La réponse est non

Chargement du lecteur...
2 931 vues

Envoyé par Pleonasme le 30 août 2018 à 09h37

+ 4 -

Pulamoul Asticot

Pour une fois qu'il fait un truc bien celui-là ^^
+ 16 -

Rodrigo En réponse à Pulamoul Jeune asticot

Les gels douche ils sentent bon quand même.
+ -3 -

Ced Lombrik

Là où tu apprends que (1) Nicolas Hulot était encore ministre de l'environnement et (2) que le ministère de l'environnement ne parlait plus d' "environnement" mais de "transition écologique et solidaire".

Ah!! L'écologie et le capitalisme... Une grande histoire.
+ 11 -

Mylo En réponse à Ced Ver correcteur

Quand on sait que (1) l'industrie pétrolière a payé tes études et ta thèse et (2) que tu continues à travailler pour celle-ci...

Las, l'écotartufferie et le capitalisme... Là aussi, que des histoires.
+ -3 -

Ced En réponse à Mylo Lombrik

Mais qu'est-ce que tu racontes, mon pauvre?
+ 7 -

Thiche En réponse à Ced Colonel Chat-Ver

... et (3) que tu as sciemment commis des attouchements sur la machine à café que tu as confondu avec une jeune stagiaire ! ... Rrrrrrrrrrrhhhhho LA VACHE !!!! ... #CEDGATE !!!!


... Tu me dégoûtes ! ( et pas forcement pour tout ce qui a été énuméré par Mylo, mais c'est un autre débat ).
+ 2 -

Ced En réponse à Thiche Lombrik

En plus, la stagiaire était plus consentante que la machine à café, Monsieur le Commissaire.
+ 0 -

le-long-brick Longbric

Il a un sacré K'Hulot ce zigue ! Il a bâti sa fortune avec 2 ou 3 idées à la mords-moi-le-zgaï et il n'a jamais rien foutu de ses 10 doigts (remarquez, il n'est pas le seul !) depuis qu'il est né, à part d'aller faire l'avantageux devant une caméra et une palanquée de chmordurasses à collerette caca d'oie (espèce disparue depuis...) c'est un branleur de la pire espèce... mais... il a sa conscience pour lui (et accessoirement, une retraite de Ministre d'Etat qui devrait lui assurer d'avoir les pieds en éventail jusqu'à la fin des siècles et des siècles, Amen !)
+ 3 -

Libel Vermisseau

Macron-le bétonneur goudronneur chasseur épandeur de pesticide et nucléocrate a perdu son faux-nez écolo. Ouf !
... et où l'on se rend compte que Macron en fait il en est resté à Pompidou - de Gaulle. C'est la France de Papy. Et Brigitte c'est Mamie ! ^^'
+ 16 -

Tuveuxvoirmabique Vermisseau

Loin de penser que ce mec puisse être le messie et que ses actions soient toutes irréprochables.
Le départ d'une personne jouissant de cette aura à la tête de ce ministère est pour moi l'illustration cruelle que nos politiques demeureront incapables de réagir face aux problèmes majeurs des décennies à venir.

Les chefs politiques sont clairement conscients que cette course à la croissance est perdue d'avance. Si ils ne le sont pas, c'est que ce sont des incompétents.
Sans hausse de la consommation en énergie carbonée, pas de croissance possible. (Comment générer des excédents économiques quand tu n'as plus que tes bras pour actionner les machines, pour cultiver les champs)
Hors, on ne peux plus augmenter significativement la consommation d’énergie fossile. Il y en a de moins en moins de disponible face à une demande toujours plus croissante.

Ce ne sont pas des abrutis, ils ne peuvent être que pleinement conscient que le monde va vers une chute-libre du PIB mondiale et que, même si on a pas une âme d’écologiste, il faut mettre la question de la décroissance sur la table. Parce que, qu'on le veuille où non, celle-ci arrive. Et pas dans 200 ans...

Mais parler sérieusement de baisse du pib contrôlé et inévitable pour limiter la casse équivaux, pour un politique qui ne se réclame pas de la caste écologique, à un suicide politique et donc carriériste.

Tant que les populations ne manifesteront pas majoritairement leur volonté d'anticiper la baisse des pib, les politiques ne feront rien. il ne peuvent rien faire. Il tiennent trop à leur job (On ne va pas les blâmer, combien d'entre nous feraient la même chose?).

Mais pour que les gens prennent massivement et rapidement conscience des problèmes énergétiques de demain (sans parler d'écologie), il faut une volonté politique. Seul les états ont le pouvoir matériel et financier de lancer des campagnes massives d'informations. Les sonneurs d'alertes font bien leurs jobs, mais les fruits de leurs actions sont trop minimes face aux travaux de vulgarisations qu'il y aurait à faire.

