut comprendre que c’était aussi des périodes extrêmement dures pour les hommes : selon une étude, datant de 2015 , les hommes se sont fait tellement massacrés que la répartition entre sexes a grimpé à un niveau d’inégalité historiquement élevé , un homme pour dix-sept femmes. Dans ces conditions, être homme était-il vraiment un privilège ?

"l'homme n'exigerait pas la minceur contre nature, la poitrine opulente ou le parfum..."

Confusion entre les époques, de tout temps les hommes ont préférés les femmes bien en chair. Les femmes avec des poitrines opulentes sont inconsciemment perçues par l'homme comme fertiles.
Quant aux parfums... sans commentaire.

"Il y a la mère qui n'est plus sexuelle, la jeune qui est sexuelle, et la pute qui est transaction. La pute fait ce que la mère ne fait pas. Une mère ne suce pas ! Et c'est un scandale si on apprend qu'une femme s'habille comme une pute, à savoir, est séduisante..."

Même si je trouve tes propos aberrants... Encore une fois : sélection naturelle. Une mère est potentiellement ménopausée et n'est donc plus attrayante pour un homme en quête d'une femme féconde. La jeune est sexuelle, tout naturellement, car féconde. Pour la pute, c'est tout naturel qu'un homme ne souhaiterait pas en faire sa femme, il ne serait tout simplement jamais certain que l'enfant porté soit bien le sien.

"La sélection naturelle ne tient pas la route... sinon tout les hommes seraient forts et costaud, grands et sans besoins de lunette."

D'accord, on aurait du commencer par la. Remettre en question l'évolution darwinienne...
Les hommes grands, costauds et sans lunettes sont plus attrayants aux yeux des femmes que les autres, c'est un fait. C'est d'ailleurs pour cela que la plupart des hommes sont physiologiquement plus grands et plus costauds que les femmes.
J'ai une dernière question si tu le permets, comment sommes nous arriver la ? adam et eve ?
+ -4 -

krondor En réponse à Nunchaku Vermisseau

C'est uniquement de la mauvais fois. Je ne confond pas les époques, je donne des exemples dans chaque époques qui corroborent la domination masculine. L'argument de la guerre est un argument sexiste et qui valide le fait que la violence et la technologie est l'exclusivité des hommes, tu sers le bon discours :D. Et oui, et par ailleurs le féminisme c'est le partage des tâches... aussi à la guerre.
Une mère ménopausée... mais qu'est ce qu'il faut pas entendre :D.
Femme durant la guerre, on va prendre l'époque la plus récente : https://www.ama...istoipourtou-21 c'est pas jolie jolie...
Il me semble que seul les fark on des bataillons de femmes déclarées indépendantes engagées sur le front...
On va reprendre une citation de critique durant la deuxième guerre mondiale : " la participation au monde masculin du travail dénature la féminité et constitue une menace pour l'ordre établi. Ainsi tout travail de guerre se veut subalterne pour la femme : infirmière et non médecin, secrétaire et non gestionnaire, ouvrière et non contremaitre ..."

l'évolution darwinienne... mais on a bien évolué depuis cette théorie... Par exemple, on sait que les sélections dite de traumatisme on eu lieu des 100ène de fois... et de la main de l'homme, pas de la nature. Les invasions, les violes en masse, les comportements sociaux ont façonnées les individues. L'environnement en cité, la collégialité, la compétitivité entre en ligne de compte dans l'évolution et les mutations. Les tailles de guêpe peut-être ? Ou encore la "fragilité".
Les hommes meurent à la guerre et pas les femmes... arguments de merde et qui prouve encore que les occupations sont genrées. 100 % des personnes mortes à la guerre sont des hommes... ouai.. bel argument, 100% des personnes mortes en accouchant sont des femmes...
+ 0 -

Nunchaku En réponse à krondor Lombric Shaolin

"L'argument de la guerre est un argument sexiste et qui valide le fait que la violence et la technologie est l'exclusivité des hommes, tu sers le bon discours :D"

Mais c'est un fait, comme chez certaines espèces de fourmis ou d'abeilles : ceux qui sont physiologiquement plus forts, plus dangereux ou plus agressifs, sont naturellement mis au service de la guerre.
Parfois ce sont les mâles et chez d'autres espèces, les femelles.
Pour aller dans ton sens, on pourrait donc dire que la nature est sexiste par défaut mais personnellement j'y vois uniquement une optimisation dans la gestion des ressources.
Et comme je l'ai déjà mentionné, avec l'avènement de l'ère industrielle, la force brut à de moins en moins d'importance dans les conflits armés, même si elle reste encore très avantageuse.

