On en est arrivés là...

2 045 vues

Franchement déontologiquement et philosophiquement, ça va trop loin.

Envoyé par jose_cahuette le 28 mai 2018 à 23h24

+ 2 -

jose_cahuette Vermisseau

Pourquoi il y a une croix noire? Je n'ai pas coché la case pourtant, si un modo passe par là, c'est possible de l'enlever ?
+ -4 -

Cloudh Vermisseau

C'était déjà parti trop loin quand on a commencé à domestiquer les animaux. L'anthropomorphisme est une vraie plaie pour la vie animale.
+ 1 -

TheMetroidPrime En réponse à Cloudh Verxit

Je suis partagé.
Si des gens sont prêts à payer cher pour faire avancer la recherche sur le clonage, pourquoi pas. Si ça permet à terme de sauver des espèces menacées, le jeu en vaut peut-être le chandelle.
+ 1 -

Ezellar En réponse à Cloudh Lombric Shaolin

C'est vrai que le gnou qui se fait courser pendant toute sa vie depuis sa plus tendre enfance jusqu'à son plus vieil âge, même les jours où il est malade ou blessé, par des meutes de lion, de guépards et autres hyènes ou bien qui doivent faire attention juste pour boire de l'eau sont tellement plus "heureux" que des vaches qui passent leur vie dans un pré à brouter de l'herbe.
D'ailleurs, un animal est-il "heureux" (anthropomorphisme au passage) ? Chante-t-il le blues, la nuit, en pensant à ses ancêtres libres ? La vache dans son étable raconte-t-elle à ses petits, sa proto-histoire, "tu sais, mon petit veau, à l'époque où nos ancêtre gambadaient librement dans les plaines" ?
Les cochons font-ils des plans d'évasion genre "porcherie break" où ils se font tatouer le plan de la ferme sur le dos ?
D'ailleurs, Chicken Run n'est-il pas un reportage d'Elise Lucet sur les tentatives des poules d'échapper à leur condition d'esclaves comme l'ont fait les nègres marrons (les idoles des pondeuses, c'est bien connu).
Les animaux regrettent-ils le "bon vieux temps" où ils pouvaient mourir de leur belle mort, étouffés entre les dents d'une lionne, ou noyés par un crocodile ou même parfois dévorés encore vivants face à la barbarie omnivoro-nazie humaine qui les gaze sans pitié et les tuent instantanément. Les salops.
Moi, ça me révolte aussi de voir autant de connerie sur Terre.
+ -2 -

Chaisedejardin En réponse à Ezellar Vermisseau

On peut quand même supposer que le bonheur chez un animal, c'est de pouvoir assouvir ses besoins instinctifs.
Une poule, elle passe sa journée à gratter le sol, si tu lui retires cette possibilité, elle sent qu'il lui manque un truc pour s'accomplir en tant que poule et elle est stressée. Peut-être même qu'elle partage sa peine avec ses collocs poules de batteries, mais on n'est pas encore assez calé en langage de poules pour savoir ce qu'elles se racontent. On peut quand même supposer des conversations assez limitées du genre "je me fais chier" "moi aussi". En boucle.
Cela dit, les animaux de ferme ne vivent plus à l'état sauvage depuis des milliers de générations. Leur instinct ne leur dit pas de se barrer, donc ils sont heureux dans leur enclos à condition de pouvoir continuer à faire leurs trucs comme gratter la terre ou faire la sieste à l'ombre avec un petit vent force 2.
Par contre, les animaux sauvages, ils ont besoin de leur liberté. Si tu les fous dans un enclos, ils ne vont avoir qu'une idée en tête, se barrer. Le gnou, il a pas conscience qu'un enclos c'est la sécurité. Son instinct lui dit qu'il doit pouvoir se barrer facilement où qu'il soit et courir pour sa vie et c'est cette liberté qui diminue son stress.
Tout ça pour dire qu'on ne peut pas comparer la vie de deux types d'animaux qui ont des besoins bien différents.

