[Google] Et y en a pour applaudir ...

[Google] Et y en a pour applaudir ...

1 408 vues

... à moins qu'eux aussi soient des droïdes de Google ! ^^

Envoyé par Libel le 11 mai 2018 à 07h02

+ 9 -

pclt Lombric Shaolin

Les jeunes d'aujourd'hui qui peinent à envoyer une lettre par la poste, les jeunes de demain qui peineront à communiquer par téléphone.
+ 13 -

wizzz En réponse à pclt Jeune asticot

Y a déjà énormément de gens qui peinent a communiquer par téléphone, et à qui cette invention rendra d'énormes services. Si en plus elle permet de le faire dans toutes les langues paramètrées aussi bien, c'est juste un champ des possibles incroyable.
+ 6 -

_pepe_ En réponse à wizzz

Mais plus les gens font rarement une tâche, plus celle-ci leur apparaît difficile.

Sauf impossibilité résultant d'un véritable handicap, on ne les aide pas en la réalisant à leur place, bien au contraire.

En empêchant quelqu'un d'apprendre, de s'exercer puis de prendre l'habitude de faire naturellement quelque chose par lui-même, on cultive juste son incapacité et sa dépendance.

Un valide n'apprend pas à courir en restant dans son lit, même s'il est à roulettes.
+ 2 -

_pepe_ En réponse à pclt

Et ça ne se limite pas à ce seul domaine.

Alors qu'il y a trente ans les gens savaient trouver tout seuls, sans Internet, les informations qui leur étaient nécessaires, on constate déjà aujourd'hui sur les forums que la plupart ont besoin qu'on cherche pour eux les informations pourtant directement proposées par Google.

Dans le même genre, je croise de plus en plus souvent de gens totalement perdus (au sens propre comme au sens figuré) quand la batterie de leur smartphone est à plat, parce qu'ils ne peuvent plus accéder à leurs informations importantes qu'ils n'ont pas jugé utile de mémoriser (numéro de téléphone, adresse, ...) ou parce qu'ils ne peuvent plus utiliser leurs applications habituelles (localisation, orientation, itinéraire, achat de billet, réservation de taxi/Uber, réservation d'hôtel, ...).

Chaque nouvelle utilisation d'une assistance numérique semble provoquer une atrophie des fonctions cérébrales correspondantes, et ce handicap crée le besoin d'être encore plus assisté.

Ça transforme peu à peu les gens (et encore plus sûrement les nouvelles générations) en légumes, un peu comme ça mais au niveau du cerveau :
Image de _pepe_
+ 2 -

Nap En réponse à _pepe_ Vermisseau

ce que tu avances est faux : les gens perdus comme ça, il y a 30 ans auraient été tout aussi perdus si ils avaient paumé leur guide michelin, leur carte ou leur couteau suisse.
la technologie que contient un smart phone permet de délester un certain nombre de tâches que le cerveau accomplit, chez certaines personnes ça signifie qu'elles ont une activité cérébrale moindre je te l'accorde, mais dans la plupart des cas , c'est bien également aussi dans le but de concentrer ses activités cérébrales sur des tâches plus utiles.
pour les personnes dépendantes de leur smart phone au point de ne plus savoir comment réserver des billets/un uber, autres : le problème c'est plus tellement l'individu mais le modèle financier de pas mal de boites qui se rendent compte du potentiel des applications sur smart phone, qui est devenue la norme pour passer des commandes. ça doit faire 10 ans que je ne suis pas allé acheter un billet sncf dans un guichet par exemple, je ne me suis jamais déplacé au trésor public pour régler ou percevoir un écart d'impôts, etc.
le problème des gens qui n'arrivent pas à trouver d'information par eux même sur internet, c'est parfois par paresse, mais bien souvent parce qu'ils ne savent pas comment chercher de l'information, et sont désemparés face à la quantité d'information disponible, ils se considèrent donc incompétents à cette tâche et la confient donc à quelqu'un d'autre qu'ils jugent plus compétent.
+ 1 -

_pepe_ En réponse à Nap

Je ne suis pas d'accord. Le cerveau a besoin d'activité pour mieux fonctionner. Moins il en fait, plus ses capacités s'en trouvent limitées. Plus nous mémorisons de choses, meilleure est notre mémoire. Plus nous utilisons notre cerveau, plus il nous est facile de réfléchir et d'agir.

Par ailleurs, ne pas réaliser certaines tâches supprime l'accès aux informations contextuelles qui y sont liés. Et ne jamais avoir réalisé certaines tâches empêche l'émergence des savoir-faire qui sont indispensables à leur accomplissement.

Donc non seulement la technologie que contient un smartphone supprime un certain nombre de tâches que le cerveau ne sait plus accomplir quand l'appareil tombe en panne, mais la perte d'informations et la réduction de l'activité cérébrale rend encore plus difficile (par une baisse des moyens et de la stimulation) la réalisation des autres tâches qu'il laisse (pour le moment) encore faire à son utilisateur.