Nous ne vivons pas dans un jeu vidéo. La civilisation qui aurait choisis de répartir ses guerriers en 50/50 hommes-femmes aurait eu moins de force brut pour affronter d'autres civilisations guerrières constituées de 100% d'hommes, et donc aurait eux logiquement moins de chance de triompher.
Ce n'est pas sous estimer les femmes que de penser cela.
Si tu devais choisir de transporter un poids de 50Kg d'un point A à un point B et que ta vie en dépendait, tu choisirais très certainement un homme pour le faire, sachant qu'ils sont physiologiquement plus à même de réussir la tache. C'est comme ça...
+ -5 -

krondor En réponse à Nunchaku Vermisseau

je renvoi à l'argument sur la modification du corps par la condition sociale.
On tourne en rond, je donne pleins de sources qui expliquent pourquoi le corps des femmes est "chétif" et je reçois en retour "c'est comme ça". Pourquoi pas.
+ 0 -

Nunchaku En réponse à krondor Lombric Shaolin

Je tente une dernière fois...
La condition sociale de la femme est liée à son rôle endossée depuis des millénaires, celui de "femme au foyer" (en schématisant biensur). C'est un rôle endossé afin de maximiser la survie de l’espèce.
C'est le cas pour des milliers d’espèces qui ont adopté ce modèle, où les femelles "pondeuses" restent à l'abris des prédateurs dans un endroit "clos".
C'est à dire que chez l'être humain, la plupart des autres modèles étaient moins efficaces ! En effet, le principe de la sélection naturelle veut que la quasi totalité des modèles possibles et envisageables ont été essayés d’innombrables fois et que c'est le modèle qui se répand le plus qui est le plus efficace.

C'est cela qui détermine notre attirance sexuelle envers tel ou tel type de physique.

Par exemple, une femme musclée (étant donné que le body building n'existait pas ou peu par le passé) laisse entendre qu'elle travaille dans un métier d'hommes à l’extérieur et donc qu'elle n'est pas disposée à passer plusieurs fois 9 mois de gestations et de longues phases d'allaitements dans un lieu isolé (le foyer) afin de nourrir ses enfants. De plus, une femme qui serait en contact plus ou moins permanent avec d'autres mâles réduirait les chances que l'enfant porté soit bien celui de son compagnon.
L'homme peut donc en déduire que cela réduit les chances de perpétuer ses gênes (à lui !) et il va donc très logiquement être peu attiré physiquement par ce type de femmes.

On voit ici que si l'homme n'est pas attiré sexuellement par des femmes musclées, ce n'est pas pour des raisons perverses mais uniquement biologiques.

L'homme a donc de tout temps été attiré par des femmes dont l'apparence laisse transparaître qu'elles seront les plus à même d'endosser le rôle de femme "pondeuse", "femme au foyer" => rôle que l'homme juge le plus efficace pour perpétuer ses gênes (à lui).

A l'inverse, l'homme, a endossé depuis des millénaires, le rôle de l'homme "protecteur" ou "fort".

C'est une direction évolutive commune dans le but de maximiser les chances de perpétuer ses propres gênes (à chacun d'entre nous et pas ceux du voisin).

Donc, une femme musclée va très rarement plaire aux hommes car elle ne répond pas aux critères physiologiques intrinsèques à la maximisation de la survie de l’espèce, à savoir : gros seins, fessiers, visage => santé, allaitement, capacité reproductive, sociabilité (éducation).
Et inversement, un homme petit et chétif aura moins de succès envers les femmes.
Les femmes souhaitant un homme qui sera capable d'éloigner les prédateurs et de subvenir à ses besoins matériels pendant les phases de gestations et d'allaitements. Cela afin d'assurer sa protection et celle de sa progéniture (progéniture à elle ! et pas celle de sa voisine).

