Savoir faire contre mauvaise fortune bon coeur

Au tribunal de Nuremberg. J'aimerai vraiment savoir ce qui les fait tant rigoler. Je crois que c'est Keitel a dit qu'il ne savait rien des crimes de guerre. Mais si il y a une explication plus probante, je prends
4 701 vues

Au tribunal de Nuremberg. J'aimerai vraiment savoir ce qui les fait tant rigoler. Je crois que c'est Keitel a dit qu'il ne savait rien des crimes de guerre. Mais si il y a une explication plus probante, je prends

Envoyé par Offerus le 26 juillet 2016 à 18h47

+ 57 -

Oblivionis Taret

Si je me souvient bien du compte rendue du tribunal, c'était lors de l'interrogatoire de Hermann Göring.

En effet, celui -ci expliquait qu'il avait caché environ 300 Juifs pendant la guerre,et qu'il leurs avait fait traverser l'Allemagne en toute discrétion.

Le président lui a demander ou était donc caché ses Juifs, il aurait répondue :

" Dans le cendrier de ma voiture " Fou rire dans la salle, même les gardes se sont marré.


( Cette anecdote et totalement fausse, merci de ne pas prévenir le MOSSAD a mon sujet. )
+ -4 -

Landru En réponse à Oblivionis Ver au foyer

Pour le confort de mes yeux, merci de poster seulement des commentaires images.
L'orthographe et la conjugaison, t'en seront éternellement reconnaissants.
+ 6 -

Oblivionis En réponse à Landru Taret

J'éssé kan mém 2 fér 2 mon mieu
+ 1 -

Landru En réponse à Oblivionis Ver au foyer

Si tu persévères, nul doute que pour la V3, tu seras, mots passants.
+ 5 -

LouetRinkin Vermisseau

Fallait mettre ça dans la thématique #que-pourrait-bien-dire.
+ 12 -

Foxsking Lombric Shaolin

https://fr.wiki...8s_de_Nuremberg :
(...) le 13 mars 1938, Göring appelle Ribbentrop : la lecture de l’enregistrement de leur conversation téléphonique entre Vienne et l’ambassade allemande de Londres donne une idée du triomphalisme des deux hommes. Ceux-ci éclatent de rire à l’écoute de leur ancienne conversation.

Peut-être pour casser cette hilarité inopportune, un film sur les camps de concentration, montage de documents filmés par les autorités anglaises et américaines sur l’ouverture des camps, est projeté.(...) À la fin du film, les accusés, (...)sont apparemment profondément choqués. Hess est incrédule, Göring a perdu son aplomb, Frank s’effondre en sanglots.
---------------------------------------------------------------------
Ils ont pas bien ri longtemps apparemment ;)
+ 2 -

Offerus En réponse à Foxsking Ne pas prendre au sérieux

Merci!
+ 5 -

le-long-brick En réponse à Foxsking Longbric

Effectivement, ton 2ème paragraphe approche la vérité. On est le jour où l'on va projeter toutes les atrocités des camps de la mort. Mais le projectionniste s'embrouille les pinceaux et passe la 1ère bobine inversée, c'est à dire sans le son et avec des "sautes" d'images importantes. Toutes les personnes présentes au procès relâchent alors un peu la pression de cette atmosphère très pesante et rient volontiers. Lorsque ce même projectionniste refera son enroulement et qu'il diffusera les films "à l'endroit" les rires vont s'arrêter net et le plus grand malaise envahira les lieux.
+ 1 -

Foxsking En réponse à le-long-brick Lombric Shaolin

Je ne sais pas s'il approche la vérité, j'ai copier/coller wikipedia cité au tout début de mon commentaire. Voici le paragraphe entier de wiki :
"Peut-être pour casser cette hilarité inopportune, un film sur les camps de concentration, montage de documents filmés par les autorités anglaises et américaines sur l’ouverture des camps, est projeté. Des extraits de ce film ont déjà été présentés aux détenus de Bad Mondorf ; peu le voient pour la première fois. Mais pour la Cour, les avocats et le reste de l’assistance, c’est une découverte. Un projecteur est orienté sur le banc des accusés : la lumière atténuée permet de bien voir les visages pendant que le reste de la salle est plongée dans le noir pour la projection ; cet éclairage n’empêche pas les inculpés de voir le documentaire. À la fin du film, les accusés, qui se sont agités de différentes façons durant la projection, sont apparemment profondément choqués. Hess est incrédule, Göring a perdu son aplomb, Frank s’effondre en sanglots. Streicher et Fritzsche se disputent : Fritzsche, qui n’avait pas vu le film, ne croit pas comme Streicher que les massacres n’aient eu lieu qu’à la fin de la guerre"

Merci pour tes précisions :)
+ 2 -

hoodoo Vermisseau

c'est pas julian assange au milieu avec les lunettes ??
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
64