De plus, lorsqu'on a son attention captée par son smartphone, je vois mal quelle autre activité cérébrale utile il permet de réaliser à ce moment.


La proportion des personnes que je retrouve aujourd'hui en grande difficulté (notamment quotidiennement à Paris, surtout des touristes) est sans commune mesure avec celle que j'ai connue il y a trente ans.

À cette époque (et encore aujourd'hui en ce qui me concerne), je n'avais aucun mal à trouver mon chemin sans avoir à me balader avec une carte dans ma poche. Quand je partais en vacances, je savais trouver mon hôtel en me rappelant juste des informations que j'avais prises quinze jours auparavant, puis le retrouver après une balade en me fiant à mon « sens de l'orientation ». Je pouvais aussi me rendre à une adresse qui m'était inconnue en me basant juste sur mes connaissances incomplètes des quartiers environnants. Et je ne faisais certainement pas figure d'exception.

Ici, je parle de la multitude incroyable de gens, dont le QI semble pourtant les prédisposer à pouvoir faire de même, mais qui se sont retrouvés perdus parce qu'ils ont pris l'habitude de s'en remettre totalement à leur smartphone. Cet appareil ne les a pas simplement privé d'informations essentielles, il leur a également ôté la partie d'intelligence qui leur aurait permis de se débrouiller seul.

Le principe est le même avec la recherche sur Internet. C'est parce que l'usage de ce moyen d'assistance s'est répandu que les plupart des gens sont d'abord devenus incapables de s'en passer, puis pour beaucoup juste de l'utiliser. C'est un constat, et que la raison soit un manque de volonté ou de savoir-faire, la cause en est assurément la disparition de l'effort personnel.
+ 0 -

Nap En réponse à _pepe_ Vermisseau

je ne vais pas beaucoup développer, parce que je suis en train de faire des trucs totalement différents qui prennent pas mal de temps dont préparer la bouffe et faire ma conception méca / élec du vélo électrique sur lequel je bosse en ce moment.

mais en gros je trouve que tu fais beaucoup de généralisations sur des anecdotes personnelles, et le problème de ça c'est un peu le "on ne se souvient pas des trains qui arrivent à l'heure", donc tu appuies ton propos avec des exemples qui ne sont pas nécessairement représentatifs de la réalité, car biaisés par ton interprétation.
et c'est pas personnel, tout le monde réagit comme ça. mais il serait préférable d'appuyer nos points de vue respectif sur des études, ce que je n'ai pas fait non plus mais j'aurais dû.
+ 5 -

_pepe_ En réponse à Nap

Là, on a largement dépassé le niveau de l'anecdote personnelle.

Concernant l'utilisation de Google, les forums techniques auxquels je participe depuis des années m'ont démontré l'évolution du niveau des demandes. Il y a une quinzaine d'années, il était le plus souvent question de fournir des explications pointues sur des sujets complexes et, pour les étudiants, des connaissances que les intéressés n'obtiendraient que dans les années suivantes de leur cursus. Aujourd'hui la grande majorité des questions porte sur des sujets basiques qui devraient être déjà maîtrisés par les demandeurs, dont les réponses pourraient être trouvées en moins d'une minute par un enfant de dix ans dans la doc fournie ou sur la première page proposée par Google.

Quant aux gens perdus à Paris, depuis le début du printemps j'en dépanne plus d'une dizaine par semaine, le soir dans la rue, dans les transports ou au café avant de rentrer chez moi. Il faut dire qu'avec des smartphones dont la batterie ne tient pas la journée et les informations erronées que véhicule Internet, c'est devenu assez courant.

Ce qui est anecdotique, c'est juste que parmi ceux-là, il y a des cas vraiment désespérés, avec un écran tactile cassé ou une batterie HS qui ne se recharge plus, qui ne peuvent plus se passer du smartphone pour leurs démarches élémentaires, qui ne se souviennent plus de leurs informations vitales... et qui finissent par passer la nuit dehors !
+ 2 -

Libel En réponse à _pepe_ Vermisseau

Tout à fait !
Et ça va vite, et ça s'amplifie le phénomène de crétinisation ...

Pas plus tard qu'il y a à peine quelques heures, j'ai dépanné un couple de personnes âgées dans le métro. Les deux bien en forme, alertes.
La femme avait un smartphone à la main avec l'appli RATP ouverte.
Personne dans le couloir, si ce n'est son mari... et un panneau indiquant "Métro 8. Créteil. ... " avec les stations. Et bien elle m'a demandé la direction pour "Créteil". Et pas pour confirmer ce qu'elle savait...
+ 2 -

john5 En réponse à _pepe_

Que l'avancée technologique crée une dépendance, c'est un lieu commun certes, mais ça n'a pas commencé avec les smartphones : c'est une constante de toutes les grandes avancées technologiques de l'histoire. Toi tu te la pète en te passant d'un smartphone, mais un membre d'une tribu primitive se foutrait de ta gueule parce que tu serais incapable de chasser ta propre nourriture.
+ 4 -

_pepe_ En réponse à john5

Il se trouve que je sais aussi chasser, préparer et cuire mon gibier sans nécessiter d'aide ni de matériels vendus par des magasins spécialisés. Mais je sais qu'aujourd'hui il sont beaucoup à ne même plus savoir écorcher un lapin ni vider un poulet, voire à tourner de l'œil quand on leur vend un poisson sans lui avoir coupé la tête.

