"100 euros de plus sur le SMIC...

2 155 vues

... sans que cela ne coûte rien aux entreprises."
Tu sens la douille, ma couille ?
Explications.

Envoyé par tomteub le 11 décembre 2018 à 08h34

+ 6 -

tomteub Vermisseau

Bon alors ne vous excitez pas, je sais que ça vient d'un organe "politique", et que la fin est clairement de la propagande pure et simple, c'est juste que la partie explication du salaire et des cotisations est très claire.
Et je pense qu'après l'allocution d'hier et le fait que je n'entende que la première partie de la phrase à la radio, et jamais la deuxième, ça me fait entrevoir la plus belle enculade de ces 50 dernières années.
En mode gouvernement et médias main dans la main : "Allez les enfants, la récré est finie, c'est l'heure du goûter !".
+ -2 -

Grand_Ma En réponse à tomteub Vermisseau

Moi je trouve ça très bien de payer moins cher les français, ils sont trop cher. Je ne vois pas pourquoi dans un monde sans frontière on paierait plus les ouvriers français que ceux du bangladesh.
+ 2 -

tomteub En réponse à Grand_Ma Vermisseau

Je te rejoins un peu là-dessus, vu qu'il va falloir qu'on baisse notre consommation pour pouvoir tous survivre sur la planète, il faudra bien y venir un jour.

Mais je pense que si on doit établir une égalité planétaire (l'utopie d'aujourd'hui est l'objectif de demain et la réalité d'après-demain) il faut déjà commencer par sevrer ceux qui surconsomme, à savoir les plus riches.
Parce qu'un riche, il aura beau manger bio etc. (le plus souvent plus pour sa santé que "pour la planète" hein, juste en passant), il aura toujours un bilan carbone 10 fois plus élevé qu'un pauvre.

Et si on sèvre les plus riches, on a du pognon pour développer une agriculture durable pour tout le monde, des emplois durables, etc, et les gens auront moins de mal à accepter de se passer de certaines consommations superflues si y'a pas un connard qui leur passe sous le nez en Rolls avec un toast au caviar à la main.
+ -4 -

Grand_Ma En réponse à tomteub Vermisseau

Du coup c'est vachement bien que Macron encule les pauvre, ça les rapproche de l'utopie communiste. Réjouis-toi !
+ 3 -

_pepe_ En réponse à Grand_Ma

Non, c'est vachement bien que Macron « encule » les pauvres parce que, ce faisant de manière aussi ostensible, il tresse plus sûrement la corde qui le pendra, lui et ses copains. Ça leur rappellera la chute du régime aristocratique.
+ 1 -

_pepe_ En réponse à Grand_Ma

Si tu ne vois pas, alors il faudrait faire l'effort de regarder, en te renseignant a minima sur les principes qui régissent l'économie et la monnaie. Ou alors sortir un peu pour ne pas voir que des gens pétés de thunes.

Chercher à mettre tout le monde au même *salaire* est juste une aberration, parce que même sans frontières les pays ont des économies disparates, parce que les monnaies ne constituent pas une représentation universelles des richesses, et parce que les richesses n'ont pas la même valeur pour tout le monde.

Au Bengladesh, on s'offre déjà un très bon niveau de vie avec moins de 1000€ par mois (logement et transports compris). Mais à Paris, avec la même somme on serait au-dessous du minimum nécessaire pour vivre convenablement.

Sans aller chercher aussi très loin, les seules différences entre les économies de l'Allemagne et de la France au sein de l'Euro et les lubies égalitaires et d'austérité imposées par l'UE ont réussi à lessiver notre pays et à y augmenter le coût de la vie pour le plus grand nombre, tout en enrichissant encore plus les plus riches.


Je suis d'accord avec le fait qu'on doive baisser le niveau de notre consommation, d'une manière globale et individuelle. Mais réduire les salaires (et particulièrement les plus bas) n'est pas le moyen le plus pertinent d'y parvenir, d'autant que souvent, les revenus les plus élevés ne proviennent pas de ce mode de rémunération.
+ 6 -

john5 En réponse à Grand_Ma

C'est vrai. Faudrait payer les ouvriers du Bangladesh beaucoup plus !
+ 5 -

Jean-Rachid Vermisseau

Le salaire universel et on vire les aides sociales. Moi je vois que ça.
+ 2 -

_pepe_ En réponse à Jean-Rachid

Pour quel montant ? Financé par qui ? Mis en place comment ?

Si c'est juste pour garantir un revenu minimum de misère tout en taxant les bénéficiaires pour le financer, ça ne règle pas les problèmes, notamment pas celui de la répartition des richesses produites.