C'est sur ce socle que repose la société. Bien entendu, nous nous sommes très éloigné des contraintes qui nous ont mené à ce modèle. Il est peut être temps d'en changer mais il est mal honnête de rejeter toute la responsabilité de ce modèle aux hommes alors que celui-ci a été tout autant bénéfique aux femmes qui en ont profité (comme les hommes) pour perpétuer leurs gênes (à elles !).
+ -4 -

krondor En réponse à Nunchaku Vermisseau

Malheureusement c'est de l'auto persuasion.
Il faut sourcer... parce que la c'est le fond du fond avec cette explication vaseuse du 18ème...
+ 1 -

Nunchaku En réponse à krondor Lombric Shaolin

Je t’invite à lire le rapport de l’étude mené par David Buss sur 10 047 individus dans le monde, issus de 37 cultures différentes, six continents, cinq îles sur la sélection sexuelle.
Et particulièrement la partie qui concerne ‘le choix des femmes’ et ‘le choix des hommes'.

http://ethologi.../2005_01_14.htm

Et puis j’ajoute également un autre article :

https://www.bel...ture-fake-news/
+ -3 -

krondor En réponse à Nunchaku Vermisseau

En quoi l'étude démontre que les femmes ne sont pas et n'ont pas été dominées par les hommes ? Je vais demander au chargé de cour de l'Uni de Genève si la psychologie évolutionniste justifie les violences sexuelles envers les femmes. Est-ce que dire que les femmes désires des hommes musclées veut dire que les femmes veulent être dominées physiquement ? Est-ce qu'une femme qui désire un homme musclée veut dire qu'elle veut être frappé ? On débat sur deux plans il me semble. Bref, j'ai écris un mail avec des questions à R. Maurer, on verra si il répondra.
Pour le deuxième article faut pas déconner j'ai jamais parlé de privatisation de la viande, mais de la privatisation des ressources (l'habitat en est un). Mais je vais aller plus loin et donc, je reprend la même source pour ajouter une dimension politique https://www.bel...sexiste-aubade/ dans cette article, se sont les musulmans qui agressent les femmes selon l'article : "difficile pour les femmes de montrer leur corps sans risquer l’agression ou le harcèlement de la part d’hommes musulmans qui estiment qu’une femme court-vêtue “ne se respecte pas”."
On ajoutera que dans cet article il ne fasse nul mention de l’objectivation du corps de femmes https://fr.wiki...27objectivation qu'on retrouve beaucoup avec l’anonymisation des femmes et l'objectivation de femmes dans la publicité est dénoncée mais commence aussi au cinéma par changer les statuts représentatifs des femmes https://maze.fr...s-corps-cinema/ (par Zoé Thibault)
J'ai quand même l'impression que Bellica est un site web militant de droite, il dénonce beaucoup les étrangers... et quand je vois ça... https://www.bellica.fr/contact/ (moi j'ai des warnings)
+ 0 -

tametame En réponse à krondor Jeune lombric

Salut ! J'ai été surpris par ton argument "sinon l'homme n'exigerait pas la minceur contre nature, la poitrine opulente ou le parfum (2000 ans avant notre ère... déjà)."
Je n'ai pas cherché ta source car j'ai déjà des contres-exemples:
es-tu sur que tu t'es intéressé à la représentation de femme en fonction des époques sans biais de confirmation ?
J'ai eu la chance de visiter quelque expo sur la représentation de l'Homme et c'est très intéressant parce que tu peux voir que la beauté féminine est très souvent représentée par un femme grosse. En effet, une femme "bien en chair" était très souvent signe d'une femme riche et en bonne santé.
Je te conseille de chercher ce genre d'expos qui feront peut être évoluer ton jugement.
L'éloge de la maigreur a été popularisé il y a peu par des stylistes qui selon mon avis personnel souhaitent une beauté androgyne.
Bon j'en viens à ma question principale:
Comment peux-tu sous-entendre que ça fait 2000 ans que TOUT les représentants du genre masculin EXIGENT cette maigreur associée de plus a une poitrine opulente ou parfumée ?
Quand tu auras répondu, je te donnerais mes contres-exemples.
+ 3 -

