Houria Bouteldja ou l'anti-racisme.

1 556 vues

(A lancer à partir de : 15m26s ou regardez la vidéo entière si vous avez du temps à perdre : D )
Après il faut saisir la "complexité des propos".
Bande d'idiot va.

Envoyé par Magmouth6666 le 15 août 2016 à 04h07

+ 5 -

TheMetroidPrime Verxit

Produit logique et inévitable des politiques identitaires/ethniques/communautaires.
Ça commence par des "chècke tes privilèges", ça passe par Bouteldja, puis par les autodafés d’œuvres "blanches" (comme dans les universités d'Afrique du Sud, voir la photo, notez le texte du tweet et le parallélisme avec la "blanchité" citée par Bouteldja) et ça fini par les chasses aux blancs comme à Milwaukee hier.

Bouteldja est encore très light, et surtout marginale, en comparaison avec ce qui gangrène déjà le monde anglo-saxon.
Image de TheMetroidPrime
+ 0 -

TheMetroidPrime En réponse à Henry_Hill Verxit

ARE
YOU

KIDDING
I
D
D
I
N
G

ME
+ 0 -

Magmouth6666 En réponse à TheMetroidPrime Vermisseau

Ah oui quand même...bon bah merde..
Image de Magmouth6666
+ 19 -

magnussoren Ver (re-)cyclable

Voila où nous mene l'abandon des luttes de classe au profit du communautarisme...
Bouteldja est une imbécile, une soral arabe...
Il y a déja un comique communautarisme, ou seul les arabes peuvent se moquer des arabes, les noirs des noirs....
Partout , et de plus en plus on voit apparaitre des comportements grégaires, dignes des plus cons des ruminants, et pendant ce temps la, le CAC 40 s'envole, les 10 plus riches de France voient leur fortune augmenter de 25%, le droit du travail est déchiré, la sécu est en train de crever....
Bouteldja est une imbécile, et elle est dangereuse,
A force de tout voir par le prisme de sa couleur, de ses origines, elle monte des prolos entre eux pendant que "nos nantis" dansent sur les cendres.
Bouteldja est une imbécile et souffre de DMLA,
Un prolo d'origine arabe, africaine, se fait autant pourrir ( si ce n'est plus) par un Wesh que moi mais par communautarisme , il ferme sa gueule, pour ne pas etre "traitre à sa race"....
Bouteldja est une connasse, et par son discours, elle empeche les communauté de faire le ménage chez eux,.
Que vaut le discours "pas d'amalgame" si à chaque fois l'excuse ( le pretexte?) du racisme nous est ressorti?
+ 1 -

Tomate En réponse à magnussoren Vermisseau

Ce qui m'a aussi dégouté, c'est cette excuse de sous entendre que les femmes doivent fermer leurs gueules face au viole quand ceci est commis par une personne de même 'communauté' qu'elle.

L'anti raciste est un raciste qui ne se l'avoue pas.

Comme disait l'une des personnes dans la vidéo, le racisme et l'antiracisme est un faux problème, ça détourne l'attention des gens de la vérité, et du véritable problème, celle de la lutte des classes.

Ce qui m’horripile aussi c'est cette représentante de SOS Racisme qui rigole, se moque du Monsieur de la fin, qui lui aussi pointe le doigt sur un faux problème, et que le véritable problème est la différence de classe, car le véritable Esclave n'est pas suivant sa couleur, mais sa classe sociale, et ça l'a toujours été.
+ 2 -

Magmouth6666 En réponse à Tomate Vermisseau

D'ailleurs grâce à ce genre de personne on pourrait presque croire que c'est les blancs qui on inventé l'esclavage :d
Image de Magmouth6666
+ 1 -

Tomate En réponse à Magmouth6666 Vermisseau

Oui, et c'est moche de dire que dans l'esprit des gens c'est bien les blancs qui ont inventé l'esclavage... Oubliant la réalité...
+ 0 -

Henry_Hill En réponse à magnussoren Ver macht addikkkt

Tu comprends maintenant pourquoi l'immigration en France a été voulue par la droite et que le regroupement familiale a été signé par Giscard sous la pression de Francis Bouygues ?A l'époque où la gauche n'avait pas encore abandonné les travailleurs français au profit du prolétaire idéal : l'immigré, Georges Marchais avait une conception bien différente de l'immigration que celle de la gauche d'aujourd'hui.
+ 7 -