Donc sans les peuples, les politiques ne feront rien et sans les politiques, les peuples prendront bien trop de temps pour réagir.
Et cette réactions populaires ne se fera qu'une fois qu'il sera trop tard. Quand les symptômes ne pourront plus jouir du bénéfice du doute. Et je pense qu'il est raisonnable de penser qu'il y a peu de chance pour que ça se fasse dans la franche camaraderie...
+ 4 -

john5 En réponse à Tuveuxvoirmabique

J'ai compris la complexité du monde politique et l'amplitude de sa dimension kafkaïenne lorsque j'ai assisté à ma première réunion de copropriété... Ma conclusion, c'est que la démocratie est une illusion, et par là je ne veut pas dire que les exemples ratés n'en témoignent que d'une application imparfaite mais bel et bien que sa démarche, son principe même est vain par essence et ce, pour une raison simple : le principe de consensus est fondamentalement incompatible avec l'exigence de rigueur et de cohérence d'un projet à long terme, quel qu'il soit. Tout accès à un poste de pouvoir dans un contexte démocratique se heurte à la mise en cause permanente qu'impose le droit de redite de chacun. Déjà que ça se vérifie pour la gestion d'une copropriété de quelques dizaine de lots avec des projets sur 3 à 5 ans tout au plus, mais alors pour la gestion d'un pays et tous les aspects de son économie, sa justice, sa vie sociale, son écologie, son influence et sa stabilité sur des générations...
+ 3 -

Thywaz En réponse à john5 Lombric

Euh la plupart des problèmes dans notre "démocratie" peuvent être résolus super facilement en fait, ils ne proviennent pas tant de sa nature que de notre application de celle-ci : Le cumul des mandats, les sommes exorbitantes et les nombreux avantages en natures des postes en politique dans notre pays attire une race particulière de gens, des gens avide de pouvoir et d'argent, hors il suffirait de transformer ces postes en simple postes de fonctionnaire pour n'attirer que des gens qui auraient un minimum de conscience politique, une morale professionnelle une réelle éthique au niveau du gouvernement, ce qui permettrait de se consacrer à des politiques de plus long terme... Un seul exemple : les pays Scandinaves, notamment la Suède ou la Norvège. Nous on se tape des carriéristes qui , en fin de mandat, ont plus de casseroles qu'un chef étoilé et eux ont de véritables chefs, qui répondent de leurs actes devant le peuple ( cf le politique qui s'était excusé publiquement d'avoir acheté une bouteille de vin avec l'argent du contribuable ).
+ 2 -

john5 En réponse à Thywaz

Le problème de l'attrait du pouvoir et de la corruption est un problème qui se superpose aux autre, régler ces problèmes n'empêchera pas des gens très sincères et honnêtes de ne pas être d'accord entre eux ; or si le fait de s'accorder ou même simplement de faire des concessions est un prérequis pour toute prise de décision alors la démarche de tout projet est voué à l'échec avant même qu'il débute... Je trouve que c'est très bien montré dans House of Cards : un membre du congrès a un projet de loi ; le type est intègre et sur le papier son projet est super : c'est une réforme solide, radicale mais du coup efficace ; sauf que pour que son projet soit voté il faut qu'il gagne une majorité donc qu'il ait des supports : il part donc à la chasse aux soutiens politiques ; sauf que chaque soutien ajoute une condition, exige un amendement voire une réécriture. Au final le congressman est laissé avec deux choix : soit il garde son projet inchangé et il a a peu près zéro chance d'être voté soit il accepte des amendements mais son projet est totalement dénaturé et au final inefficace.
Ce genre de problème peut se retrouver à tous les niveaux d'un système politique démocratique, l'exemple le plus significatif étant la "cohabitation" par exemple, mais à plus petite échelle on peut même trouver ça dans les courants minoritaires d'un parti, d'un syndicat, d'une association, etc.
Ce système fonctionne très bien dans un contexte ou les décisions portent sur des projets court ou la souplesse est permise, par contre lorsqu'un changement radical est requis, il a à peu près aucune chance d'arriver puisque tout est sujet à compromis...
+ 1 -

Peevee LoMBriK addict !

C'est un fait, il est ce qu'il est mais ce qu'il à fait demande certainement du courage.
J'ai connu un banquier qui a refusé une promo pour vendre des merdes financières à ses clients.
+ 4 -

kalka LoMBriK addict !

" Hulot c'est le premier ministre bio-dégradable: il a disparu spontanément sans laissé de trace sur l'environnement"

Pas de moi, hélas.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
67