Nap En réponse à krondor Vermisseau

c'est pas pour dire mais j'en vois souvent des mecs qui croisent les jambes et qui prennent de la place, mais qui laissent amplement l'espace nécessaire à quiconque lui fasse signe qu'il souhaite s'assoir en face.
J'ai un peu l'impression que tu généralise un comportement à un sexe en particulier en te basant sur un flux d'exemples en photos ou en vidéos provenant de sources visant à confirmer cette hypothèse
+ 7 -

feyfey En réponse à krondor Lombrique girafe cougar chienne poule y dort

Wouhou ce troll de compet ! Bravo, y avait longtemps qu’on avait pas vu ça ici. :D
+ -35 -

Leyriane Vermisseau

Oui enfin, une bonne femme, tu lui demande, elle va simplement bouger, les mecs en general, soit ils se montrent agressif/râleur (histoire que toute la rame soit au courant), soit ils font comme si ils t'entendaient pas et t'ignore royalement histoire que tu dégages parce que tu les emmerdent....rien a voir avec la grosse victime, juste avec l'education générale donnée trop souvent aux hommes et aux femmes (Oui parce que les grognasses sans educations, j'en ai connue aussi mais ca reste encore rare: La pression sociale et la honte joue beaucoups après une certaine phase adolescente).
Rien a voir a jouer les victimes, juste une question d'educations qui manque cruellement cotés masculin comme féminin pour certaines (Dans le même genre, bien relou: prendre toute les places avec ses sacs a dos/sacs de course, histoire d'être encore plus relou et de se reserver les 4 places)
+ 24 -

Limou En réponse à Leyriane Vermisseau

C'est marrant, j'ai passé toutes mes études dans des grandes villes, à toujours prendre les transports en commun, et pas forcément dans des endroits chics, hé bien le pourcentage de gens qui font mine de ne pas te voir/de râler quand tu leur demande gentiment si la place où ils ont mis leurs jambes, leur sac ou leurs genoux est libre était sensiblement le même pour les deux sexes. Après y'a ptet eu une réforme de la politesse depuis ces 3 dernières années, j'en sais rien...
+ -16 -

krondor En réponse à Limou Vermisseau

C'est un ressentie... qui ne peut être pris pour vrai... et c'est le problème... tout est dans le ressentie pour infirmer un comportement sexiste...
+ 11 -

Limou En réponse à krondor Vermisseau

Alors que toi c'est basé sur quoi ? Sur une étude en double aveugle contre placébo ? Il y a suffisamment de choses importantes à faire pour l'égalité entre les sexes sans s'emmerder avec des problèmes de politesse qui touchent les deux sexes.
+ 58 -

Ascaris Vermisseau

Je ne vois pas où est le problème. En écartant les jambes, ça passe.
+ 7 -

le-long-brick Longbric

"assoire", "créé", "reseaux", encore un académicien !
+ 4 -

Kudsak En réponse à le-long-brick Vermisseau

Et "vicime" qui n'est même pas correct phonétiquement...
+ 1 -

le-long-brick En réponse à Kudsak Longbric

Bon sang, je l'avais aussi repéré, puis oublié... Merci Kudsak !
+ 2 -

Kudsak En réponse à le-long-brick Vermisseau

De rien, c'est parce que j'ai failli vomir en voyant cette faute !
+ 5 -

Oblivionis Taret

Dans mon cas, quand je prends les transport en commun, même si je me positionne bien comme il faut dans le siège, ben je suis trop grand, et y a pas la place pour que quelqu'un se positionne en face, à moins qu'on joue à s'imbriquer l'un dans l'autre.

Du coup, on me range dans quelle catégorie ? ( C'est pas que j'y accorde de l'importance, mais je suis curieux et ça m'amuse toutes ces conneries )
+ 6 -

Necropaf En réponse à Oblivionis LoMBriK addict !

Les grands dadais encombrants?
+ 8 -

phil_good Ver singe (et torix)

De toutes façons, les hommes sont parfaits. Des questions ?
Image de phil_good
+ 0 -

Fagus En réponse à phil_good Vermisseau

parfaits... quand ils se castrent entre eux, à cause des à-coups ?
+ 2 -

magnussoren Ver (re-)cyclable

comment je suis content de me deplacer a velo....
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
28