Personnellement, ça ne m'empêche pas de savoir utiliser un smartphone. (Mieux, ma formation théorique concerne la totalité de la chaîne de conception, de fabrication et d'exploitation de ce type de matériel et des systèmes connexes, et mon métier m'amène à y intervenir à différents niveaux.)


Mon propos, c'est que l'émergence de nouvelles technologies est certainement une mauvaise excuse pour abandonner totalement ses capacités à s'en passer. Et comme tu le soulignes très justement, cette question dépasse très largement le cadre des smartphones, de Google et des assistants numériques.

Ce qui me semble nouveau et particulièrement inquiétant, c'est le manque de prudence dans la façon d'adopter ces nouveaux moyens, et le fait qu'ils finissent plus par handicaper (en les abrutissant) ceux qui les utilisent que les aider réellement.

De tout temps, le simple fait d'avoir conscience que les avantages liés à la modernité du moment pouvaient s'arrêter, du fait d'une pénurie passagère, d'une crise économique ou d'une guerre par exemple, suffisait à rendre les gens prévoyants et dans certaines limites encore capables d'autonomie.

Une certaine dépendance aux technologies du moment est compréhensible. Mais quand elle devient totale, elle est potentiellement délétère.
+ 0 -

Moossman LoMBriK addict !

Clap Clap Clap!!!
+ 2 -

gwen Vermisseau

"slip de bain !"
+ 1 -

punk80sBIS Vermisseau

ils applaudissent parce qu'ils sont conditionnés a le faire... (voir n'importe quel show TV...)
+ 2 -

kolamye En réponse à punk80sBIS Lombric

Ou ils applaudissent car c'est une réel avancée technologique.
+ 0 -

Bellus

Est ce qu'il pourra me télécharger la nouvelle saison d'un série en VOSTFR ?
+ 2 -

magnussoren Ver (re-)cyclable

les bégues avec un forfait bloqué applaudissent..
les manchots , non...
+ 2 -

Ezellar Lombric Shaolin

Ben, d'un point de vue strictement technique, y a de quoi applaudir. Au niveau IA c'est vraiment exceptionnel.
+ -1 -

_pepe_

Ce qui est remarquable, c'est surtout que la machine fait des choix à votre place.

Par exemple, ce n'est plus vous qui décidez de prendre rendez-vous à 12h (ou pas), c'est elle qui vous impose d'aller chez le coiffeur à 10h (plutôt que l'après-midi ou le lendemain).

Pour que le fonctionnement soit correct et que ce choix soit pertinent, il faudrait d'une part que la machine soit réellement intelligente (ce qui n'est pas le cas, les IA présentant en réalité le QI d'une mouche en dehors de leur domaine de prédilection et des situations validées) et d'autre part qu'elle (ou la firme qui la contrôle) connaisse tout de vous (de vos besoins, de vos envies, ...) mieux que vous-mêmes, afin qu'elle donne au moins l'illusion que ses décisions vous correspondent.

Au final, la machine vit à votre place. Vous subissez plus ou moins inconsciemment ses choix, et à la longue elle vous rend dépendant des services dont elle vous décharge en vous privant progressivement de l'exercice habituel, du savoir-faire et des connaissances nécessaires. Pire, la firme qui la contrôle finit par vous contrôler également.

Google le fait déjà d'une certaine manière au travers des informations présentées par son moteur de recherche (réponses orientées, création de bulles informatives, ...). Avec l'assistant intelligent, on franchit une nouvelle étape dans la prise de contrôle et la débilisation des utilisateurs.
+ 8 -

Cyclomore Vermisseau

Ouaip, c'est quand même un peu scénarisé. la voix du salon est à peu près aussi artificielle que celle du google assistant. Au niveau du ton on se croirait plus dans une leçon d'anglais que dans une conversation réelle. Moi je préfère quand il a bu (moogle)
+ 0 -

magnussoren Ver (re-)cyclable

le plus marrant c'est la coiffeuse qui souhaite bonne journée a l'IA a la fin...
+ 1 -

Ptilupus Lombric Shaolin

La coiffeuse aussi était une IA si cela se trouve ! Et entre IA, ils vont nous prendre direct un rdv pour se faire euthanasier. Skynet is coming !
+ 0 -

pYranha Lombreek

The Singularity is nigh!

Repent users!
Inscrivez-vous ou Connectez-vous pour envoyer un commentaire
100