le geek, ce héros...

le geek, ce héros...

1 205 vues

une vidéo qui vaut le coup d'être visionnée,
les algorithmes pouvant considérablement améliorer le monde actuel, mais pour ça, il faut aider les personnes valables comme Duan Paul #fuitedescerveaux

Envoyé par yosegaman le 13 août 2015 à 05h01

+ -1 -

gloupi Lombric Shaolin

Je crois que je suis devenu un vieux con cynique. 5 seconde après avoir vu la vidéo, je me dis "mais ouais c'est trop génial son truc, ça va révolutionner le monde etc etc" et puis au bout de quelques minutes je me dit que c'est encore un mec qui nous fait prendre des vessie pour des lanternes en simplifiant à l'extrême un truc qui doit certainement être très compliqué, et que du coup il me caresse dans le sens du poil en me faisant sentir intelligent pour me vendre sa pastille sans que je me pose de question.

Mais du coup, pour ceux qui ont des connaissances dans ce domaine, c'est viable son machin ou c'est juste un mec qui va se faire un compte tipee et qui va se barrer avec 10 millions d'euros de crowdfunding pour aller s'acheter de la coc et des putes aux states?
+ 1 -

magnussoren En réponse à gloupi Ver (re-)cyclable

c'est tout à fait valable, l'analyse predictive fonctionne tres bien actuellement , le probleme c'est utilisation : essentiellement la finance et les assurances...
Dans le domaine de la santé il est utilisé pour "repérer" les patients a risque ( diabete, cardiopathie par exemple), il aide aussi a prendre certaines decisions.
paul duan n'est pas un rigolo
+ 3 -

_pepe_

L'idée est viable, mais rien ne dit qu'elle soit bonne, tout le temps et pour tout le monde.

Certes, elle permet d'optimiser la résolution globale de problèmes complexes. Mais :
- à la base les problèmes peuvent avoir été mal posés, poursuivre des objectifs erronés ou résulter de mauvaises décisions ;
- les solutions peuvent être positives du point de vue de ceux qui les mettent en œuvre, mais négatives du point de vue de ceux qui les subissent ;
- l'extrême efficacité d'une solution peut avoir des conséquences néfastes en ne laissant pas de possibilité d'adaptation à ses défauts ;
- les données accumulées pour résoudre certains problèmes peuvent être exploités dans d'autres buts moins avouables ;
- etc. .

Pour reprendre des exemples cités :

- Optimiser la gestion d'un service ambulancier privé permet de positionner les véhicules afin d'intervenir plus rapidement sur les zones les plus à risque, ... mais également d'éviter les zones les moins rentables, en laissant pour compte leur population.

- Dans un hôpital, pouvoir détecter les patients à risque permet de mieux les traiter préventivement, ... ou bien d'éviter leur admission. Dans un système où il faut déjà être riche et bien assuré pour être admis dans un hôpital privé, on pourrait aussi se mettre à refuser ceux qu'on sait être potentiellement trop coûteux.
+ 2 -

eyhtern En réponse à _pepe_

+1 je pensais la même chose (en moins développé) et comme ça j'ai pas besoin de me passer le temps à le formuler ^^
Le big data ça craint ; point, à la ligne.

(ps: quand il dit "et même faire des économies" j'entends : "et surtout ! faire des économies"...)
+ 2 -

magnussoren En réponse à eyhtern Ver (re-)cyclable

je sais que des gens en ont tué d'autres a coup de marteau..il n’empêche que pour planter un clou on a pas trouvé mieux..
+ 0 -

eyhtern En réponse à magnussoren

Je compte pas vraiment débattre, en plus j'aime pas les comparaisons dans les discussions de ce type ^^
Disons que : certes la technologie n'est ni bonne ni mauvaise c'est bien entendu l'usage qu'on en fait qui compte ; malgré tout, je trouve ça pas bien pour différentes raisons. L'esprit de la modernité utilise une technologie nouvelle sans précautions et sans réflexion préalable ; (puis additionné à pleins de choses) ça fait qu'on utilise les technologies d'une manière irraisonnable, comme par réflexe et que cela induit plein de problèmes de plus en plus compliqués à décortiquer (c'est mon avis hein, jprétends pas détenir la vérité)
+ 0 -

_pepe_ En réponse à magnussoren

La grosse différence, c'est que tuer quelqu'un à coups de marteau, c'est un crime et ça ne passe pas inaperçu.