À part ça, ton message m'a bien fait rire, mais il faut garder à l'esprit que l’éthologie, comme beaucoup d'autres sciences, n'en est qu'à ses débuts et qu'on fera peut-être des découvertes surprenantes dans les années à venir sur le comportement des animaux.
+ 1 -

Bellus En réponse à Chaisedejardin

Moi je trouve que les poules de ma grand mère sont vachement bien dans son grand jardin elles grattent la terre, elle picorent toute la journée et elle pondent des oeuf dans la petite cabanne.
Du coup ces oeufs ne sont pas issue d'une exploitation d'animaux du coup même les vegans peuvent les manger.
+ 1 -

Ezellar En réponse à Chaisedejardin Lombric Shaolin

"ton message m'a bien fait rire"- c'était surtout ça le but.

Après, plus sérieusement, c'est ce qui me dérange dans le discours actuel, c'est qu'on fourre tout dans le même panier.
Il y a une différence entre la "ferme des 1000 vaches" et avoir 25 vaches dans un pré comme tu le dis pour les poules.
+ 0 -

Ced En réponse à Cloudh Lombrik

J'ai du mal à saisir le rapport avec l'anthropomorphisme dans ton commentaire... :/
+ 1 -

gloupi Lombric Shaolin

Et le bout de la route est encore loin, comme ils disent, il faut beaucoup d'essai avant d'avoir un résultat viable et parfois le résultat viable lâche après quelques semaines. Beaucoup de paramètre ne sont pas encore maitrisé mais si ça peux permettre d'avoir une solution à l'extinction de certaines espèces, ça peut être bien. Et puis la maitrise du clonage implique une compréhension profonde de tout ce qui est génome et fonctionnement de la machine vivante, ça peut ouvrir la porte vers d'autres truc genre guérison de cancer ou de maladie dégénérative.

Bon par contre la question éthique est bien la et même si c'est encadré et tout... ça reste quand même un peu pas beau.

Bon après si ça peux permettre d'avoir plusieurs schwarzi, c'est forcément bien
Image de gloupi
+ 12 -

Necropaf LoMBriK addict !

Le jour ou l'on pourra cloner les belles-mères, ce sera la fin de l'humanité.
+ 3 -

lebaud07 En réponse à Necropaf

Par contre, quand on saura cloner miss univers, ca sera la fin des filles moches !
+ 1 -

slangster Jeune asticot

Le clonage humain est interdit, mais est ce que des gens ont déjà réussi à réaliser un clone humain en bonne santé?
+ 2 -

0vermind En réponse à slangster Lombric

certainement pas officiellement. ^^
+ 1 -

Tomate En réponse à slangster Vermisseau

certaines sectes en font leurs pubs.
+ 0 -

kalka En réponse à slangster LoMBriK addict !

Officiellement non. Officieusement, certains pays essaient mais il semblerait que l'être humain ne soit pas très simple à cloner...
Mais franchement, si on en faisait une vrai priorité de recherche, on saurait probablement le faire très rapidement.
Quand à savoir si il faut....
+ 5 -

Yukie Jeune asticot

Ceci dit, si ça permet de cloner des espèces en voie de disparition pour les sauver dont certaines sont importantes pour l'écosystème... Pourquoi pas.
+ 7 -

Snark LoMBriK addict !

Kage Bunshin no Jutsu !!
+ 5 -

trucmoi Ver d'os

Le problème qui s'impose en plus ce ceux cités par la dame, c'est qu'on ne sais pas encore si les animaux clonés "réussies" ont une espérance de vie aussi grande que leur original. Et si ils vont pas se mettre à développer des maladies liées à l'âge, de manière largement prématuré ou non, vu que les cellules somatiques utilisées pour le clonage ont déjà l'âge du donneur.

Mais je viens de voir que cette question n'a pas été tranchée. Dolly (première brebis clonée) était morte prématurément vers 6 ans a cause d'un problème pulmonaire, et avait développé de l'arthrose bien avant cela. sachant que l'espérance de vie des retraits est en moyenne de 11 ans, et que le père donneur avait déjà 6ans. Des études faites sur d'autres espèces clonées ne vont pas en ce sens (brebis, vaches ect) avec des durées de vie semblables. Bref de ce côté là c'est pas encore clair.
+ 3 -

Tomate En réponse à trucmoi Vermisseau

C'est surtout qu'en clonant on a l'idée que la 'chose' sera pareil à l'original dans son fonctionnement.
Alors que c'est l'expérience du vécu qui fait ce que tu es mentalement, et physiquement.
Si tu n'est pas soigné de la même manière tu développeras des problèmes différents.