john5

Il met exactement le doigt sur ce qui me dérange sur ce que je vais amalgamer très grossièrement comme l'idéologie gauchiste libérale américaine moderne, à savoir une idéologie très inspirée des études de genre - qui se sont très largement élargie ces dernières années avec ce qu'ils appellent la "transversalité", incluant une critique de la société basée sur un dogmatisme communautariste et victimaire ou toute interaction sociale est exclusivement pensée selon des rapports de dominations - et des productions sociologiques universitaires américaines de ces dernières décennies dont sont très largement abreuvés les SJW, terme que j'utilise pour désigner globalement tout ce mouvement libéralo-gauchiste essentiellement représenté par les associations et les lobbies communautaires.
L'essor de la sociologie (qui n'a jamais représenté un tel pan de la recherche universitaire) à mon avis montre ses limites : la critique de la société nécessite obligatoirement la mise en place d'une sémantique qui en identifie avant tout les acteurs. Historiquement on a utilisé des critères plus ou moins objectifs pour définir ces acteurs. Ex: les CSP, les "capitalistes" , (=les entrepreneurs détenteurs du capital dans la terminologie d'Adam Smith) contre les employés/ouvriers, etc. Cependant, avec la french théory et les outils d'analyse mis en place par des penseurs comme Derrida, très populaires aux USA (alors qu'ils avaient été assez critiqués en France à l'époque) comme le déconstructionnisme, le sociologue moderne peut se permettre d'inventer purement et simplement les acteurs sociaux de sa théorie en "déconstruisant" le réel, i.e. en relisant la culture de l'époque en rangeant arbitrairement les gens dans des cases selon des critères davantage "littéraires". Plus grave encore, on ne s'embarrasse pas de rigueur en abusant de sophismes pour définir un groupe en fonction de caractéristiques que l'on suppose découlant de l'appartenance desdits individus au groupe. Exemple typique évoqué dans la vidéo : la "blanchitude" comme concept sociologique, c'est dire que PARCE QUE la majorité des hommes blancs sont plus riches/mieux lotis/mieux respectés (etc.) que d'autres, alors cette blanchitude est la cause logique et mécanique de la richesse. On inverse cause et conséquence, alors que la sociologie devrait à l'inverse avoir la responsabilité de démontrer si la corrélation est une causalité. Le corps argumentatif de ces militants est entièrement basé sur ce type d'approximations. Même problème pour le racisme, puisque c'est de cela qu'il est question ici : pour être capable de "penser" le racisme, il faut paradoxalement admettre la notion de race, puisque pour critiquer il faut d'abord nommer. C'est précisément le point de limite de la sociologie que j'évoquais, son danger sensible. Un bon chercheur en socio est conscient que désigner un groupe (en le nommant), c'est toujours réaliser une abstraction, une simplification de la réalité pour pouvoir en faire une observation généraliste. Mais quand le grand public s'empare d'un terme tel que le "genre", il ne comprend pas forcément que lorsqu'on dit qu'il s'agit d'une "construction sociale", cela signifie qu'on étudie une simplification, un concept abstrait, et que les conclusions d'une étude sociologique doivent être relativisée en n'oubliant pas que l'on est bel et bien parti de concepts abstraits. Et le danger pour la société, c'est quand les idées promulguées par un courant sociologiques (qui aux USA revêtent un caractère éminemment politique : les concepts de race ou de genre y sont très chargés) influent la société en feedback. C'est la prophétie auto-réalisatrice : si on analyse que les noirs sont défavorisés et qu'on le leur répète à longueur de journée, il finissent par l'intégrer et à le rendre encore plus vrais ; lorsqu'on veut "visibiliser" les minorités invisibles, on renforce leur existence et leurs caractéristiques en tant que minorité culturelle... Toute personne qui a compris cela a compris que c'est précisément pour ces raisons que le communautarisme est globalement quelque chose de nuisible : elle renforce la segmentation de la société en groupes hermétiques et renforçant paradoxalement les inégalités et les rapports de force qu'elle devrait combattre...
+ 0 -

TheMetroidPrime En réponse à john5 Verxit

^ Post de qualité ^

Le top du top dans la "dégénérescence" de la sociologie, c'est quand même le fait que le fameux article de Sokal dans Social Text n'aurait même plus l'air d'être parodique aujourd'hui.
+ 8 -

Chaisedejardin Vermisseau

Je crois qu'ils avanceront réellement sur la question quand ils admettront que l'Homme est naturellement raciste, ou plutôt enclin à créer des stéréotypes en fonction de caractéristiques visuelles : la taille, les vêtements, la couleur de peau... Le racisme est une rémanence de l'époque où, pour survivre, il fallait protéger les siens et se méfier des intrus. Il a d'ailleurs été démontré qu'on éprouve plus d'empathie envers ceux qui nous ressemblent davantage. A partir du moment où l'on admet que notre comportement naturel n'est pas un modèle de vertu, ça devient possible de faire avancer le débat.
Autre point à prendre en compte : c'est beaucoup plus simple de réfléchir à partir de stéréotypes visuellement fiables (il est différent, mal sapé, petit...) qu'en terme d'économie mondiale (goldmann sachs, la bourse, les emprunts auprès des banques commerciales, la course à la croissance dans un espace aux ressources limitées...).
A partir de là, on peut commencer à comprendre pourquoi, dans une vieille Europe en crise, les différentes communautés se mettent sur la gueule au lieu de lutter ensemble contre TAFTA. On a ici un bon exemple.
+ 1 -

Mylo Ver correcteur

Image de Mylo
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
38