Le système actuel (qui marchait bien, même si tout est fait pour convaincre du contraire) a été obtenu à force de décennies de luttes sociales, à des époques où les rapports de forces étaient beaucoup plus favorables aux travailleurs. Si le pouvoir politique le détricote, ce n'est certainement pas pour le remplacer par un autre qui serait moins avantageux pour ceux dont il défend les intérêts.

Bref, dans les conditions actuelles, si un salaire universel voit le jour, alors il sera forcément pire que le système de protection qu'on a aujourd'hui.
+ 1 -

Jean-Rachid En réponse à _pepe_ Vermisseau

Financé par qui et mis en place comment? De la même façon que l'on fait pour les aides sociales...
+ -1 -

_pepe_ En réponse à Jean-Rachid

C'est-à-dire ? J'imagine qu'il ne t'a pas échappé que le gouvernement était en train de casser le mode de financement existant.

La protection sociale solidaire était principalement financée par les revenus du travail, sous la forme de charges salariales et patronales. Ce financement tend maintenant à être remplacé par l'impôt, payé notamment par les petites gens et les inactifs. La cotisation salariale d’assurance chômage a été supprimée au mois d'octobre, au profit d'une augmentation de la CSG. On s'attaquera aux cotisations de la sécu en 2019, et il est aussi question d'exonérer de charges sociales les heures supplémentaires. Au bout du compte, le financement de la protection sociale pèse de plus en plus sur ceux qui ont besoin d'y avoir recours, et de moins en moins sur ceux qui s'accaparent les richesses produites.

Si l'on poussait à l'extrême l'esprit de ces réformes, on pourrait par exemple donner à tout le monde 1000€ de revenu universel chaque mois, mais dans le même temps taxer tout le monde de 1100€ afin de financer les versements du mois suivant et payer les dépenses de fonctionnement...
+ 0 -

Nap En réponse à _pepe_ Vermisseau

je te pensais moins nuancé que ça à la base.

bref, je ne suis pas totalement d'accord avec ton point de vue mais il est intéressant quand même.

après 1100€ de taxes pour un revenu universel à 1000 c'est un peu excessif, mais j'ai envie de dire pourquoi pas. personne ne fout réellement rien pendant longtemps.
Si la moindre d'une activité est considérée comme valorisante pour la société, elle peut être valorisée : je prends l'exemple des associations, mais certaines apportent quelque chose à notre société, qui est fait à titre gracieux, ce qui pourrait alors être considéré comme une valeur ajoutée déductible d'impôts, idem pour les personnes qui prennent du temps et investissent de l'énergie dans l'entretien de leur ville, de leur village.
c'est mieux que de déduire d'impôts les heures sup', surtout que je ne sais pas encore, faute d'avoir eu le temps de lire la proposition, de qui en bénéficiera réellement de cette réduction d'impôts.

le problème d'aujourd'hui est principalement que tout n'a pas une valeur sur un pied d'égalité.
il y a des intermédiaires, des pousseurs de carton comme je les appelle qui ne font qu'assurer la livraison du bon produit au bon endroit par exemple et qui ne simplifient absolument pas le service rendu, mais qui se prennent un bon gros pourliche au passage, idem pour la prestation de services par exemples.
et le pire dans cette histoire c'est que ce genre de système modifie le marché et par conséquent les prix, faisant de leur mode de fonctionnement la norme, à terme.

cependant, si un jour dans un univers de bisounours utopique on nous proposait de choisir la répartition de nos impôts en termes de budgets alloués à des ministères sur la base d'un revenu universel comme celui que tu viens d'évoquer je pense que ça résoudrait pas mal de problèmes de notre système de démocratie représentative, et des dérives qui en découlent.
Je ne parle pas d'un parti politique en particulier, mais de l'asymétrie qui est en train de s'amplifier entre ceux qui brandissent le chômage comme drapeau et ceux qui brandissent la manne financière qu'ils représentent au global et qui s'aggrave petit à petit
+ 1 -

_pepe_ En réponse à Nap

L'idée de taxer 1100€ sur 1000€ de revenus était volontairement excessive, pour grossir le trait.

(Il n'empêche que je l'ai écrite en pensant à des cas réels d'auto-entrepreneurs que je connais, qui se sont vus durablement réclamer plus d'argent que ce qu'ils avaient effectivement gagné à la sueur de leur front. Je ne vois donc pas ce qui empêcherait qu'on prélève à des gens plus d'argent que ce qu'ils auraient reçu pour rien.)

L'idée de fond, c'était qu'il ne faut pas regarder seulement ce que les gens reçoivent, mais impérativement considérer le bilan global.

Si l'on a des gilets jaunes dans la rue, ce n'est pas seulement parce qu'ils ont de faibles revenus ni seulement parce que leurs taxes ont augmenté, mais parce qu'ils en sont arrivés à un point où, au bout du compte, ils n'ont plus les ressources pour terminer le mois, même lorsqu'ils ont un travail, et même s'ils adhèrent à la finalité des taxes qu'ils payent.