De ce que j'avais lu, ton ADN à la naissance, et ton ADN à la mort, aura eu des variations suivant le stress de ton environnement, il se peut que l'ADN de ta mort n'aura pas été un ADN adapté au format de naissance.

Il y a aussi l'histoire qu'un être vivant n'a pas 1 brin d'ADN unique, mais 4 brins différents qui cohabitent et permette de faire un tout (je ne parle pas des protéine ADN).

Le clonage est encore à ses débuts. C'est pour moi une technologie qui permettra de renouveller la présence d'une espèce qui a été stérilisé, mais comme dit, à faire de multiplier les clônes du clones, on aura une déviance, qui sera un jour mortel aux autres espèces (virus ou bactérie inconnu, ou autres maladie).

Bref, y a peut etre des incohérences, ou erreur d'information, personnellement, ça me fou hors de moi le clonage, je suis contre, mais bon...
+ 5 -

TheMetroidPrime En réponse à Tomate Verxit

L'ADN n'est pas un protéine et l'être humain en possède 23 paires de brins par cellule, sans compter les deux brins par mitochondrie.
+ 3 -

trucmoi En réponse à Tomate Ver d'os

-Ce que tu décris au début de ton message, c'est ce qu'on appelle les facteurs environnementaux (stress/vie calme, malbouffe/nourriture saine, fumeurs/non fumeur, sportif ect...), qui ont une influence sur la lecture de nos gènes par des modifications dites épigénétiques. En gros ce n'est pas notre ADN qui est directement modifié dans ces conditions, mais la manière dont sont lues ou non nos gènes dans nos différents organes (attention, là je prends pas en compte les facteurs style radiations, autres qui peuvent induirent des mutations spontanées direct sur l'ADN). Et effectivement ces facteurs rendent compliqué l'étude de la chose.
Il faudrait que les études soient faites sur plusieurs années avec un gros nombre de mêmes clones en même temps (ce qui est difficile et extremement couteux, d'autant que pour un clone "survivant" obtenu, faut chez certaines espèces sympas 250 embryons sacrifiés=250 ovules à extraire d'un même donneur). Le tout avec un groupe de contrôle élevé dans les mêmes conditions.

- "C'est surtout qu'en clonant on a l'idée que la 'chose' sera pareil à l'original dans son fonctionnement"
Ben en fait ce qui est un peu ironique, c'est que se ne sont pas totalement des clones à 100%. Comme le mentionne TheMetroidPrime, notre ADN est contenue à environ 99% dans nos noyaux cellulaires, mais le reste est situé dans nos mitochondries (représentant 37 gènes identifiés chez l'humain). Les mitochondries ne sont pas celle du donneur, mais dans l'ovule du receveur. Bon après c'est vrai, ça reste du chipotage.

-Concernant les clones de clones, et les problèmes génétiques, je viens de trouver un article interessant. Mais là j'ai flemme de retrouver l'article original ( il est trop tard pour moi)
https://www.gen...te-1708102.html

Après c'est clair que le clonage fait dans ces conditions, est absolument ignoble. Tout ça juste parce que des propriétaire le veulent pas faire le vrai deuil de leur animal, ou même en prendre un autre..
+ 0 -

Tomate En réponse à trucmoi Vermisseau

Merci cher Participant.

En effet, on reste trop influencé que 99% = 100%, pourtant ce n'est pas le cas.

http://www.muse...ue-50-mon-frere

Et une faible fraction de différence de 0,1% suffit à faire des enfants différents.
+ 0 -

Ezellar Lombric Shaolin

"Ils les considèrent comme des membres de la famille, donc ils les clonent"... alors donc la prochaine étape c'est de cloner papa, maman, papy et mamie et les enfants ?
+ 0 -

Bowane Vermisseau

RePet
Image de Bowane
+ 0 -

wizzz Jeune asticot

Pour une fois que c'est pas les armes ou le sexe qui fait avancer la science... bravo a l'agroalimentaire coréenne !
Bon, à 100.000 le rôti le business plan est pas encore opérationnel.
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
52