À l'inverse, l'usage illicite du big data peut rester secret, et certains usages autorisés mais néanmoins dommageables sont actuellement encouragés et appelés à se développés.
+ 4 -

Lork En réponse à _pepe_ Asticot

J'irais même plus loin dans ton second exemple. Les sociétés d'assurances pourraient utiliser ce même algo pour faire flamber les polices d'assurances de ces patients ou même refuser de continuer à les assurer.
Et en fait, on me souffle dans l'oreillette que les assurances ont déjà ce genre d'algo et les ont déjà mis en pratique.
Il suffirait donc que les hôpitaux les récupèrent pour gagner du temps.
On pourrait même aller plus loin et abattre tous les patients à risque avant même qu'ils ne soient malades et hop, encore des économies. Une balle, ça coute quand même moins cher qu'une chambre d'hôpital
+ 2 -

_pepe_ En réponse à Lork

Un cachet qui achève le malade, ça laisse moins de traces qu'une balle, ça coûte moins cher, et en plus c'est le patient qui paye.
+ 2 -

sandrine65100 En réponse à Lork

les assurances ont beaucoup plus d'avance dans le "faire quelques économies" que les ministéres des finances et de la santé réunis.
+ 0 -

Jackyzgood Lombric

je suis d'accord avec tous les exemples et les dérives possible, c'est pour ça que je m'oppose à ce genre de système. Mais il faut garder à l'esprit que le problème ne vient pas des données, ni même de leur utilisation, mais de la centralisation de ces données. Le fait que seul quelques personnes contrôlent ce système fait que tous les autres n'ont pas leur mot à dire.

Ce qui est fou c'est qu'aujourd'hui très peu de personne savent que internet est un système acentralisé, pas décentralisé, mais réellement sans centre. On peut tous voir les avantages que ça implique : robustesse, égalité entre les utilisateurs, etc ... Il faudrait donc dans le cas d'un système de big data destiné à gérer les biens communs utiliser cette même organisation, que chacun récupère et gère une partie des données sur son propre serveur, ainsi si on ne veut pas que certains patient soient mis de coté il nous suffirait de paramétrer l'algo de cette façon, les hopitaux quand à eux récupérerai les réponses de tous ces algo pour décider quoi faire. Ça conduirait à un vrai système démocratique puisque tout le monde aura son mot à dire. Mais ça je ne crois pas que ça intéresse les gens au pouvoir.
+ 0 -

BarneyGumbles Lombric Shaolin

Ahhh la blagounette du "monopole du coeur" toute moisie !
+ 0 -

Mach Vermisseau

Il faut faire attention selon moi à ce qu'on critique.
La technologie, ici les algo d'optimisation à partir de big data, est bonne, et peut clairement être une solution à des problèmes de société. L'utilisation de cette technologie, comme certains le disent, dans un but plus économique qu'humain, peut être une dérive.
Donc la technologie n'est pas vraiment critiquable, mais son utilisation capitaliste oui.

_pepe_ souligne quelque chose d'important, une bonne résolution repose sur un problème bien modélisé (ton premier point, légèrement déformé). C'est totalement vrai, mais justement c'est là-dessus que reposent tous les efforts des chercheurs. Les algorithmes d'optimisation, il en existe plein et il suffit de les adapter à un problème, ce qui n'est pas bien compliqué, ce n'est pas le gros du travail. Le boulot du chercheur (c'est d'ailleurs mon cas en ce moment sur un tout autre problème, mais osef) est de modéliser le problème au plus juste, en prenant en compte les bons paramètres, les bonnes contraintes, etc. Donc oui bien modéliser est primordial, mais je ne doute pas trop que justement tous les efforts portent sur ce point précis (après, tout dépend ce qu'on cherche réellement à optimiser et on en revient à la dérive de l'utilisation économique de la techno).

Donc oui la big data quoiqu'on en pense peut être une solution, peut permettre de sauver des vies tout en économisant de l'argent (pas forcément au détriment des plus démunis), mais encore une fois c'est de son utilisation qu'il faut se méfier.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
76