Concernant « ceux qui brandissent le chômage comme drapeau » : je ne pense pas, au contraire de la manne financière, que le chômage représente une finalité en soi (sauf peut-être pour une petite minorité non représentative, pour les allocations dont ils pourraient abusivement profiter).

Le chômage est majoritairement subi. Son explosion est le signe des dysfonctionnements de notre système économique, politique et monétaire, et ceux qui le mettent en avant le considèrent soit comme le mal commun qui les touchent, soit comme le symbole d'une forme de système qu'ils combattent parce qu'il crée ces dysfonctionnements (réellement ou supposément ; les gouvernements successifs ne prétendent-ils pas aussi combattre le chômage ?!).

Le chômage constitue un danger réel pour une très grande part des gens qu'il touche (6,25 millions d'inscrits à Pôle-Emploi, dont la moitié qui ne reçoit pas un centime d'indemnité, et au moins 5 autres millions de non-inscrits sans emploi ou touchés par le sous-emploi), et alors que rien ne permet d'espérer que la situation s'améliore, on s'évertue à torpiller son système d'indemnisation tout en détournant son organisation pour créer du profit. Car aujourd'hui, on a trouvé une façon de réduire la protection sociale, de déplacer son financement de ceux qui en ont largement les moyens vers ceux qui ne les ont pas, à prendre ce dernier comme prétexte pour augmenter une dette publique dont les intérêts enrichissent de gros financiers privés, et à le lier encore plus sûrement au fonctionnement d'un État français que ses capitaines néolibéralistes eurobéats s'emploient à saborder consciencieusement.


Quant à l'idée du revenu universel, parce que notre monde ressemble de moins en moins à un univers de bisounours, les propositions sérieuses que j'ai pu entendre auraient actuellement toutes les chances de se concrétiser en une vaste escroquerie au détriment des prétendus bénéficiaires. Comme on vient de remettre une grosse bûche dans le feu, on ne risque pas de voir le Père Noël descendre pas la cheminée...
+ 0 -

Nap En réponse à _pepe_ Vermisseau

quand je parlais de « ceux qui brandissent le chômage comme drapeau »
c'est pas de ceux qui le subissent que je parlais, mais de ceux qui font du chantage à coup de plan social
+ 0 -

_pepe_ En réponse à Nap

Ok. J'avais mal compris.
+ -2 -

Jean-Rachid En réponse à _pepe_ Vermisseau

Mais arrête de chialer!
+ 1 -

_pepe_ En réponse à Jean-Rachid

(Je serais tenté de te répondre : « arrête la fumette ! »)

Je ne chiale pas, je relève juste que le revenu universel tel que tu le proposes, au mieux ne règle pas grand chose, au pire ne dépasse pas le stade de l'utopie. Et que les réformes actuelles démolissent le système mis en place qui ne marchait pas si mal.

Le problème n'est vraiment pas au niveau du mode de solidarité, mais encore et toujours au niveau de l'organisation de la répartition des richesses.

On ne définit pas un système social en disant seulement ce qu'on donne aux gens. Il faut également préciser comment on trouve ce qu'on leur donne, et compte tenu du fait qu'on vit dans un monde gouverné par le profit, ce qu'on leur enlève en échange.
+ -2 -

Jean-Rachid En réponse à _pepe_ Vermisseau

Ne confond pas utopie et volonté. Le restes, j'ai envie de le lire.
+ 1 -

_pepe_ En réponse à Jean-Rachid

Une volonté qui ne prend pas en compte les principes de réalité, ça reste une utopie.

Par ailleurs, le revenu universel ne règle en rien les problèmes exposés dans le fichier. On peut donc dire que tu es hors sujet.

Comme déjà suggéré, a priori un revenu universel n'empêche pas de faire payer aux gens des taxes au-dessus de leurs moyens. Ce n'est pas non plus le revenu universel qui fera fonctionner les hôpitaux publics (essentiellement financés par l'assurance maladie, et donc par les charges salariales et patronales en cours de suppression), qu'on ferme déjà aujourd'hui à tour de bras. Etc. .
+ -1 -

Jean-Rachid En réponse à _pepe_ Vermisseau

Mdr. Ok prend le dernier mot, si ça peut te faire plaisir. ( j'ai pas lu hein)
+ 15 -

Foxsking Lombric Shaolin

Catégorie #sexy sans nudité = -1
+ -5 -

tomteub En réponse à Foxsking Vermisseau

C'était parce que l'annonce à l'air sexy, mais l'est beaucoup moins après 2s de réflexion. J'aime bien mettre "catégoriser" avec une réflexion à tiroir.
Pour me rattraper :
Image de tomteub
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
66