les smartphones rendent les gens asociaux...

...c'est ce que disent les vieux ^^
5 891 vues

...c'est ce que disent les vieux ^^

Envoyé par yosegaman le 21 février 2019 à 22h36

+ 1 -

yosegaman Jeune lombric

traduction dans l'image : de mon temps, les gens parlaient entre eux
j'ai oublié de mettre ça dans la description XD
+ 20 -

_pepe_

C'est comme les canards, certains prétendent qu'ils volent et qu'ils nagent. Pourtant, les photos démontrent que ce n'est pas le cas...

Sérieusement, il suffit d'avoir un peu de mémoire et d'avoir connu la période antérieure à la montée de l'individualisme égoïste et misanthropique dans les années 80 pour savoir que, si les gens ne passaient pas 24h/24h à jacasser entre eux, comparé à aujourd'hui ils passaient globalement beaucoup plus de temps à vivre ensemble et les uns pour les autres (et non pas seulement les uns à côté des autres).
Image de _pepe_
+ 7 -

_pepe_ En réponse à yosegaman

Et mon commentaire à propos des canards, qui utilise le même ressort humoristique que celui de ton fichier, tu l'as pris au premier ou au second degré ?
+ 2 -

Liroye En réponse à _pepe_ Vermisseau

Hihihi gé pa kompri
+ 8 -

DyaKaze Vermisseau

Ouai enfin avant ils emmerdaient les autres à demander leur chemin. Maintenant y'a le GPS ils ne me font plus chié \o/
+ 1 -

_pepe_ En réponse à DyaKaze

Avant on avait des plans et des cartes routières, et on savait en principe quel chemin prendre avant de partir.

Restent ceux qui se perdent. Aujourd'hui, la différence c'est que lorsque le smartphone n'a plus de batterie ou lorsque la carte GPS est erronée, les gens n'osent plus (ou ne savent plus) demander leur chemin... et que, comme tu le dis, ça ferait chier la plupart des gens de les aider.
+ 5 -

tomteub En réponse à DyaKaze Vermisseau

Ils sont déresponsabilisés jusque dans leurs déplacements, trop bien ...
Quand j'étais coursier à vélo à Paris, mon boss voulait qu'on bosse au plan, pas au GPS.
(Ca m'arrangeait, j'avais pas de smartphone, juste celui du boulot, où on n'avait pas le droit d'utiliser d'autre appli que celle des courses.)
Il disait : "au début ça prend plus de temps. Mais dans deux mois ça te fera gagner du temps."
Effectivement, quand tu dois construire ton trajet au plus court, tu visualises le trajet, tu repères les noms de rue, tu construis des bouts de trajets types. Quand tu tourne à gauche, à droite, re-à gauche, t'es passif.
Du coup effectivement après quand on te donnes une course dans une rue, tu la connais, tu sais comment y aller, ou tu connais la rue d'à côté.
Du coup même si je roulais moins fort que d'autres gars d'autres boîtes, je les bouffais en alleycat (des courses de coursiers à checkpoint, où on te donne les chekpoints, et tu les fais dans l'ordre que tu veux) parce que eux étaient sur leur smartphone, alors que moi j'avais mes trajets, et mes raccourcis, mes circuits sans feux, etc. Ils partaient avant moi, pendant que j'avais la tête dans le plan. Ils roulaient plus vite que moi, mais vu que mes trajets étaient meilleurs, j'arrivais avant eux ...

C'est pareil pour beaucoup de problématiques. Ce que tu confies à la machine, tu n'apprends pas à le faire. Et sans ta machine, t'es baisé.
+ 0 -

gneeeh En réponse à tomteub Vermisseau

et juste l'interface machine cerveau est de toute plus lente et moins réactive ,ce qui donne un un soucis pour adapter son trajet a la situation .Perso je roule pas mal a vélo au delà de boulot du coup j'ai déjà un plan général de ma ville, le gps (quand je l'utilise) me sert plus de carte électronique en recherchant la rue qui me me manque et voir ou elle est.
+ 0 -

sandrine65100 En réponse à DyaKaze

quand tu sais quel nom tu dois écrire dans ton GPS, ça va.
Un exemple concret :
Tu rentre dans ton GPS " grotte de Lourdes", pour aller voir la vierge....
Tu te retrouves aux grottes de Bétharram ou du Médous, à 20 bornes de là.
Si tu as de la chance, tu me croises dans la rue, tu me dis " bonjour, vous êtes d'ici ? " ou " Excusez moi, vous savez comment on va à la grotte ?" en français, en espagnol, en allemand ,en italien, en japonais, en coréen et en chinois. Et je t"explique gentiment que dans ton GPS, tu dois taper " sanctuaire de Lourdes" ou " grotte de Massabielle". Comme je le dis souvent, " demandez, ici on est pas des cannibales, on ne mange pas les gens qui nous adresse la parole.....".
+ 0 -

Patate-A-Eau

Converser ? Oui oui cher voisin(e). Des que j'ai fini de lire mon canard enchainer.
+ 2 -

ladec04 Vermisseau

Pour être sérieux : un journal a un contenu fini, ce qui n'est pas le cas de nos téléphones connectés à internet. Arrivés à un moment tout le monde avait fini son journal et finissait par parler à son voisin, oui je caricature un peu.
+ 0 -

tametame En réponse à ladec04 Jeune lombric

En répondant a ton commentaire j'ai fais un méga pavé en prenant l'exemple des trains mais osef en fait. :(
Lorsque on fait un petit trajet d'une dizaine de minutes, c'est difficile (mais pas impossible ) d'amorcer une discussion qui ne durera pas plus longtemps, donc on va chercher un moyen de se protéger. Le smartphone est l'outil parfait pour ça: Tu le sors d'un geste, le déverrouille d'un second...
J'aime beaucoup ta caricature parce qu'elle montre bien qu'il faut avoir terminé le journal pour parler a son voisin (je caricature aussi comme je peux Hein ! )
Mais sur un trajet d'une dizaines de minutes, tu le finis ton journal ?
Ton exemple pourrais fonctionner pour les trains ayant des long trajets mais par expérience la plupart des gens ayant envie d'avoir des relations sociales se parlent.
Le téléphone n'est utile que pour se protéger de la personne en face de toi.
Pour bien montrer que tu n'es pas prêt a tenir une discussion.
Par exemple: les petits vieux qui te regardent fixement et on envie de parler de la pluie ça te gonfle. Zou le phone dans la main et baissage d'yeux.
+ 0 -

Cyclomore Vermisseau

Et puis là on ne discute pas du coup. Et de toutes manières on est tous des bots.
+ 0 -

tametame En réponse à Cyclomore Jeune lombric

Commande textuelle non reconnue
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
50